Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Archéologie

Néolithisation et premières sociétés rurales

Jean Guilaine et François Briois
p. 135-139

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Jean Guilaine, directeur d’études

Préhistoire et protohistoire de la France

1Ce séminaire a donné lieu à une série d’exposés concernant un certain nombre de recherches en cours.

2Corinne Tixier a dressé un tableau des résultats issus des recherches palynologiques qu’elle conduit dans les vallées du bassin moyen de la Dronne (Dordogne) : ces séquences vont du tardi-glaciaire à l’actuel. Thierry Giraud a présenté deux habitats post-glaciaires en zone humide situés à la Grange du Verseur à Surgères (Charente-Maritime) : l’un se rattache au mésolithique moyen, l’autre au mésolithique récent à armatures trapézoïdales.

3Le néolithique moyen a fait l’objet de plusieurs interventions. Hubert Lepaumier a présenté l’état des connaissances sur le tumulus de Vierville (Manche). Yaramila Tcheremissinoff a évoqué les sépultures chasséennes récemment mises au jour dans la région de Limoux (Aude) tandis que Gilles Loison a analysé les résultats obtenus sur la nécropole du Crès près de Béziers (Hérault), de loin le site funéraire le plus important du Sud de la France pour le néolithique moyen. Muriel Gandelin a dressé un bilan des connaissances sur les enceintes du site de Villeneuve-Tolosane (Haute-Garonne). Carine Muller a fait le point sur les diverses variétés de structures de combustion reconnues dans le néolithique méditerranéen français et proposé une vision fonctionnelle, du terrain à l’interprétation.

4Le néolithique final et le chalcolithique ont donné lieu à deux exposés. L’un, dû à Annie Montecinos, a concerné l’évolution typo-chronologique du Vérazien de Mailhac (Aude). Paulette Pauc a répertorié les ateliers de production des parures en coquillages marins des Corbières et montré la large pratique de cette activité sur divers établissements.

5L’âge du bronze terminal a fait l’objet d’un exposé de S. Ballivy consacré à la grotte du Gardon (Ain).

6Par ailleurs, une journée entière, animée par Laurent Carozza, a concerné la présentation des résultats issus de la fouille du Puech Haut à Paulhan (Hérault), l’une des plus importantes fouilles néolithiques de sauvetage, récemment réalisées dans le cadre des travaux de l’Institut national de recherches archéologiques préventives.

Le concept de « déesse » néolithique : données archéologiques, constructions symboliques

7Les développements de l’archéologie symbolique entraînent fréquemment la référence à une « déesse » néolithique (ou grande déesse, déesse-mère, ou déesse des morts, etc.) supposée avoir constitué la référence idéologique essentielle des paléocommunautés agricoles. Dans ce séminaire, on s’est attaché à analyser l’émergence de ce concept et à en suivre dans la littérature archéologique le développement et les variantes. Dans l’Antiquité, le « genre » de la terre est considéré comme féminin. Au XIXe siècle, le mouvement romantique contribue à transformer en lieux communs des sujets tels que la Terre-Mère, la Mère-Nature, la lune, la nuit, thèmes liés à l’émotion ou à l’exaltation (en réaction contre la « raison » des Lumières). À la même époque se développe l’idée que les déesses de l’Antiquité gréco-romaine étaient l’émanation d’une même grande déesse préhistorique (E. Gerhard). L’idée d’une terre-mère généreuse, affective, est alors confortée par l’œuvre de J. J. Bachofen qui, dans sa vision évolutionniste, tente de démontrer que la mère reste l’élément moteur de la famille au moins jusqu’à la fin de la préhistoire (la « gynécocratie »). La trajectoire linéaire de l’organisation sociale de l’humanité proposée par L. H. Morgan conforte pour le néolithique (la « Barbarie ») le rôle de la maison de l’épouse. La place des femmes dans la transition à l’agriculture est largement développée par G. Frazer. La notion de « matriarcat », adoptée par F. Engels, restera très présente dans la vision historique du monde communiste. Si l’archéologie, faute de documents, reste un temps à l’écart de ces notions, la progressive découverte de figurines convertit bientôt certains chercheurs à l’idée d’une déesse-mère néolithique (ainsi A. Evans finit par considérer les statuettes néolithiques de Cnossos comme les archétypes de la déesse-mère babylonienne). Au XXe siècle, certains auteurs (comme J. Hawkes) vulgariseront l’idée d’une grande déesse néolithique dont la religion, née au Proche-Orient, aurait suivi la migration des « missionnaires » mégalithiques jusqu’en Occident. On croyait alors, à la suite de V. G. Childe, que le mégalithisme occidental était, comme l’agriculture ou l’élevage, une émanation de la zone motrice est-méditerranéenne. En 1951, O. G. S. Crawford décrivait une « Eye Goddess », d’origine néolithique et largement présente dans les cultures postérieures. Vers la fin des années 1950, les travaux de J. Maringer et E. O. James contribuaient à leur tour à développer l’idée d’une déesse néolithique dont l’esprit aurait subsisté dans la plupart des religions ultérieures. Des archéologues de renom (Childe, Daniel) finiront par adopter ces idées, qui allaient se trouver revalorisées par les découvertes de J. Mellaart à Çatal Huyuk. Il faudra attendre les critiques de P. Ucko puis de A. Fleming pour dénoncer le côté spéculatif de ces diverses interprétations. Ce séminaire sera poursuivi en 2002-2003.

8Le directeur d’études a, par ailleurs, continué ses recherches sur le site néolithique précéramique de Shillourokambos à Chypre.

Publications

  • Avec J. Zammit, El camino de la guerra. La violencia en la prehistoria, trad. espagnole de Le sentier de la guerre (2001), Barcelone, Ariel Prehistoria, 2002, 283 p., 61 fig., 26 p.
  • Avec A. Langaney, J. Clottes et D. Simonnet, A mas bela história do homem, trad. portugaise de La plus belle histoire de l’homme (2000), Rio de Janeiro, Difel, 2002, 190 p.
  • « De la violence préhistorique », dans Origine de l’Homme. Réalité, mythe, mode, sous la dir d’Y. Coppens, Paris, Artcom, 2001, p. 241-250.
  • « Malte et la préhistoire de la Méditerranée », Dossiers de l’Archéologie, 267, octobre 2001, p. 16-33, 32 fig.
  • Préface à G. Aumassip, L’Algérie des premiers hommes, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’Homme/Ibis Press, 2001, p. 7-10.
  • Avec F. Briois, « Parekklisha-Shillourokambos, an early neolithic site in Cyprus », dans The earliest prehistory of Cyprus. From colonization to exploitation, sous la dir. de S. Swiny, American schools of Oriental research (Archaeological reports), Boston, CAARI Monograph Series, p. 37-53, 9 fig.
  • Avec F. Claustre, Ο. Lemercier et P. Sabatier, « Campaniformes et environnement culturel en France méditerranéenne », dans Bell beakers today. Pottery, people, culture, symbols in prehistoric Europe. Proceedings of the international colloquium, Riva del Garda (Trento, Italy), 11-16 may 1998, sous la dir. de F. Nicolis, Trente, Provinzia autonoma di Trento, 2001, p. 229-275, 24 fig.
  • Avec J. Coularou et F. Briois, « Bizien de Bize », Revue archéologique de l’Ouest, sup. 9, 2001, p. 247-265, 17 fig.
  • Avec P. Rouillard, « Les mémoires de la Méditerranée », préface à Autour de F. Braudel, sous la dir. de P. Carmignani, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2002, p. 93-97.
  • Avec E. Vartanian, P. Guilbert, C. Roque, C. Ney, F. Bechtel, M. Schvoerer et G. Cremonesi, « Une contribution de la thermoluminescence à la chronologie de la néolithisation en Italie du Sud-Est. Céramiques et terres brûlées du site de Matera-Trasano », dans Datation. XXIe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, Éd. APDCA, 2001, p. 401-406, 2 fig.

François Briois, maître de conférences

Technologie et cultures du Néolithique méditerranéen

9Dans la continuité des séances des deux précédentes années, le séminaire a été consacré aux productions matérielles des dernières sociétés de chasseurs-cueilleurs jusqu’au début des âges des métaux, en différents points de l’aire méditerranéenne. La réflexion, qui est au cœur de nos thèmes de recherches et de nos terrains en France et à l’étranger, a été conduite à partir de plusieurs nouveaux exemples au sein d’aires culturelles et chronologiques variées de Méditerranée occidentale, du Proche-Orient et de l’Égypte.

10Les formes de productions, essentiellement abordées sous l’angle des outillages de pierre taillée, sont analysées en prenant en compte les ressources, les modes d’acquisition et de diffusion des matériaux, la recherche des niveaux de compétence, les indices de spécialisation et la division spatiale des chaînes opératoires. Ces différentes approches participent à l’identification de normes culturelles inscrites dans le fait technique lui-même. Elles permettent aussi d’appréhender les modes d’organisation socio-économique dans la fabrication des outillages et de définir les traits techniques stables, capables de caractériser les composantes culturelles des sociétés en voie de sédentarisation. Ces différentes questions ont été notamment discutées à partir des bilans synthétiques sur les complexes industriels du néolithique précéramique de Syrie (exposé de F. Abbès, Maison de l’Orient à Lyon), d’Anatolie (exposé de D. Binder, CEPAM de Sophia-Antipolis) et de Chypre. Le thème a été approfondi en montrant, notamment, comment les éléments innovants, acquis par invention, adaptation ou emprunt, ont pu se perpétuer, se modifier ou muter dans le temps et dans l’espace en fonction des besoins techniques et des évolutions culturelles. Chypre est à ce titre un terrain d’étude privilégié dans cette réflexion car les premières traces de néolithisation, au cours du IXe millénaire BC, attestent d’un transfert techno-culturel du Levant nord vers le milieu insulaire avec des relations avec l’Anatolie par le biais des échanges de productions en obsidienne. Les formes de mutations successives enregistrées dans les comportements techniques et dans le style des industries, vers la fin du VIIIe millénaire, attestent d’une indépendance progressive du modèle chypriote par rapport au déroulement techno-culturel de l’ensemble du Proche-Orient. Ces questions ont été présentées lors du 3e Congrès international sur l’Archéologie du Proche-Orient (Paris 2002).

11D’autres exposés ont concerné le terrain égyptien avec une présentation d’un état des recherches sur l’oasis de Kharga (avec B. Midant-Reynes) et sur les nouvelles questions que posent les outillages lithiques prédynastiques de Haute-Égypte à partir du site d’Adaïma.

Publications

  • Avec J. Guilaine, « Parekklisha-Shillourokambos, an early neolithic site in Cyprus », dans The earliest prehistory of Cyprus. From colonization to exploitation, American schools of Oriental research (Archaeological reports), Boston, CAARI Monograph Series, p. 37-53, 9 fig.
  • « Les industries lithiques d’Adaïma », Bulletin de l’Institut français d’Archéologie orientale, sous la dir. de B. Mathieu, 101, BIFAO, 2001, p. 474-479.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Guilaine et François Briois, « Néolithisation et premières sociétés rurales », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 135-139.

Référence électronique

Jean Guilaine et François Briois, « Néolithisation et premières sociétés rurales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15564

Haut de page

Auteurs

Jean Guilaine

Articles du même auteur

François Briois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals