Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Économie

Économie de la connaissance

Dominique Foray
p. 785-786

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Dominique Foray, directeur de recherche au CNRS

1Le séminaire a passé en revue les principaux thèmes relatifs au développement des nouvelles économies du savoir. Après avoir placé l’émergence de ces économies dans une perspective historique et proposé un cadre théorique pour distinguer savoir et information, on a tenté de saisir ce qui constitue la spécificité de ces économies, en particulier cet aspect essentiel qui consiste dans l’accélération sans précédent du rythme de création, d’accumulation et sans doute aussi de dépréciation de la connaissance. Cette tendance se traduit notamment par une intensité forte de progrès scientifique et technologique. Elle a une multitude de conséquences et pose un grand nombre de défis, qui sont examinés. Elle n’est cependant pas aussi marquée d’un secteur à un autre.

2Un nouveau type d’institution participe fondamentalement à ce phénomène. Ce sont les communautés de connaissance, réseaux d’individus dont l’objectif fondamental est la production et la circulation de savoirs nouveaux et qui interconnectent des personnes appartenant à des entités différentes, voire rivales. La plupart de ces communautés traversent les organisations et institutions classiques (les entreprises, les centres de recherche, les agences publiques et gouvernementales) et les membres de ces communautés sont aussi les employés de ces organisations. Une manifestation du développement des économies du savoir renvoie donc à la pénétration des organisations classiques par des individus qui représentent une valeur pour ces organisations dans la mesure où ils conservent un attachement à une communauté de savoir « extérieure ». Ce sont des ingénieurs appartenant à des firmes différentes qui échangent des connaissances et des « secrets » de fabrique dans le cadre d’un réseau fonctionnant sous la règle de réciprocité ; ce sont des scientifiques, employés dans de grandes firmes pharmaceutiques, qui restent fortement liés à leurs communautés scientifiques d’origine ; il peut s’agir aussi d’usagers d’une même technologie (un logiciel), travaillant dans des entreprises distinctes et rivales. Pénétrant ainsi les organisations classiques, ces communautés sont les agents de transformation de nos économies. Dans tous les cas, la difficulté réside dans les conflits possibles entre les logiques de l’entreprise privée (où la nouvelle connaissance est contrôlée de façon exclusive) et les logiques de ces communautés de connaissance dont l’essence réside dans le partage du savoir. La communauté de savoir est fragile puisqu’elle est basée sur des règles informelles (réciprocité, divulgation). Elle peut donc se dégrader très rapidement dans le cas où certains de ses membres n’ont plus la possibilité (ou la volonté) de respecter ses règles.

3Le séminaire a traité enfin quelques grandes questions à propos des nouvelles compétences requises pour s’insérer dans cette économie, de la nouvelle géographie qui s’esquisse (dans laquelle la contrainte de distance physique cesserait de dominer), des conditions d’accès à l’économie du savoir, notamment pour les pays en développement, de l’inégal développement de la connaissance selon les secteurs d’activité, des problèmes de propriété intellectuelle et de privatisation de la connaissance, des questions de confiance, de mémoire et de fragmentation des savoirs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Foray, « Économie de la connaissance », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 785-786.

Référence électronique

Dominique Foray, « Économie de la connaissance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15496

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals