Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Méthodes et techniques des sciences sociales

Méthodes et techniques graphiques

Françoise Vergneault-Belmont, Paul-André Rosental, Francis Chateauraynaud et Didier Torny
p. 117-121

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Françoise Vergneault-Belmont, directrice d’études

La cartographie comme parcours expérimental et chemin de découverte : itinéraires en sciences sociales

1L’approche cartographique multivariée de son terrain d’investigation offre au chercheur qui s’engage dans cette voie une appropriation progressive et approfondie de son sujet d’étude : en parcourant ainsi l’espace qu’il étudie, et en l’abordant selon différents points de vue, il l’appréhende autrement, découvrant peu à peu les composantes passées et présentes et les relations entrecroisées qui en constituent la trame. Le passage de la réalité à la carte, de l’objet à sa représentation, et vice versa, implique des opérations de lecture et d’écriture : « lecture » de l’espace à représenter, « écriture » de la carte ; lecture d’une carte, confrontation de cette image avec la réalité qu’elle veut traduire ou avec d’autres représentations du même espace. Qui dit lecture et écriture dit langage. S’agissant de carte, le langage mis en œuvre est spécifique : s’il est partiellement textuel et donc familier (les titres, les légendes, la toponymie), il est avant tout graphique, puisque ce sont les signes, le dessin, qui portent l’essentiel du message à transmettre. La transcription en image de ce message (tiré de chiffres, de textes, de configurations spatiales), autrement dit, son énonciation par le truchement du langage graphique, contraint le chercheur à repenser son matériau. Il lui faut, en effet, maîtriser l’essence des objets ou des phénomènes à représenter, de sorte à les traduire au plus près, au plus juste, afin que l’objet, le concept, sa mise en mot et sa mise en image soient étroitement en correspondance. Telle est du moins la contrainte à laquelle est soumise l’image scientifique surtout lorsqu’elle se veut, comme ici, objet d’expérimentation. Ce faisant, dans l’exigence de la traduction, le chercheur puise un savoir et un savoir-faire spécifiques.

2Mettre l’espace en langage graphique pour le faire parler demande en effet un apprentissage : la maîtrise de ce langage n’est pas innée, elle s’acquiert, comme ailleurs, par l’enseignement, la pratique, l’expérience, et avec le temps. Si cette acquisition renouvelle le regard que le chercheur porte sur son terrain d’investigation, elle lui forge de surcroît un outil d’analyse de l’espace et de ses représentations dont il pourra faire usage ailleurs, dans l’appréhension des cartes actuelles, mais aussi des cartes anciennes ou de tout document de même type, en particulier les représentations de l’espace auxquelles s’intéressent les anthropologues.

3C’est à travers l’étude systématique de plusieurs itinéraires de recherche ayant emprunté la voie graphique que l’on a testé différentes grilles d’analyse de l’espace et que l’on a montré par ailleurs comment la carte pouvait être un langage de réflexion et un instrument d’expérimentation pour les sciences sociales.

4Ce dernier thème a fait l’objet d’une communication de notre part, en juin 2002, dans le cadre du colloque consacré à « François de Dainville (1909-1971) : un géographe pionnier de l’histoire de la cartographie et de l’éducation », sous l’intitulé : « La carte comme langage de réflexion ».

Enseignement collectif sous la responsabilité de Paul-André Rosental, maître de conférences

Les recherches nominatives et leur formalisation

5Les sciences sociales manifestent un intérêt croissant pour les approches « microscopiques » et nominatives. Elles recourent de plus en couramment aux notions de trajectoire et de réseaux, afin de percevoir plus finement les ressources et contraintes à l’œuvre dans les dynamiques sociales. Le rapport aux sources s’en trouve modifié : les documents nominatifs, qui servaient auparavant de matériau pour des reconstitutions statistiques agrégées, sont aujourd’hui utilisés dans l’idée de suivre pas à pas le parcours des individus et des familles. Les supports informatiques ont accompagné cette transformation : plusieurs logiciels, aisés d’accès et d’emploi, permettent de reconstituer et de combiner des bases de données nominatives. En revanche, les chercheurs qui s’efforcent d’explorer cette voie nouvelle se heurtent souvent à un obstacle statistique : leur formation initiale ne leur permet pas toujours de soumettre leurs hypothèses à l’épreuve de la mesure. Cet obstacle est d’autant plus regrettable que beaucoup de techniques quantitatives ont connu des évolutions parallèles à celles de nos disciplines. En rupture avec la statistique descriptive, systématiquement demandeuse de gros échantillons et de représentativité, l’économétrie offre le moyen de travailler sur de petits effectifs. Comme les approches « micros » des sciences sociales, elle préfère l’identification de processus causaux à la description comptable des formes sociales. Les analyses de réseaux, la life-event history, posent des questions directement congruentes à celles des recherches nominatives contemporaines.

6Ces correspondances permettent aux approches « micros » des sciences sociales d’espérer progresser dans leur pouvoir de validation et de généralisation – précisément les deux dimensions pour lesquelles elles ont été le plus controversées. Elles portent aussi sur la possibilité de combiner analyse relationnelle et suivi diachronique, examen de parcours individuels et de structures institutionnelles, étude d’auteurs et du contenu de leurs discours. Cette richesse remet en cause les critiques anciennes – elles datent d’une vingtaine d’années – contre l’emploi du quantitatif en sciences sociales. Désormais, ce n’est plus la pauvreté des outils de mesure qui est en cause, mais leur diversité et leur sophistication. Avec le développement continu d’outils de plus en plus ciblés, l’identification même de la procédure la plus adaptée est devenue problématique, sans parler de son coût d’apprentissage.

7Pour remédier à ces difficultés, le séminaire s’est efforcé d’établir une réflexion commune aux chercheurs en sciences sociales et aux statisticiens sur la formalisation des phénomènes sociaux. Il a réuni des enseignants-chercheurs, des doctorants demandeurs d’applications quantitatives ou les pratiquant déjà, et des statisticiens ou économètres intéressés aux problématiques de nos disciplines. Il a consisté en la présentation, par des historiens ou des sociologues, de travaux en cours fondés sur de vastes corpus de données nominatives. Les solutions qu’ils envisageaient ont fait chaque fois l’objet d’une discussion collective, portant notamment sur les techniques quantitatives possibles pour les formaliser, sur leurs apports et leurs limites par rapport aux problématiques de la recherche. Le choix des séances a eu pour but de passer en revue, au cours de l’année, divers outils quantitatifs et plusieurs types de données (généalogiques, relationnelles, intra-générationnelles).

8Claire Lemercier (CHEAR) a présenté un exposé fondé sur sa thèse récemment soutenue et intitulé « Trajectoires, appartenances multiples, logiques collectives et institutions : le cas du commerce parisien au XIXe siècle ». À partir des données qu’il recueille actuellement sur les associations new-yorkaises au début du siècle, Christian Topalov a soumis « La notion de “réformateur” en 1900 à l’épreuve des réseaux ». Il s’agissait, dans les deux cas, de déterminer comment reconstituer simultanément les trajectoires et des réseaux des élites, et le paysage institutionnel dans lequel elles évoluent.

9La question des liens entre trajectoires professionnelles et parcours de mobilité a été traitée par le biais de deux exposés. Patrice Bourdelais et Michel Demonet se sont demandés « Comment traiter les mentions professionnelles individuelles ? » en s’appuyant sur les registres nominatifs du Creusot au milieu du XIXe siècle. Cécile Détang-Dessendre, Séverine Gojard et Nicolas Renahy (INRA) ont analysé les relations entre « Parenté, emploi et migration dans un village industriel bourguignon ».

10Les difficultés propres à l’analyse généalogique ont fait l’objet d’une présentation de Martine Bennini intitulée « Vénalité des offices, crédit privé et transmission familiale. Les conseillers à la cour des Aides à Paris au XVIIe siècle ». Enfin, Emmanuel Lazéga (Lille-I) a montré comment tirer parti de l’analyse des réseaux pour identifier les mécanismes de fonctionnement propres aux institutions collégiales.

Francis Chateauraynaud, maître de conférences avec Didier Torny

11Compte rendu non communiqué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vergneault-Belmont, Paul-André Rosental, Francis Chateauraynaud et Didier Torny, « Méthodes et techniques graphiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 117-121.

Référence électronique

Françoise Vergneault-Belmont, Paul-André Rosental, Francis Chateauraynaud et Didier Torny, « Méthodes et techniques graphiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15550

Haut de page

Auteurs

Françoise Vergneault-Belmont

Articles du même auteur

Paul-André Rosental

Articles du même auteur

Francis Chateauraynaud

Articles du même auteur

Didier Torny

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals