Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Politiques et pratiques culturelles en France et aux États-Unis (XIXe-XXe siècles)

Annie Cohen-Solal
p. 637-638

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Annie Cohen-Solal, professeur agrégée chercheur à l’IMEC

La construction d’un art américain et les lieux de légitimation : l’exemple des arts plastiques entre Paris et New York

1Nous avons poursuivi le travail qui nous a occupé l’année précédente et continué notre analyse en l’appliquant à la période du début du XXe siècle, dans la même perspective : analyse des processus et non des produits ; utilisation d’outils pluridisciplinaires hérités des sciences sociales ; approche croisée des réalités culturelles des deux pays concernés, les États-Unis et la France, dans leurs spécificités intrinsèques, puis étude des circulations entre les deux mondes.

2Nous avons étudié l’état de la scène des arts plastiques en France entre 1900 et 1914, en considérant les réactions aux différents Salons d’Automne aussi bien d’observateurs français - les critiques Camille Mauclair, Henri Fauche, Paul-Jean Toulet, Marcel Nicolle, Louis Vauxcelles - que d’observateurs américains - Leo Stein, le peintre Max Weber, le journaliste Gelett Burgess. Nous avons considéré les nouveaux acteurs de la scène française, attirés par l’Exposition universelle de 1900 - comme Edward Steichen, Pablo Picasso, Leo et Gertrude Stein -, qui décidèrent de s’installer à Paris, analysé leurs groupes, leurs réseaux, leurs échanges, leurs productions. Nous avons plus spécifiquement étudié la manière dont les membres de la famille Stein construisirent des interactions - par l’intermédiaire de collections, de salons, d’académies, etc. - entre les peintres de la scène française et les jeunes Américains de passage à Paris, dans le cadre de leur formation. Nous avons aussi analysé le travail effectué à Paris par Edward Steichen en liaison avec Alfred Stieglitz, et sa galerie 291 à New York, son choix d’artistes modernistes à présenter aux États-Unis, des années avant l’Armory Show. Nous avons également analysé les différents artistes du groupe de Puteaux, et les œuvres composant leur exposition de la Section d’or en 1912, avant le départ de Marcel Duchamp pour les États-Unis.

3Parallèlement, nous avons travaillé sur la scène new-yorkaise du début du siècle, et sur la mise en place d’associations et d’institutions alternatives, pour sortir de l’orbite de la National Academy of Design, en nous penchant sur les différents membres du Group of the Eight, leur origine, leurs stratégies, leur production, leurs analyses politiques, leur formation en France et la manière dont ils négocièrent leurs acquis au retour dans leur pays.

4Le séminaire a bénéficié de l’apport de conférenciers invités tels que Cécile Debray, directeur des musées de Châteauroux, Emmanuelle Héran, conservateur au Musée d’Orsay, Françoise Lucbert, maître de conférences à l’Université du Maine (Le Mans), et Hélène Pinet, directrice du département Photographie au Musée Rodin.

5Au cours de l’année, j’ai eu l’occasion de reprendre les points principaux de mes recherches - approche méthodologique et analyse du modèle français - au cours de plusieurs événements, notamment au cours de la conférence « Culture and diplomacy » organisée par le président Clinton à la Maison Blanche les 28 et 29 novembre 2000, de la conférence « The theory and practice of civic globalism », organisée par le Walt Whitman Center for the Culture and Politics of Democracy, de Rutgers University, à Washington, D. C, du 19 au 21 avril 2001, de la conférence « France and America : culture and society in the XXth century », organisée par l’Université de Southampton, les 6 et 7 juillet 2001. Des débats ont également été organisés sur ce thème en province avec les directeurs des écoles des Beaux-Arts de Rennes, de Nantes, de Nîmes. J’ai enfin eu la possibilité d’intervenir sur ces questions au cours du colloque « Georgia O’Keeffe and modernism » organisé par le Georgia O’Keeffe Muséum, à Santa-Fe, en juillet 2001.

Publication

  • « Un jour, ils auront des peintres ». L’avènement des peintres américains, Paris 1867-New York 1948, Paris, Gallimard, 2000.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Cohen-Solal, « Politiques et pratiques culturelles en France et aux États-Unis (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 637-638.

Référence électronique

Annie Cohen-Solal, « Politiques et pratiques culturelles en France et aux États-Unis (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15375

Haut de page

Auteur

Annie Cohen-Solal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals