Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherches sur les mondes américains

François-Xavier Guerra, Carmen Salazar-Soler et Jean-Michel Sallman
p. 812-813

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

François-Xavier Guerra, professeur à l’Université de Paris-I
Carmen Salazar-Soler, chargée de recherche au CNRS
Jean-Michel Sallman, professeur à l’Université de Paris-X

L’Euro-Amérique : un espace culturel commun

1Le séminaire de l’UMR 8565, qui a eu lieu pour la troisième année consécutive autour de la question des « circulations » - des personnes (1998-1999) et des choses (1999-2000) - a réuni en 2000-2001 une trentaine de personnes à chacune de ses sept séances. Organisé par François-Xavier Guerra (Université de Paris-I) et Annick Lempérière (Université de Poitiers), il a été consacré à la circulation, l’appropriation et la ré-élaboration des idées et des représentations que l’Amérique ibérique n’a cessé de partager avec l’Europe depuis le XVIe siècle. La nouveauté de l’approche, soulignée par le néologisme « Euro-Amérique », consiste à envisager l’existence d’un vaste espace dans lequel, à partir d’un patrimoine culturel commun (celui de l’Antiquité classique et du Moyen Âge chrétien), sont produits de concert, de part et d’autre de l’Atlantique et à toutes les périodes, des idées et des savoirs vivants. Sous la domination hispano-portugaise, la noblesse indienne et métisse de Nouvelle-Espagne plie à ses usages le théâtre du Siècle d’or (Jésus Bustamante, CSIC, Madrid), tandis que la géographie américaine donne un regain de vigueur aux idéaux urbanistiques de Vitruve réinterprétés par Thomas d’Aquin (Alain Musset, EHESS) ; dans les années 1800, les publicistes de Bogota mettent le classicisme à l’honneur en transfigurant le monarque espagnol en « prince augustéen » (Georges Lomné, Université de Marne-la-Vallée). Au XIXe siècle, l’anthropologie physique, en plein essor en Europe, met l’« homme patagonien » au cœur de débats scientifiques entre savants argentins et français et concourt à l’élaboration d’un imaginaire national (Mônica Quijada, CSIC, Madrid). À l’époque contemporaine, la réception de la pensée de Jacques Maritain, qui donne naissance aux partis démocrates-chrétiens en Amérique du Sud (Olivier Compagnon, Université de Toulouse-ll), et l’essor de la théologie de la libération, au Brésil, à partir de sources françaises, dominicaines et jésuites (Michael Lôwy, EHESS), mettent en évidence la complexité et la vitalité d’une histoire religieuse qui n’a cessé d’être articulée à ses sources européennes, et ré-employée dans le cadre de formes de sociabilités qui leur assurent, à la faveur de contextes divers, une large socialisation. Enfin, l’exemple des mouvements indianistes - dont les leaders sont totalement occidentalisés - et des demandes articulées au niveau international par les ONG et l’ONU, a souligné à quel point s’estompe la différence entre le local et le global (Henri Favre, CNRS).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Xavier Guerra, Carmen Salazar-Soler et Jean-Michel Sallman, « Centre de recherches sur les mondes américains », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 812-813.

Référence électronique

François-Xavier Guerra, Carmen Salazar-Soler et Jean-Michel Sallman, « Centre de recherches sur les mondes américains », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15521

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals