Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Économie

Économie publique et environnement global

Jean-Charles Hourcade
p. 685-686

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Charles Hourcade, directeur d’études

1La première partie du cours a été interrompue par la négociation de la VIe Conférence des Parties de la Convention sur le changement climatique (La Haye, novembre 2000). Le changement d’administration américaine laissait augurer une remise en cause large des accords de Kyoto (décembre 1997), survenue en mars 2001 avant la négociation de juillet 2001. J’ai présenté mon analyse au Conseil d’analyse économique, au Sénat, à l’Académie des sciences et devant divers auditoires d’experts et dans un article pour Le Débat. Plusieurs chapitres d’ouvrages rendent compte des coopérations du CIRED avec des équipes européennes. Un programme a porté sur la stratégie communautaire dans la négociation « climat » en liaison avec le Royal Institute of International Affairs (RUA, Londres) dirigé par M. Grubb, avec le Wüppertal Institut (Allemagne) et avec l’IVM (Amsterdam). Le second programme a envisagé des alternatives au protocole élaboré à Kyoto, sous la coordination du CIRED et avec C. Carraro de la Fondation Enrico Mattei (Université de Venise).

2L’utilisation par le président Bush des domaines non élucidés qui sont inhérents à un grand chantier scientifique comme celui du changement climatique constituera un cas d’école des marges de manœuvre diplomatique qu’offrent les grands dossiers d’environnement global controversés. La problématique de la décision sous controverses encadre une part importante des travaux du CIRED depuis la fin des années 1980. Issue de l’expérience accumulée dès cette époque sur l’étude de conflits autour des questions d’environnement et de gestion des ressources (bruit, nucléaire, pluies acides, ozone, effet de serre), elle s’applique à des configurations de décision collective qui se distinguent des problèmes de décision standard par plusieurs traits :

  • la perception des problèmes est médiatisée par une construction scientifique et administrative et ne dérive pas d’une expérience directe par les agents individuels ;
  • l’existence de « tiers absents » (i.e. les générations futures) qui ne disposent d’aucune procédure (marché, vote, protestation) pour exprimer leurs préférences et ne peuvent être pris en compte qu’au travers de porte-parole ;
  • l’information scientifique est non stabilisée et se partage entre thèses contradictoires ; ces controverses portent sur les phénomènes écologiques, leur origine et leurs dangers mais aussi sur les technologies de réponse et l’efficacité des dispositifs institutionnels ;
  • l’existence d’irréversibilités environnementales et technologiques qui provoquent un décalage entre le temps de la décision et le temps de la connaissance, décalage qui ouvre un espace pour l’utilisation stratégique de l’information.

3Cette opération de recherche du CIRED a cherché à clarifier les implications décisionnelles d’un tel contexte à travers un double effort :

  • au niveau normatif, le développement de modèles séquentiels de décision intégrant l’incertitude, la variabilité des préférences des agents, l’inertie technologique, la valeur de l’information, et les conflits d’éthique sur la valeur de l’environnement naturel ou sur les principes d’équité intra- et intergénérationnelle ;
  • au niveau procédural, la façon dont des concepts comme ceux de précaution, de stratégie sans regret et de temps d’apprentissage peuvent être traduits dans des règles et dispositifs institutionnels afin de déboucher sur des « conventions » suffisamment légitimes pour encadrer l’action collective et suffisamment flexibles pour pouvoir être adaptées en fonction de l’amélioration de l’information.

Publications

  • « Le climat du futur au risque de la négociation internationale ? », Le Débat, sept., 8 p. ; article repris sous le titre « Gouvernements : un dialogue difficile », Problèmes économiques, 2.710, 25 avr. 2001, p. 1-7.
  • Avec T. Le Pesant, « Negotiating targets, negotiating flex-mex : the économic background of a US-EU Controversy », dans Efficiency and equity of climate change policy, sous la dir. de C. Carraro, Dordrecht, Kluwer, 2000, p. 63-90.
  • Avec F. Ghersi, « Le rôle du changement technique dans le double dividende d’écotaxes », Économie et Prévision, 143-144, 2000, p. 47-68.
  • Avec E. Fortin, « Impact économique des politiques climatiques : ”Incertitudes pour les PED“ », Problèmes économiques, 2.710, 25 avr. 2001, p. 9-12.
  • Avec M. Grubb, « Implementing EU commitments under Kyoto », dans Climate change and European leadership. A sustainable rôle for Europe ?, sous la dir. de J. Gupta et M. Grubb, Dordrecht, Kluwer, 2000, p. 239-263.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Hourcade, « Économie publique et environnement global », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 685-686.

Référence électronique

Jean-Charles Hourcade, « Économie publique et environnement global », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15410

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Hourcade

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals