Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Économie

Économie japonaise

Christian Sautter
p. 677-678

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Christian Sautter, directeur d’études

Les harmoniques de la crise japonaise

1Sur le Japon pèsent trois tendances lourdes : l’implosion démographique résultant d’une natalité particulièrement réduite ; l’épuisement d’un modèle de croissance selon lequel le triangle des bureaucrates, parlementaires conservateurs et associations de branches professionnelles a méthodiquement organisé le rattrapage des États-Unis entre la défaite et 1985 ; l’essoufflement d’une économie trop immobile et trop étroite dans un monde de continents émergents, Amérique du Nord, Union européenne, Chine et Inde. L’enchaînement d’une bulle monétaire puis d’une bulle budgétaire entre 1985 et 2001 n’a pas relancé la croissance mais a accumulé un lourd passif de mauvaises dettes privées et de lourdes dettes publiques. La macroéconomie ayant épuisé ses sortilèges, le temps des réformes de structures est venu. Or, le Japon dispose d’un potentiel de croissance encore exceptionnel : une main-d’œuvre éduquée et qualifiée, avec en particulier un gisement de jeunes femmes diplômées aptes à créer les nouveaux services professionnels et de proximité ; une épargne surabondante ; une appétence technologique, dont la diffusion d’internet sur téléphone mobile est une preuve parmi d’autres ; une démocratie enracinée et surinformée.

2Les élites du Japon sauront-elles pallier ces handicaps et faire fructifier les atouts de leur pays ? Trois scénarios combinent le renouvellement ou le vieillissement des dirigeants d’une part, le repli insulaire ou l’ouverture à l’Asie d’autre part.

3Le Japon « gris amer » s’étiole dans une croissance zéro, et les jeunes générations diplômées subissent le poids de l’ancienneté, font peu d’enfants, parfois émigrent vers des continents plus prometteurs.

4Le Japon du « bonheur suisse » combine mondialisation économique et insularité culturelle et sociale. De grandes firmes performantes produisant à l’échelle planétaire et des PME très spécialisées assurent la prospérité du pays. Une immigration conjoncturelle de travailleurs peu qualifiés contribue à une croissance modérée de 1,5 %.

5Le scénario « gagnant-gagnant de l’Asie du Nord-Est » combine les talents complémentaires du Japon, de la Chine et la de Corée du Sud. Le Japon croît de 3 % et la Chine d’au moins 7 % l’an. Une sorte d’union économique se développe au cours des décennies, tandis que la Chine rattrape en moins d’une génération la production japonaise, en masse mais évidemment pas en PIB par tête. Comme le disaient les économistes Akamatsu et aussi François Perroux ou Lassudrie-Duchêne, la Chine et le Japon s’enrichissent mutuellement de leurs différences et échangent biens, services et investissements pour leur intérêt mutuel, et aussi celui d’un monde devenu tripolaire avec l’Amérique du Nord, l’Union européenne et l’Asie du Nord-Est. Ce scénario, aisé en apparence économique, butte sur des difficultés : la mémoire non cicatrisée de la guerre, la nécessité pour le Japon d’ouvrir son territoire et ses laboratoires à la venue de Chinois nombreux, qualifiés et peut-être aussi non qualifiés. Il demande des leaders audacieux qui ne surgissent au Japon que dans des circonstances exceptionnelles, la Restauration Meiji ou la défaite de 1945. La crise « actuelle » - toute relative puisque les chefs de famille ont pour la plupart évité jusqu’à présent le traumatisme du chômage - va-t-elle dégager de nouvelles élites ? L’avenir le dira.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Sautter, « Économie japonaise », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 677-678.

Référence électronique

Christian Sautter, « Économie japonaise », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15403

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals