Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’anthropologie religieuse européenne

Philippe Boutry et Dominique Julia
p. 796-797

Texte intégral

Philippe Boutry, directeur d’études
avec Dominique Julia, directeur de recherche au CNRS

Sainteté et sacralités. Perspectives historiographiques

1Le séminaire du Centre a approfondi la réflexion menée depuis deux ans sur le thème de la sainteté auquel cinq séances ont été consacrées. Deux d’entre elles ont présenté un bilan historiographique et des perspectives de recherche sur la sainteté au Moyen Âge (Sofia Boesch Gajano, Université La Sapienza de Rome) et à l’époque moderne (Philippe Boutry et Dominique Julia) à partir de la bibliographie récente, l’accent étant mis sur le renouveau des études dédiées depuis le début des années 1980 à la sainteté féminine. Dominique Julia a étudié le sens du culte des saints tel qu’il apparaît dans le Mémorial de Pierre Favre, l’un des tout premiers compagnons d’Ignace de Loyola, tout à la fois enracinement local d’une expérience religieuse missionnaire, point de départ et support d’une méditation au sein d’une Allemagne marquée par la progression de l’« hérésie » luthérienne. Catherine Maire (CNRS) a présenté la Topographie des saints publiée par Adrien Baillet, érudit gallican et bibliothécaire de François-Chrétien de Lamoignon (1649-1706). Cet ouvrage, qui est directement dérivé de son œuvre monumentale Les vies des saints, parue à Paris en 1701 (en trois volumes in-folio ou douze volumes in-8°), permet de saisir à l’orée du XVIIIe siècle quelle est la géographie des saints d’un hagiographe français. La surreprésentation de la France dans cet ensemble, et parmi ces saints « français » de deux périodes, celles du christianisme antique et surtout celle du haut Moyen Âge, trahit la volonté de mettre en valeur la glorieuse tradition de l’Église gallicane qui est un témoignage de sa légitimité. Marie-Élisabeth Ducreux (CNRS) a analysé un dossier de canonisation contesté : celui de Jan Sarkander, artisan d’une recatholicisation militante de la Moravie au temps de l’archiduc Matthias et de la guerre de Trente Ans : sa béatification en 1859 s’inscrit dans le courant d’un catholicisme intransigeant et anti-libéral, qui cherche à proposer une voie de substitution pour un catholicisme national ne remettant pas en cause les fondements de la société. La canonisation de 1995 cherche à retisser les liens entre catholiques polonais et tchèques et à proposer un certain type d’œcuménisme dans une société post-communiste.

2Trois autres séances ont traité de questions qui traversent les enquêtes menées par le CARE. Marie-Christine Gomez-Géraud (Université d’Amiens) a analysé la renaissance du récit du pèlerinage à Jérusalem au temps de la Contre-Réforme à partir du corpus des textes conservés. Guy Lazure (Université Johns Hopkins, Baltimore) a étudié la constitution du trésor des quelque 7 500 reliques du palais-monastère de l’Escorial par Philippe II, le sens symbolique et politique qu’il faut lui attribuer. Enfin, Olivier Chaline (Université de Rennes-II) a traité de la dimension sacrale de la bataille de la Montagne Blanche en 1620 et du rôle central du carme Dominique de Jésus-Marie (1559-1630) dans la victoire des armées catholiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Boutry et Dominique Julia, « Centre d’anthropologie religieuse européenne », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 796-797.

Référence électronique

Philippe Boutry et Dominique Julia, « Centre d’anthropologie religieuse européenne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15502

Haut de page

Auteurs

Philippe Boutry

Articles du même auteur

Dominique Julia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals