Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire des sciences et des techniques

Le sexe des techniques. Histoire et sociologie contemporaines

Madeleine Akrich, Danielle Chabaud-Rychter et Delphine Gardey
p. 735-736

Texte intégral

Madeleine Akrich, maître de recherche à l’École des mines
Danielle Chabaud-Rychter et Delphine Gardey, chargées de recherche au CNRS

1Au cours de cette première année de séminaire nous avons cherché à constituer à trois voix la cartographie d’un champ de recherche qui n’existe pas en tant que tel en France, le domaine « genre et technique ». Pour informer davantage la matière de notre préoccupation, on pourrait dire que penser le lien entre les techniques et le genre, c’est considérer d’abord que les techniques n’ont pas des « aspects sociaux » mais sont sociales dans leur constitution ; que la définition du féminin et du masculin, les relations entre les sexes ne sont pas des données (des faits de la nature) mais ont une histoire, une sociologie, une anthropologie ; que ces deux constructions vont parfois ensemble et qu’il est alors possible de dire du genre et des techniques qu’ils se construisent mutuellement. C’est sur cette entre-définition du féminin et du masculin, des objets et des humains qu’ont porté nos questionnements.

2L’enjeu du séminaire était double : il s’agissait d’abord de rendre compte de la créativité et de la portée heuristique de travaux actuels qui s’attellent à explorer en histoire et en sociologie les liens complexes qu’entretiennent les sciences et les techniques avec la définition des identités sexuées ou les relations de genre ; il s’agissait dans le même temps d’entreprendre une généalogie intellectuelle de ce champ et de rétablir dans leur diversité et leurs apports respectifs les courants théoriques, préoccupations et approches à l’origine de ce point de convergence.

3Les lectures confrontées dans ce séminaire ont donc été multiples, tant du point de vue des terrains, sujets, méthodologies et disciplines concernés, que du point de vue des corpus théoriques envisagés. Essentiellement nourries des gender studies britanniques et américaines, et de lectures nordiques, nous avons également largement mis à contribution les outils critiques proposés par la sociologie des sciences et des techniques et entrepris un dialogue entre ces différentes traditions.

4Le séminaire s’est organisé thématiquement autour de trois groupes de séances. Après une séance introductive, le premier thème retenu a été celui « du genre, des techniques et du travail ». Nous y avons discuté successivement du rôle des techniques dans la construction différenciée des rapports aux savoirs (accès différentiel aux techniques, conceptualisation des techniques comme culture masculine) ; dans l’invention et la transformation du travail domestique ; puis de la construction mutuelle des techniques et du genre ; du rôle des techniques dans la recomposition des savoirs et des pratiques professionnelles (autour du cas des sages-femmes et des obstétriciens) ; et enfin du rôle des techniques dans la construction des qualifications (autour de l’histoire du travail de bureau et de l’automatisation).

5Le deuxième thème retenu a été celui des « techniques et de la naturalisation/dénaturalisation des différences ». Nous y avons discuté successivement des sciences, des techniques et de la fabrication des sexes ; de l’incorporation des objets au cours de l’action et de l’extension du corps aux objets (de la domestication aux cyborgs) ; de l’engendrement et des relations de parenté à l’épreuve des techniques de procréation (technologies de reproduction assistée ; mises à l’épreuve des relations de genre et d’engendrement).

6Les deux dernières séances ont été consacrées à l’exploration de nouvelles thématiques : en histoire, les articulations entre l’histoire des techniques et du genre et l’histoire de la consommation ; en sociologie : les recherches et questionnements suscités par l’usage des nouvelles techniques de communication.

7Le séminaire qui se poursuit en 2001-2002 continuera d’explorer théoriquement et concrètement ces territoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madeleine Akrich, Danielle Chabaud-Rychter et Delphine Gardey, « Le sexe des techniques. Histoire et sociologie contemporaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 735-736.

Référence électronique

Madeleine Akrich, Danielle Chabaud-Rychter et Delphine Gardey, « Le sexe des techniques. Histoire et sociologie contemporaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15449

Haut de page

Auteurs

Madeleine Akrich

Articles du même auteur

Danielle Chabaud-Rychter

Articles du même auteur

Delphine Gardey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals