Navigation – Plan du site
Cycles de formation pluridisciplinaire

Séminaire interdisciplinaire sur le monde chinois

Yves Chevrier et Françoise Sabban
p. 708-710

Texte intégral

Yves Chevrier et Françoise Sabban, directeurs d’études

Introduction à la recherche sur le monde chinois : repères, sources et pratiques

1Les enseignants-chercheurs du CECMC se sont associés dans un séminaire collectif afin d’offrir aux étudiants un cadre de formation et de réflexion interdisciplinaire dans le champ des études chinoises. Le programme a mis en valeur des thèmes et des ouvrages permettant d’illustrer l’évolution et le croisement des disciplines qui s’exercent dans le domaine sinologique. L’objectif était de montrer comment il est possible d’articuler ces approches afin de construire des méthodes de recherche capables d’appréhender le monde chinois dans sa cohérence et sa diversité, sa longévité et sa spécificité, sans replier sur eux-mêmes les divers domaines de son étude, mais aussi sans sacrifier les savoirs de base qui fondent la connaissance sinologique.

2Chaque séminaire a été mis en rapport avec un nombre restreint d’ouvrages et d’articles. Ces textes ne constituent pas un canon de références classiques, ni un répertoire d’exemples. Ils ont été choisis, parmi beaucoup d’autres, parce qu’ils éclairent des aspects importants de l’héritage et des pratiques de la sinologie, en particulier dans leurs rapports avec les sciences sociales d’hier et d’aujourd’hui.

3La question de départ était double : comment se structure le monde chinois, comment s’est organisée sa compréhension ? Il ne s’agissait pas d’y répondre de manière exhaustive, mais de repérer quelques unes des principales voies d’entrée dans le monde chinois. Les trois premières séances sont allées aux clés primordiales que sont l’espace, la temporalité, le jeu des échelles et, à travers celles-ci, les effets de masse. La géographie, l’histoire et l’analyse économique ont été convoquées tour à tour par Pierre Gentelle (« Structures et dynamique de l’espace chinois »), Pierre-Étienne Will (« Le temps historique de la Chine »), et Thierry Pairault (« La Chine à l’échelle de son économie »).

4Les arpenteurs du domaine chinois ont tôt fait de repérer la longévité de l’État impérial et, plus largement, la prégnance du cadre étatique. Nous avons associé à ce fait d’histoire et de civilisation son pendant social, en cherchant à saisir la manière dont s’est noué leur couple en deux moments essentiels. Pour la période impériale, Marianne Bastid-Bruguière et Christian Lamouroux (« Examens, éducation et organisation de la société chinoise ») ont consacré deux séances à l’interface du pouvoir et de la société qui se constitue autour du système des examens à partir du régime bureaucratique des Song et dure jusqu’à la fin des Qing. Les trois séances suivantes, réservées à l’époque contemporaine, ont traité, pour la première, du phénomène communiste, tout d’abord dans son évolution historique et comme objet d’une histoire interdisciplinaire du politique (Yves Chevrier, « Le communisme en Chine : flux et reflux ») ; pour la deuxième, des problèmes d’interprétation posés par la persistance du moule totalitaire à travers les déformations maoïstes et après vingt ans de réformes (Michel Bonnin, « Comment caractériser la société chinoise d’aujourd’hui ? »). Enfin Isabelle Thireau a changé d’approche en partant d’une sociologie de la Chine rurale pour étudier le lien social et son évolution au XXe siècle, ce qui a permis de retrouver l’assaut, le reflux et les permanences du communisme à partir d’un terrain spécifique tout en contextualisant la révolution maoïste et ses suites dans la durée d’un XXe siècle dont elles ne dominent que la seconde moitié.

5Durant la première moitié de ce siècle, l’essor de forces sociales nouvelles, auxquelles l’effondrement du cadre étatique impérial vaut une illusoire autonomie, semble inverser le rapport entre l’État et la société : celle-ci s’affirme de façon indépendante, des années 1910 aux années 1920, avant d’être bâillonnée par l’État du Guomindang, embrigadée et re-découpée par celui du parti communiste (années 1930-40). Alain Roux a présenté ces « Caractères originaux de l’époque républicaine (1911 -1949) » en montrant la pertinence de l’histoire sociale pour étudier une époque d’émancipation de la société. Il a également analysé l’évolution méthodologique qui a conduit les historiens du social, sur le terrain chinois comme ailleurs, à puiser dans le répertoire anthropologique afin de rendre compte des rythmes souvent aléatoires et interrompus d’une modernité qui n’effaçait pas la longue durée et ne s’étendait pas uniformément sur l’ensemble de l’espace chinois.

6L’anthropologie, certes, constitue aujourd’hui une approche essentielle et assidûment fréquentée du monde chinois : c’est en toute connaissance de cause qu’elle n’a pas été retenue pour ce premier parcours, du moins en tant que telle, puisque ses méthodes et ses apports enrichissent les autres approches disciplinaires. C’est le cas, par exemple, de celle qui constitue autour de l’étude des savoirs, des sciences et des techniques un domaine en pleine croissance, dont Frédéric Obringer et Françoise Sabban (« Joseph Needham et l’histoire des techniques en Chine ») ont rappelé l’histoire et mis en perspective le projet scientifique.

7À Anne Cheng, enfin (« Entre tradition et modernité : la question du culturalisme »), est revenu le soin non point de conclure - puisque ce parcours n’était qu’un commencement et que le séminaire poursuivra ses travaux -, mais d’exposer, à partir des méthodes de l’histoire intellectuelle, la généalogie du mythe identitaire chinois fondé sur la culture : autre approche du fait chinois, éminemment privilégiée tant par les Chinois eux-mêmes et les pouvoirs qui les gouvernent que par les historiens, approche non moins piégée que privilégiée, qu’il importait de « déconstruire » en montrant comment elle s’est construite dans l’histoire du monde chinois et dans les parcours de la sinologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Chevrier et Françoise Sabban, « Séminaire interdisciplinaire sur le monde chinois », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 708-710.

Référence électronique

Yves Chevrier et Françoise Sabban, « Séminaire interdisciplinaire sur le monde chinois », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15426

Haut de page

Auteurs

Yves Chevrier

Articles du même auteur

Françoise Sabban

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals