Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Problèmes généraux

Pratique d’archives

Jean-Paul Desaive
p. 154-155

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean-Paul Desaive, maître de conférences

1Les tableaux étaient nombreux dans les intérieurs des notables, voire des artisans, à Paris et en province, aux XVIIe et XVIIIe siècles. Intégrés au décor peint des murs et des plafonds, associés aux tapisseries, aux miroirs, aux tapis, à des meubles marquetés ou peints, mêlant sujets religieux, mythologiques et profanes à des portraits de famille, ils avaient une fonction décorative en même temps qu’ils reflétaient la piété, les goûts, le niveau social de leurs commanditaires. Au cours de l’année précédente, on s’est efforcé de montrer, à travers les archives notariales bourguignonnes, la diversité des sujets traités par les peintres, leur évolution du XVIe au XVIIIe siècle, le statut particulier du portrait (qui se transmet dans la descendance et n’est pas vendu), ou encore le prix modeste ou dérisoire de tableaux achetés ou commandés plus en fonction de leur sujet que de leurs qualités esthétiques. Fait significatif, la signature de l’artiste n’est jamais mentionnée dans les descriptions de tableaux que l’on trouve dans les inventaires bourguignons.

2Pour élargir la perspective, il fallait aller voir ailleurs. À Paris, dans le milieu des curieux puis collectionneurs étudié par A. Schnapper ; dans l’entourage des Condé, décrit par K. Béguin, où les portraits des princes, offerts par eux à certains membres de leur clientèle, se retrouvent dans les inventaires, notamment auxerrois, comme un emblème de fidélité et d’appartenance à un clan. On commenta également Le mythe visuel de l’Italie dans lequel F. Zeri démontrait avec causticité quelle distance séparait l’Italie réelle, géographique ou sociale, de l’image qu’en fabriquaient les peintres. Inversement, la biographie d’un peintre et la restitution de son œuvre complet montrent quelle part d’autonomie il garde à travers la commande de portraits ou de tableaux religieux, puis dans le choix qu’il fait lui-même de sujets qui vont assurer son succès (par exemple la représentation d’ateliers en activité et autres aspects de l’économie préindustrielle par le peintre liégeois Léonard Defrance).

3Le séminaire est toujours l’occasion de donner la parole à des invités ou aux participants. Invitées, Martine Clouzot et Isabelle Marchesin ont présenté leur projet d’exposition à la Cité de la musique en 2003 sur le thème « Ordre et désordre au Moyen Âge », tandis que Jean-Yves Chauvet commentait les développements d’une querelle de clocher entre deux villages lorrains. À raison d’un ou deux par séance, les auditeurs ont fait le point sur leurs recherches en cours : Mme Peuré et M. Berder sur les archives bretonnes (aveux et terrier de Bretagne) ; Mme Nantois-Pigeon sur le problème des relations entre parents, voisins et autres tel qu’il peut être restitué ou deviné à travers une correspondance de la dernière guerre ; Mlle Gintzburger sur une comptabilité familiale et professionnelle en Aquitaine ; M. Assogba sur les communautés méthodistes au Bénin ; Mme Waitzman sur les différents systèmes calendaires ; Mme Dorra sur les juifs séfarades et M. Handy sur un manuscrit quechua-espagnol de 1610. Le séminaire s’est terminé par la projection d’un film vidéo de Luc Ponette, « Traces de silence », sur les graffitis de l’église de Poilly, gravés par un sonneur du XVIIIe siècle.

4La plupart des séances ont donné lieu à des exercices de paléographie sur des textes anciens (XVIIe et XVIIIe siècles) autant que possible en relation avec le sujet traité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Desaive, « Pratique d’archives », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 154-155.

Référence électronique

Jean-Paul Desaive, « Pratique d’archives », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15577

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals