Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Monde ibérique

Modes de transmission des savoirs élémentaires et des savoirs savants aux époques moderne et contemporaine : objets, pratiques, institutions

Jean Hébrard
p. 747-748

Entrées d’index

Index thématique :

Histoire‚ Monde ibérique
Haut de page

Texte intégral

Jean Hébrard, inspecteur général de l’Éducation nationale professeur associé à l’EHESS

1Le séminaire a été consacré à l’examen de l’historicité de quelques instruments de l’activité intellectuelle (langage, lecture, écriture, rhétorique...) et aux manières dont ils se sont construits ou transmis. Dans les études de cas, l’espace sud-européen (Italie, péninsule Ibérique, France du Sud) ainsi que l’espace colonial sud-américain (Brésil essentiellement) ont été privilégiés.

2Dans un premier ensemble de séances, ce sont les articulations entre oralité et écriture lorsque sont en jeu des ruptures d’équilibre culturel qui ont été explorées. En effet, ces articulations se révèlent d’autant mieux que les communautés d’interprétation des textes (qu’ils soient oraux ou écrits) sont l’objet de restructurations plus ou moins violentes : reconquête par la catéchèse dans l’Europe de la Réforme catholique, missions jésuites dans le Brésil colonial de la fin du XVIe siècle (avec l’aide d’Andréa Daher), missions intérieures dans la France du XVIIIe siècle, etc. Dans tous les cas, la transmission des connaissances et des représentations neuves supposent la restructuration des catégories sociales de compréhension du langage. Celle-ci se fait le plus souvent dans une subtile complémentarité des formes orales et écrites de la culture dont le catéchisme, le sermon, le théâtre missionnaire sont des exemples particulièrement éclairants.

3Lorsque ce sont des savoir-faire (savoir lire par exemple) qui sont concernés, on retrouve des phénomènes similaires. Nous les avons étudiés dans l’apparition progressive, au XIXe siècle, de « nouveaux lecteurs » (lecteurs populaires, lectrices, lecteurs enfants) qui manifestent les étapes de leur conquête du roman au travers des représentations qu’ils construisent de leur accès à la lecture (dans les récits de vie ou la correspondance). En contrepoint, les auteurs eux-mêmes façonnent ce nouveau public dans un dialogue narratif qui laisse entendre la voix qui prend en charge le lecteur et le conduit dans le cheminement de la fiction et de ses pièges (c’est particulièrement évident chez les romanciers brésiliens de la fin du XIXe siècle, dont on peut considérer qu’ils forment leur lectorat comme l’on fait les grands romanciers européens de la fin du XVIIIe siècle).

4Dans un second ensemble de séances, le séminaire a été réuni à celui de Roger Chartier et a permis d’explorer quelques-unes des formes que peuvent prendre les pratiques d’écriture manuscrite des hommes ordinaires : cahiers d’écoliers, journaux intimes, correspondance (avec l’aide de Danièle Poublan et de Cécile Dauphin), récits de guerre, etc. Il s’agissait, cette fois, d’établir par un examen rigoureux des objets la manière dont s’établissent, le plus souvent hors des institutions de transmission de l’écriture, des compétences graphiques et rhétoriques qui caractérisent certains groupes sociaux ou professionnels. Nous avons été particulièrement attentifs aux supports de cette activité (papier, cahiers, carnets...) en ce qu’ils constituent des espaces graphiques plus ou moins apprivoisables et permettent un dialogue entre formes obligées et singularités : palimpsestes, détournements sont ici la règle. Nous avons aussi été attentifs aux difficiles apprentissages (le plus souvent relevant de l’autodidaxie) des formes de la rhétorique de l’épistolarité (articulation entre voix et écriture) ou du récit. Dans ce dernier cas, le choix du genre (épique, satirique...) se révèle l’un des aspects les plus travaillés par les « nouveaux scripteurs ». Nous avons tenté, par ailleurs, d’articuler ces pratiques des hommes ordinaires avec celles qu’un nouveau courant de recherche a dégagé ces dernières années sous la dénomination de « scribal culture ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Hébrard, « Modes de transmission des savoirs élémentaires et des savoirs savants aux époques moderne et contemporaine : objets, pratiques, institutions », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 747-748.

Référence électronique

Jean Hébrard, « Modes de transmission des savoirs élémentaires et des savoirs savants aux époques moderne et contemporaine : objets, pratiques, institutions », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15461

Haut de page

Auteur

Jean Hébrard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals