Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Archéologie

Les sépultures à incinération de la Préhistoire récente du sud-ouest de l’Europe

Jean Zammit
p. 721-722

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Jean Zammit, docteur en médecine

1Le thème de notre enseignement a été orienté en fonction d’une problématique personnelle, maintenant bien établie depuis plusieurs années, tenant non seulement compte des données archéologiques, biologiques et paléopathologiques qui forment le corps de notre argument mais également, d’un point de vue critique, de l’approche épistémologique du problème en nous référant principalement à une méthodologie de type poppérien dont on sait qu’elle n’a presque jamais été appliquée aux sciences humaines, notamment l’archéologie, en notre pays.

2Ainsi, d’un point de vue général, lors de la présentation de ce séminaire, nous nous sommes efforcé de dépasser le cadre habituel du corpus de nouvelles données enregistrées au sujet des sépultures anciennes ces dix dernières années, pour aborder une relecture autocritique d’un travail similaire effectué dans ce même enseignement, au cours de l’année 1990. Nous avons également présenté une étude historiographique de la question des sépultures et du feu dans la préhistoire, en nous basant sur notre thème de l’année dernière dévolu à l’approche sociologique de la préhistoire en tant que discipline, au sein du mouvement romantique pan-européen du début et de la moitié du XIXe siècle.

3L’un de nos premiers résultats a été de mettre en évidence la relativité manifeste qui entache l’analyse et l’interprétation des sépultures préhistoriques au sein desquels des traces plus ou moins prégnantes de feux intentionnels ont été enregistrés. Cette relativité dépend étroitement des auteurs concernés, de leur formation (archéologues, anthropologues, historiens, etc.), de leur statut social. Ainsi, pour les uns, le feu, qu’il brûle les corps ou les objets matériels votifs qui accompagnent le ou les cadavres, est une manifestation religieuse ; pour les autres, socioculturelle ; pour d’autres encore, économique, etc. Il est ainsi frappant de remarquer, comme nous l’avons déjà tant de fois souligné, que les causes que nous dénommons biologiques, c’est-à-dire les données anthropologiques et paléopathologiques intrinsèques des cadavres qui ont suscité la tombe, ne sont presque jamais prises en considération dans ce type d’analyse. Ce fut ici l’occasion de procéder avec les étudiants à une relecture de l’ouvrage de Gaston Bachelard : La psychanalyse et le feu, ouvrage-clé en ce domaine.

4D’un point de vue pragmatique, nous avons alors entamé une étude circonstanciée des découvertes récentes et classiques de sépultures à incinération (ou crémation) de la préhistoire récente en relevant déjà, pour mieux fixer notre propos, les cas plus anciens du paléolithique supérieur et du mésolithique, en particulier quelques exemples récents telle la nécropole mésolithique de La Vergne, en Charente-Maritime. Pour le néolithique ancien et moyen, c’est autour d’un des sites de Caramany, dans les Pyrénées-Orientales, que nous avons forcé nos conjectures. En effet, au-delà de la mise en évidence, sur des territoires de plus en plus larges et pour des périodes de plus en plus anciennes, de cas évidents de cadavres ou de corps brûlés intentionnellement, en général au sein de tombes véritables, nous pensons que ces types de pratiques mortuaires correspondent autant à des impératifs ou à des conduites socioculturelles qu’à des contraintes biologiques. L’existence de possibles épidémies de maladies infectieuses nées de la domestication des espèces sauvages animales a pu susciter l’apparition de facteurs mortuaires originaux avec éradication par le feu de cadavres contaminés. Même si ces notions demeurent, en l’état actuel des conjectures (de type poppérien), elles pourront être infirmées par des découvertes ultérieures. Cette théorisation nous semble indispensable pour essayer de décrypter au sein du mouvement archéologique, les causes et l’évolution des sépultures anciennes, en particulier des incinérations de cadavres préhistoriques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Zammit, « Les sépultures à incinération de la Préhistoire récente du sud-ouest de l’Europe », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 721-722.

Référence électronique

Jean Zammit, « Les sépultures à incinération de la Préhistoire récente du sud-ouest de l’Europe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15437

Haut de page

Auteur

Jean Zammit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals