Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire des sciences et des techniques

Approches anthropologiques des sexualités

Rommel Mendès-Leite
p. 729-730

Texte intégral

Rommel Mendès-Leite

1L’objectif principal de notre séminaire a été celui d’appréhender et d’analyser la construction d’un discours et donc d’un savoir sur les sexualités dans le domaine des sciences sociales, notamment de l’anthropologie. Nous avons tout d’abord analysé comment le sujet lui-même s’est constitué, non seulement au travers d’une (im)possible autonomisation mais également par le biais d’autres problématiques plus classiques comme les rapports de parenté, économiques, politiques, familiaux, etc. Ainsi, nous avons interrogé des contributions nouvelles dans le domaine des études sur les sexualités, en même temps que les silences de nos disciplines sur cette question. De ce fait, une partie du séminaire a été consacrée à des exposés de recherches récentes dans ce champ, y compris par des intervenants extérieurs.

2D’un point de vue plus théorique, nous avons consacré majoritairement nos propres interventions à l’analyse du débat entre deux des principales approches des sexualités : le constructionnisme social et l’essentialisme. Ce débat fait référence à un certain nombre de controverses philosophiques qui ont pris des formes différentes durant l’histoire. Nombre des scientifiques travaillant sur les sexualités durant la deuxième moitié du XIXe siècle les considéraient comme innées, dans une approche purement essentialiste. D’autres s’éloignaient de ce background biologique et les voyaient comme une condition acquise. Dans leur acception contemporaine, l’approche essentialiste consiste particulièrement dans la reconstruction du sens individuel pour le transformer dans un sens universel. Mais on peut aussi dire que les constructionnistes sont, d’une certaine manière, également essentialistes dans la mesure où ils essayent de comprendre le sens individuel d’un comportement en termes de sens universel, l’hétérosexuel ou l’homosexuel. Pour eux les concepts d’hétérosexualité et d’homosexualité sont comme des idéaux types par le biais desquels chaque comportement ayant trait aux désirs ou aux contacts sexuels entre individus de l’autre ou du même sexe peuvent être interprétés et compris.

3L’essentialisme postule une continuité historique et culturelle, impliquant une identité issue d’une orientation sexuelle ayant existé toujours et partout. Il peut prendre plusieurs formes lors de l’étude des sexualités. Les deux principales sont, d’une part, la croyance que des comportements humains semblant similaires sont en fait les mêmes et, d’autre part, qu’ils sont naturels, prédéterminés par des mécanismes génétiques, biologiques ou physiologiques inchangeables. Pourtant cette approche ne constitue pas une théorie homogène : elle peut se présenter sous des formes assez différentes, de la plus réactionnaire jusqu’à la plus révolutionnaire. Malgré cela, nombre d’intellectuels ont tendance à penser que toutes les formes d’essentialisme ont un caractère purement conservateur. Il est néanmoins vrai que la plupart des tentatives de donner une vision pathologique des formes minoritaires de sexualité sont le plus souvent également essentialistes.

4Au contraire de la continuité suggérée par l’essentialisme, le constructionnisme a une approche en termes de discontinuité : la sexualité serait une construction sociale, conséquence spécifique de certaines conditions historiques et culturelles, pouvant ainsi connaître des valeurs symboliques très différentes. Les précurseurs de cette approche ont été, entre autres, des anthropologues travaillant sur la sexualité durant les années 1960. Pour eux la culture incitait à ou, au contraire, décourageait l’expression de certaines mœurs et pratiques sexuelles. Mais c’est surtout à partir des œuvres de M. Foucault, mettant en avant l’existence d’une véritable rupture lors la création d’un concept médico-biologique en Occident durant le XIXe siècle, que la théorie constructionniste a pris son véritable essor. Établies à partir de données empiriques, les analyses de J. Weeks ont aussi beaucoup contribué à l’élaboration théorique du constructionnisme social en questionnant les concepts mêmes de sexualité et de désir sexuel, analysés comme produits de l’action humaine et de l’histoire, donc malléables et changeables. Cette approche peut stimuler le changement social dans la mesure où l’on considère que si les catégories sexuelles et leurs perceptions sociales et individuelles sont construites, il est possible de les déconstruire et ainsi d’infléchir le sexisme, le machisme et l’homophobie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rommel Mendès-Leite, « Approches anthropologiques des sexualités », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 729-730.

Référence électronique

Rommel Mendès-Leite, « Approches anthropologiques des sexualités », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15444

Haut de page

Auteur

Rommel Mendès-Leite

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals