Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Signes, formes, représentations

Territoires de l’imaginaire, imaginaires des territoires

Emmanuel Lézy
p. 778-779

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Emmanuel Lézy, maître de conférences à l’Université de Paris-X

1La progression des séances visait, à partir de la prise de conscience de la place et des formes de l’imaginaire géographique européen, à entraîner les étudiants vers la compréhension de modes de repérage dans l’espace et le temps de plus en plus lointains. Le lien entre la géographie sédentaire européenne et son équivalent nomade aborigène ou amérindien s’opérait par l’exploration de deux versants de la littérature. Le premier investit un espace réel (la Guyane pour Wilson Harris ou Alejo Carpentier, le domaine océanique pour Hermann Melville) de structures spatiales imaginaires. Le second (les vingt-six pays du Monde d’Orbœ de François Place) soumet au contraire des espaces entièrement fictifs à une interrogation parfaitement concrète des liens entre représentation et construction de l’espace. Six thèmes ont été succesivement abordés :

  • Les fondements de l’imaginaire géographique occidental : des cartes dites en « TO » aux traductions graphiques des théories d’Einstein, l’évolution des représentations mentales de l’espace et du temps et le rôle de l’imaginaire, entre observation et interprétation.
  • Le « Pays des mille eaux » : un pays qui n’existe pas ? La région Guyane est « hantée » par le rêve d’une unité mythique. Ce rêve, mis en place au début du XVIIe siècle et structuré autour de la légende de l’El Dorado, se maintient dans la région, malgré toutes les tentatives d’éradication scientifique et malgré le fractionnement politique, sous des formes dérivées et sous-jacentes.
  • Une géographie littéraire de la Guyane. Qu’apporte à la compréhension de l’espace guyanais l’analyse des parcours narratifs qui y sont projetés et la structure de l’imaginaire littéraire qui s’y développe ?
  • « La Saison et la ligne » ou Moby Dick, une leçon de géographie métisse. Le problème de l’espace constitue Tune des préoccupations majeures de Melville. Dans Mardi, il affirme que la « géographie devrait être la science des marins, puisqu’ils tournent sans cesse les pages du globe ». Moby Dick, deux ans plus tard, se présente comme une réponse à ces interrogations et propose un système cohérent d’explication du monde, nourri autant de lectures savantes que de culture aborigène.
  • François Place et les Atlas imaginaires des géographes d’Orbœ (avec l’auteur). En trois albums et vingt-six pays imaginaires, François Place a construit un alphabet géographique totalement imaginaire dont l’inspiration et la structure procèdent toujours d’un décalage subtil par rapport à des références historiques ou littéraires identifiables. - Fondements de la perception nomade de l’espace et du temps. Tentative de synthèse de l’ensemble du séminaire, il s’agit ici non seulement de proposer une autre vision du monde, identifiable chez les peuples nomades ou semi-nomades, mais de poser la question du nomadisme culturel et religieux qui permettrait de retrouver des traces de cette approche dans nos sociétés les plus sédentaires.

2Par ailleurs, le 10 janvier 2000, une présentation du conte Wayâpi du Serpent Arc-en-ciel, dans le cadre du séminaire « lectures » m’a permis de préciser, à partir d’un exemple concret, les principes de l’arrimage de l’imaginaire et de la géographie, par le biais de la toponymie, chez les Amérindiens de l’Amazonie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Lézy, « Territoires de l’imaginaire, imaginaires des territoires », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 778-779.

Référence électronique

Emmanuel Lézy, « Territoires de l’imaginaire, imaginaires des territoires », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15490

Haut de page

Auteur

Emmanuel Lézy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals