Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Archéologie

L’alun de l’Occident romain

Philippe Borgard
p. 722-723

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Philippe Borgard, chargé de recherche au CNRS

1Le terme « alun » désigne diverses substances, de composition apparentée (et notamment le sulfate double d’aluminium et de potassium hydraté), utilisées jusqu’à une date avancée du XXe siècle dans des domaines aussi variés que la médecine, la tannerie ou la teinturerie. L’importance de ce produit a été clairement démontrée pour les industries médiévales et modernes. Qu’en est-il pour des périodes plus anciennes ?

2En premier lieu, une distinction fondamentale s’impose : seul l’alun natif, composé rare, généralement produit en faibles quantités et dans quelques points seulement du pourtour méditerranéen, semble avoir été exploité durant l’Antiquité (ou, du moins, jusqu’à une date avancée du Haut-Empire). Les principaux districts miniers se situent en Orient. L’un d’eux, par exception, se trouve en Occident : celui de Lipari. Son rendement, comme la hauteur des profits que « les Liparotes comme les Romains » en tirent, est souligné par Diodore (V, 10, 2). Différentes observations permettent de penser que cet alun - comme celui, sans doute, d’autres régions productrices - était conditionné en amphores : il s’agit, dans ce cas précis, de conteneurs longtemps restés apatrides que les Anglo-Saxons ont tout d’abord dénommés « Richborough 527 » et que l’on peut rebaptiser, compte tenu de leurs rapports exclusifs avec l’archipel éolien, « amphores romaines de Lipari ».

3La typo-chronologie de ces objets, dressée à partir de l’étude parallèle du matériel des sites consommateurs et des rebuts de l’atelier de Portinenti (île de Lipari), permet de suivre l’évolution de leur distribution - comme celle de leur contenu - depuis le deuxième quart du Ier siècle avant notre ère jusqu’au milieu du IIIe siècle. Elle révèle, avec l’appui des textes grecs et latins, un usage de l’alun éolien aussi varié que pour l’époque moderne, répandu dans toute la partie occidentale de l’Empire.

4Parmi les exemples archéologiques illustrant les utilisations antiques de ce minéral, un cas est particulièrement évocateur : celui du site de Sainte-Anne, à Dijon (Côte-d’Or), au travers duquel la pratique de l’art de la mégisserie, à la charnière du Ier et du IIe siècle de notre ère, est clairement illustrée. Non moins éloquente, l’analyse des différents établissements pompéiens versés dans le travail de la laine - et, plus particulièrement, celle de l’officina infectoria (Pompéi : V 1, 4) -montre quel rôle prééminent l’alun de Lipari a détenu, en tant que mordant, dans la cité vésuvienne. D’autres sites (Jublains notamment, en Mayenne) suggèrent que ce même minéral a également été utilisé par les bronziers gaulois des Ier et IIe siècles de notre ère.

5L’alun des gisements d’Orient, moins connu sinon moins bien diffusé que celui de Lipari, commence seulement à être étudié. Il est encore trop tôt pour que, par un biais identique, une approche des différentes régions minières antiques et de l’importance relative de leur production puisse être tentée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Borgard, « L’alun de l’Occident romain », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 722-723.

Référence électronique

Philippe Borgard, « L’alun de l’Occident romain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15438

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals