Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Communautés scientifiques et politiques de la science dans la Chine d’aujourd’hui

Marianne Bastid-Bruguière
p. 739-740

Texte intégral

Marianne Bastid-Bruguière, directeur de recherche au CNRS

1L’introduction bibliographique générale sur l’histoire contempo- raine de la Chine a présenté aux étudiants les instruments documentaires classiques et les ressources informatiques nouvelles disponibles en ce domaine.

2L’enseignement a porté d’abord sur la mise en œuvre du programme nucléaire chinois, dont l’analyse avait été engagée l’an dernier, fondée sur les publications récentes de biographies et de mémoires de ses principaux artisans, ainsi que sur les monographies émanant de certains services officiels. On a montré comment l’organisation même des programmes militaires et des mesures de sécurité et de secret qui les entouraient a favorisé la division de la communauté scientifique et technique en plusieurs groupes distincts, concurrents, dispersés, eux-mêmes traversés par des antagonismes souvent aigus, situation reflétée par exemple dans l’opposition entre les groupes de la recherche atomique et ceux des missiles stratégiques. On a examiné aussi le rôle joué par la recherche militaire dans la protection des savants et de l’activité scientifique pendant la Révolution culturelle.

3L’évaluation des effets de la Révolution culturelle sur le développement scientifique et technique a été conduite ensuite, en s’efforçant de les distinguer des conséquences de politiques antérieures, notamment celle dite de « construction des trois fronts », engagée dès avril 1964, dans la logique de la guerre du Vietnam et par crainte d’une attaque américaine, pour transférer et disperser entre les provinces intérieures l’industrie de défense et une partie du potentiel industriel civil. Au terme des analyses sur le démantèlement institutionnel et sur les mesures statistiques dont on dispose concernant la déperdition en matière de personnel et de formation, il est apparu que l’activité scientifique qui avait réussi à survivre par divers expédients comportait malgré tout la plupart des disciplines des sciences exactes, dans leur visée fondamentale comme dans leurs applications.

4À partir de 1977 s’engage une marche vers la commercialisation de la science et des techniques. On a étudié l’expansion planifiée du système scientifique jusqu’en 1985, avec une lecture des textes où s’exprime le renversement doctrinal sur lequel se fonde le passage à une planification consensuelle de la recherche scientifique, ainsi que par l’examen des modalités réelles d’association de la communauté savante à l’élaboration du plan de développement scientifique et technique, et de la signification de ses priorités. L’enquête s’est poursuivie par l’étude de la réorganisation des institutions de recherche et la nouvelle définition de leurs fonctions. Se dessinent alors quatre systèmes distincts : celui de l’Académie des sciences, celui de la recherche universitaire, celui des administrations techniques et celui de la recherche militaire, dont les recrutements sont en concurrence, et la vocation spécifique plus clairement marquée dans la théorie que dans la réalité.

5Le séminaire a accueilli une conférence de Dru Gladney, professeur à l’Université de Hawaii.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Bastid-Bruguière, « Communautés scientifiques et politiques de la science dans la Chine d’aujourd’hui », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 739-740.

Référence électronique

Marianne Bastid-Bruguière, « Communautés scientifiques et politiques de la science dans la Chine d’aujourd’hui », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15453

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals