Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Groupe de géographie sociale et d’études urbaines

Alain Musset, Marcel Roncayolo, Marie Vic-Ozouf, Bernard André, Annie Sevin et Annick Tanter-Toubon
p. 815-817

Texte intégral

Alain Musset et Marcel Roncayolo, directeurs d’études
Marie Vic-Ozouf, maitre de conférences
avec Bernard André, Annie Sevin, ingénieurs d’études
et Annick Tanter-Toubon, ingénieur de recherche

Les territoires de la ville : acteurs, enjeux, expériences

1Le séminaire s’est déroulé sous la forme de journées thématiques réunissant chercheurs, doctorants et professionnels de l’aménagement. Trois thèmes ont été abordés.

2- Géopolitique de l’eau. Journée d’études organisée par Alain Musset et Marie-Vie Ozouf-Marignier et présidée par Josefina Gómez Mendoza (Université autonome de Madrid), professeur invité à l’EHESS et Jean-Paul Hague (IUFM de Rouen). L’hydrographie et la distribution de l’eau ont une géographie. Une première série d’exposés a montré la reconnaissance d’un principe de division spatiale dans les bassins hydrographiques. En France, la théorie des bassins fluviaux a dominé la cartographie et la pédagogie du XIXe siècle, avant de faire l’objet d’une contestation sévère par les géographes vidaliens. Par-delà les débats savants, les bassins ont fait l’objet, ici ou là, et dans certaines circonstances, d’un intérêt avéré de la société civile. Il peut s’agir de sociétés locales qui voient le fondement d’une cohésion territoriale dans l’organisation des circuits économiques et sociaux suivant la configuration en vallées ou selon la circulation fluviale (Marie-Vie Ozouf-Marignier, « Bassins hydrographiques et divisions administratives en France XIXe-XXe siècle. Jalons pour une histoire »). À la charnière du XIXe et du XXe siècle, les régionalistes français proches des milieux économiques (ligériens, aquitains, alpins, etc.) tentent de même d’inscrire dans les institutions les groupements régionaux que déterminent les réseaux fluviaux (Jacquemine Garel, IUFM de Paris, « Réseaux ou régions ? Les débats sur la restructuration du réseau navigable en France autour de 1900 »). De même, en Italie, les bassins ou les vallées ont été le support de vigoureuses revendications politiques au moment de la formation de l’unité (Gilles Pécout, École normale supérieure, « Les vallées dans la représentation politique du territoire italien, du Risorgimento à la fin du XIXe siècle »).

3Les bassins peuvent également susciter des enjeux conflictuels liés à l’usage de l’eau. Le cas des fleuves transfrontaliers est un terrain d’étude privilégié. Une deuxième série d’interventions a donc porté sur les grands enjeux contemporains liés à la maîtrise et au partage de l’eau par les États et les nations, dans des contextes géographiques et géopolitiques particulièrement sensibles. L’Espagne et le Portugal, qui partagent ainsi la gestion de cinq fleuves, sont le cadre d’enjeux contrastés que les conventions internationales ne parviennent pas toujours à concilier (Carine Gendrot, Université de Paris-I, « Le fleuve et la frontière. L’évolution de la conception de l’eau à travers les conventions luso-espagnoles depuis 1864 »). Dans un contexte international où les enjeux du contrôle de l’eau sont de plus en plus forts, il apparaît nécessaire de s’interroger non seulement sur les fondements juridiques et les enjeux politiques et financiers de ce partage (souvent inégal), mais aussi sur l’impact territorial des politiques de mise en valeur des ressources hydrauliques, à l’échelle locale et nationale, et plus particulièrement dans les régions transfrontalières. Les exemples du delta du Bengale (Yves Lacoste, Université de Paris-VIII, « Le delta du Bengale et ses énigmes »), du Colorado (Alain Musset, « Le Colorado entre deux feux (Mexique/États-Unis) : le pillage d’un fleuve ») et des eaux proche-orientales (Patrick Ribau, SEDET-GREMAMO, « Proche-Orient : “la sécurité des eaux arabes” ») ont illustré cette problématique. Les interventions de cette journée feront l’objet d’une publication dans un numéro spécial de la revue Trames.

4- Le quartier : découpage administratif, territoire identitaire, espace politique. Journée d’études organisée par Alain Musset et Annick Tanter, et présidée par Marcel Roncayolo. Cette deuxième journée avait pour objet de croiser le regard et les interrogations des chercheurs et des acteurs de la ville à partir d’une notion très polysémique : le quartier. Comment la notion de quartier participe-t-elle à la construction des identités territoriales ? Déjà doté d’un contenu institutionnel et politique dans l’Italie médiévale, ce « quart de ville » est devenu aujourd’hui l’expression symbolique désignant une échelle de la démocratie locale où serait favorisée la participation des habitants à la gestion urbaine par le biais des conseils de quartier. Dans une telle perspective, on peut s’interroger non seulement sur les critères choisis pour caractériser ce qui apparaît comme un morceau de ville doué d’une plus ou moins grande autonomie culturelle et politique, mais encore sur les courants de pensée qui s’expriment dans le choix d’un fonctionnement électif et d’une configuration spatiale. Pour définir les rapports complexes qu’entretiennent ces lieux, ces formes et ces pratiques de la ville avec des identités pré-construites, notre but était de favoriser les perspectives comparatistes en abordant des contextes urbains différents et en croisant le regard des chercheurs et des acteurs de l’aménagement.

5Annick Tanter et Eisa Martayan (chargée de l’urbanisme au cabinet de Michel Charzat, maire du XXe arrondissement de Paris), ont appréhendé le quartier comme échelle de la démocratie locale en confrontant les expériences de conseils de quartier mis en place à Bologne dès les années 1960 et à Paris à partir de 1995. Sonia Frisch (docteur en géographie urbaine de l’Université de Paris-X), l’a abordé comme espace identitaire fondé sur les pratiques des groupes sociaux, à partir des luttes entre gangs latinos à San Francisco. Philippe Darteil, directeur d’une association de réhabilitation urbaine, le Pactarim 93, a questionné à partir de son expérience les articulations souvent manquées entre trois types de périmètres de projet, l’urbain, le politique et le social.

6- L’aménagement du territoire est-il possible en Île-de-France aujourd’hui ? Conférence de Jean-Pierre Duport, préfet de la région Île-de-France, préfet de Paris, suivie d’un débat animé par Marie-Vie Ozouf-Marignier et Marcel Roncayolo. L’aménagement du territoire connaît aujourd’hui une nouvelle donne en raison des modifications législatives intervenues depuis une vingtaine d’années (lois de décentralisation, lois d’aménagement et de développement du territoire, loi « Solidarité et renouvellement urbain »). Cette séance a visé à décrire le nouveau rôle de l’État, dans son intervention déconcentrée à l’échelon régional, dans un paysage de complexification institutionnelle. Les thèmes abordés ont porté sur les outils de l’aménagement (schémas directeurs, contrats de plan, plan de déplacements urbains, procédure de l’agrément), sur les objectifs (valorisation du développement selon un axe nord-ouest/sud-est, reconstruction de la ville sur la ville, polarisation raisonnée et préservation de l’environnement) et sur les effets de l’intercommunalité sur la mise en œuvre de nouveaux projets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Musset, Marcel Roncayolo, Marie Vic-Ozouf, Bernard André, Annie Sevin et Annick Tanter-Toubon, « Groupe de géographie sociale et d’études urbaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 815-817.

Référence électronique

Alain Musset, Marcel Roncayolo, Marie Vic-Ozouf, Bernard André, Annie Sevin et Annick Tanter-Toubon, « Groupe de géographie sociale et d’études urbaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15527

Haut de page

Auteurs

Alain Musset

Articles du même auteur

Marcel Roncayolo

Articles du même auteur

Marie Vic-Ozouf

Bernard André

Articles du même auteur

Annie Sevin

Articles du même auteur

Annick Tanter-Toubon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals