Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Archéologie

Histoire et archéologie médiévales : espaces, habitat et société dans les pays de la Méditerranée occidentale

Étienne Hubert
p. 143-146

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Étienne Hubert, directeur d’études

L’« incastellamento » : histoire et archéologie

1Le séminaire a été consacré à l’étude du phénomène de l’« incastellamento » en Italie centrale. Avec la crise de l’économie domaniale et dans le cadre de la seigneurie naissante, la formation de nouveaux centres d’habitat groupé et fortifié sur des sites de sommité à partir du Xe siècle s’accompagne de l’aménagement progressif de l’espace cultivé pour former, autour des nouveaux centres de l’occupation du sol, des finages constitués par l’agencement de terroirs agricoles spécialisés et complémentaires. L’attention a porté dans un premier temps sur l’historiographie du concept d’« incastellamento », phénomène central dans l’histoire des sociétés rurales méditerranéennes au Moyen Âge : on a retracé sa genèse jusqu’aux travaux fondamentaux de Pierre Toubert et de Chris Wickham et les épreuves auxquelles il a été soumis, en particulier du fait des archéologues.

2Les modalités de la fondation de châteaux et de villages fortifiés, plus complexes et diversifiées qu’il n’y paraissait jusqu’alors, ont été examinées ensuite à partir des résultats de plusieurs fouilles archéologiques entreprises depuis le début des années 1990 dans une microrégion de l’Italie centrale, la vallée du Turano aux confins de la Sabine et des Abruzzes. On s’est d’abord attaché à retracer l’histoire géopolitique de la région, située à la frontière du duché byzantin de Rome et du duché lombard de Spolète, du Patrimoine de saint Pierre et du royaume franc d’Italie – et donc de l’Empire, des États de l’Église et du royaume de Sicile. La documentation écrite de la région, formée principalement par les grands cartulaires de l’abbaye de Farfa qui rassemblent plusieurs milliers d’actes des VIIIe-XIIe siècles, a fait ensuite l’objet d’une présentation critique. Après ces séances d’introduction au thème du séminaire, les résultats contrastés des enquêtes conduites sur les sites de Montagliano et d’Offiano, deux villages fortifiés des XIe-XVe siècles, de la villa de Sant’Agnese, hameau formé au XIIe siècle, et du château de Castiglione, qui n’a jamais réussi à dépasser le stade initial de l’« incastellamento » pour former un village, ont été présentés et discutés tout au long de l’année.

3Dans ce cadre, Simone Piazza (doctorant des universités de Paris-I et de Viterbe) est intervenu pour présenter la synthèse de ses travaux sur les enduits peints recueillis pendant la fouille archéologique de Castiglione, château comtal des Xe-XIIe siècles, qui fera l’objet d’une publication prochaine.

4Une séance du séminaire a été consacrée à la présentation d’une nouvelle enquête sur le peuplement et l’occupation du sol en Provence orientale au Moyen Âge qui débute avec la collaboration de l’université de Nice et du CNRS cette année. Si la Provence a fourni des exemples célèbres (fouilles de Rougiers dans le Var), la Provence orientale est restée jusqu’à présent à l’écart des recherches qui associent étroitement histoire et archéologie. Le site du village déserté de Châteauneuf (Alpes-Maritimes), attesté à partir du début du XIe siècle alors qu’il est déjà fermement constitué, connaît un développement important tout au long du Moyen Âge et des débuts de l’époque moderne jusqu’à son abandon dans le courant des XVIIe et XVIIIe siècles, bien après la grande vague des désertions provoquées par les crises et les dépressions de la fin du Moyen Âge.

5En 2002-2003, le séminaire sera poursuivi par l’étude des mécanismes variés de la recomposition territoriale que produit l’encellulement des hommes à partir des Xe-XIIe siècles et qui entraîne la formation de l’espace rural moderne.

Structures urbaines et société dans l’Italie médiévale

6Partant du constat initial que l’histoire urbaine en général et pour la période médiévale en particulier n’a guère pris en considération, jusqu’à ces dernières années et sauf quelques rares exceptions, l’étude de l’habitat, celle de la propriété immobilière, des règles qui ont régi sa production et sa circulation, ni celle des rentes (ce qui est paradoxal pour les siècles centraux du Moyen Âge, définis notamment par la vigueur de l’expansion urbaine qui a entraîné l’accroissement considérable des populations et des espaces bâtis des villes entre les XIe et XIIIe-XIVe siècles), le séminaire se proposait de commencer l’étude des modalités de l’expansion urbaine, particulièrement vigoureuse dans l’Italie médiévale, pour analyser la formation du « parc immobilier » et les composantes de la propriété et pour définir les caractères d’une « économie de l’immobilier » et son fonctionnement au terme de la grande vague d’urbanisation des XIe-XIIIe siècles.

7C’est à rechercher les raisons d’une lacune historiographique de telle importance qu’on s’est attaché en relisant quelques grands textes d’économie, de sociologie, d’histoire : d’Adam Smith (Recherches sur la nature et les causes de la Richesse des Nations, 1776) et Turgot (Réflexions sur la formation et la distribution des richesses, 1776) jusqu’à Werner Sombart (Le capitalisme moderne, 1902) et Max Weber (La ville, 1921 ; Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et la société, 1923) qui manifestent, à la seule exception de Sombart, un jugement globalement négatif sur le caractère économique de la propriété immobilière et du logement, en d’autres termes sur l’insertion de l’immobilier dans le processus d’accumulation des richesses et du capital. Seul Sombart avait considéré le problème (auquel Weber n’accorde aucune attention) et avait émis l’idée que l’essor urbain des siècles centraux du Moyen Âge, en raison de l’accroissement de l’immigration, avait été à l’origine de l’augmentation de la rente foncière en ville et, partant, avait entraîné la formation d’un marché immobilier qui avait joué un rôle notable dans le processus d’accumulation des richesses. Le séminaire s’est poursuivi par l’examen des travaux de quelques historiens italiens de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle qui ont prêté une attention plus ou moins marquée à la question du logement et de la propriété immobilière, comme Gaetano Salvemini (Magnati e popolani in Firenze dal 1280 al 1295, 1899), Nicola Ottokar (Il comune di Firenze alla fine del Dugento, 1926), Armando Sapori (deux articles sur la rente de la propriété immobilière et sur les loyers des boutiques à Florence au XIVe siècle, publiés en 1939 et en 1947 et critiquant les conclusions de Sombart). À ces quelques exceptions près, influencées plus ou moins directement par les théories sombartiennes pour les critiquer, les problèmes relatifs à la propriété immobilière ont été relégués dans un lointain arrière-plan – sinon totalement négligés –, en quoi il faut voir une des conséquences des thèses de Pirenne (Les villes du Moyen Âge, 1925), en totale opposition avec celles de Sombart, sur le rôle préliminaire et fondamental du commerce dans la renaissance des villes à partir des Xe et XIe siècles et dans l’accumulation du capital. Le séminaire cherchera en 2002-2003 à expliquer les raisons de l’émergence récente de ce thème dans l’historiographie urbaine avant d’examiner les principaux résultats obtenus dans cette direction.

Publications

  • « L’organizzazione territoriale e l’urbanizzazione », dans Roma medievale, sous la dir. d’A. Vauchez, Rome-Bari, Laterza (« Storia di Roma dall’antichità a oggi, 2 »), 2001, p. 159-186.
  • « Rome des jubilés », dans Rome des Jubilés, sous la direction de É. Hubert et O. Redon, Médiévales, 40, 2001, p. 5-7.
  • « Rome au XIVe siècle : population et espace urbain », ibid., p. 43-52.
  • « Les résidences des étrangers à Rome », dans Roma fra Oriente e Occidente (19-24 aprile 2001), Settimane di studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, XLIX, Spolète, 2002, p. 173-207.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Hubert, « Histoire et archéologie médiévales : espaces, habitat et société dans les pays de la Méditerranée occidentale », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 143-146.

Référence électronique

Étienne Hubert, « Histoire et archéologie médiévales : espaces, habitat et société dans les pays de la Méditerranée occidentale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15570

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals