Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Poétiques et politiques en Europe

Philippe Roger
p. 628-629

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Philippe Roger, directeur d’études

L’anti-américanisme français : généalogie d’un discours (III)

1Cette dernière étape d’un parcours commencé au siècle des Lumières a permis de repérer les continuités discursives et thématiques entre l’émergence de l’anti-américanisme contemporain, à la fin du XIXe siècle, et ses manifestations dans l’entre-deux-guerres. La figure de Wilson est apparue comme importante dans le basculement du bref enthousiasme de 1918 en rancune et hostilité après 1919. Les écrits de Maurras contre le président américain amorcent ce qui sera l’anti-américanisme d’une partie de la droite et de la droite extrême : l’Amérique « puritaine » et « kantienne », protectrice de l’Allemagne défaite, prépare l’Amérique abstraite et anti-personnaliste des auteurs du Cancer américain (même si Aron et Dandieu ne se réclament plus de Maurras), tandis que le thème du « Sinaï wilsonien » et de la collusion entre Washington et la finance internationale préfigure l’anti-américanisme anti-capitaliste et antisémite dont se nourrira la presse collaborationniste.

2C’est toutefois l’anti-américanisme « culturel » et « spiritualiste » qui domine la période. Très rassembleur, il fédère écrivains de droite et de gauche autour du rejet d’une « civilisation » et d’un « mode de vie ». Les célèbres Scènes de la vie future de Duhamel ne sont à cet égard ni originales, ni pionnières : leur succès se construit sur toute une littérature antérieure (les romans-essais de Luc Durtain, en particulier). La critique du machinisme et de la déshumanisation/standardisation, particulièrement développée chez les « non-conformistes des années 1930 », est un autre facteur de consensus dans ce qui apparaît comme une croisade des clercs contre l’Amérique.

3La participation des États-Unis à la victoire contre le nazisme est un capital symbolique vite entamé. L’offensive menée par le Parti communiste et ses proches reprend intégralement le programme de « défense de l’intelligence » et de « défense de la France » contre le « plan Marshall de la pensée » imputé aux États-Unis. L’analyse de la presse communiste (La Nouvelle Critique, Études soviétiques), des ouvrages de Georges Soria, de Garaudy ou encore des chansons de la J. C, éclaire une efficacité fondée rhétoriquement sur la reprise systématique de lieux communs anti-américains antérieurs. Tandis qu’aux plus militants, le danger américain apparaît avant tout comme une menace contre l’URSS, le public de « large front » est visé par un discours du sursaut patriotique et de la dignité intellectuelle contre des « colonisateurs » incultes.

4Nous avons bénéficié, en mai, de la présence du professeur John Mason, associé à l’École. Plusieurs fidèles du séminaire (Camilla Cederna, Anne-Marie Duranton-Crabol et Judith Ezekiel) ont été invitées à contribuer au colloque « Quelle Amérique ? », organisé par la Terra Foundation for the Arts et le musée d’Art américain de Giverny, avec le concours de l’Institut universitaire de France et de l’Association française d’études américaines (8, 9 et 10 juin 2001). J’y ai moi-même présenté une communication sur « Les mâchoires de la volonté : la dimension raciale du discours anti-américain à la fin du XIXe siècle ». Un intéressant dialogue entre collègues français et américains s’est aussi noué lors d’une rencontre baptisée « French-American rifts », à l’Université Harvard où j’étais invité comme Bacon associate (avril 2001).

5Poursuivant par ailleurs mes recherches dans le champ de l’analyse et de la théorie littéraires, j’ai donné deux séminaires à l’Université de Virginie, sur les poétiques théâtrales au XVIIIe siècle et l’adaptation des romans français du XVIIIe siècle au cinéma (automne 2000) et présenté une communication (« Des lieux du libertinage ») au colloque « Bodies and space in the French Enlightenment » (Université de l’Iowa, 30 mars 2001).

6À l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de Roland Barthes, j’ai participé au colloque international « Back to Barthes » (Yale, 8 et 9 déc. 2000) ; j’ai également choisi d’évoquer sa mémoire (« Ail love told : Barthes and the novel ») au cours du colloque « Erotikon » organisé à l’Université de Chicago (2-4 mars 2001).

7Enfin, j’ai assumé avec Jean Dagen, professeur à l’Université de Paris-IV, la responsabilité scientifique du colloque « Un siècle de deux cents ans ? Les XVIIe et XVIIIe siècles : continuités et discontinuités » (Sorbonne et Fondation Singer-Polignac, 14-16 juin 2001).

Publications

  • Avec R. Morrisey, dir., L’Encyclopédie : du réseau au livre et du livre au réseau, Paris-Genève, Honoré Champion, juin 2001.
  • « “And my freedom is boundless...” : Barthes, Loti, Critique », dans Critical Essays on Roland Barthes, sous la dir. de D. Knight, New York, G. K. Hall, 2000, p. 281-288.
  • « La grande désillusion : un pionnier de l’antiaméricanisme français dans les années 1880 », dans Les Antiaméricanismes, sous la dir. de T. Bishop, Y. Hersant et P. Roger, Actes du colloque, Sorbonne, 3-4 juin 1999/The Florence Gould Lectures, printemps 2001, p. 8-32.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Roger, « Poétiques et politiques en Europe », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 628-629.

Référence électronique

Philippe Roger, « Poétiques et politiques en Europe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15369

Haut de page

Auteur

Philippe Roger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals