Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Mathématiques et sciences sociales en histoire, XVIIe-XXe siècle

Éric Brian
p. 179-181

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Éric Brian, directeur d’études

Les enquêtes, dénombrements et calculs

1Le séminaire est réparti en trois groupes des réunions. L’un d’entre eux est centrée sur l’histoire des enquêtes et des formes de calculs à l’époque moderne et contemporaine, c’est à proprement parler celui de la direction d’études. Un second traite de formes prises aujourd’hui par l’histoire intellectuelle, il est conduit en collaboration avec Pierre-François Moreau (ENS de Lettres et de sciences humaines). Un troisième ensemble est intitulé « Enquête sur les mathématiques : histoire, épistémologie et sociologue » et animé en collaboration avec Alain Michel (Université d’Aix-Marseille) et Claude Rosental (CNRS-SHADYC).

2Le séminaire de la direction d’études consiste à explorer la scientificité des sciences sociales et économiques et à interroger la formation des sciences depuis l’époque moderne. La démarche est issue de l’histoire intellectuelle, de l’épistémologie historique et de la sociologie. Elle examine plus particulièrement les traces matérielles du travail intellectuel et les outillages mentaux qui le caractérisent. On cherche à circonscrire les espaces sociaux, souvent de petite échelle, dans lesquels ces traces matérielles et ces outillages mentaux se conjuguent dans les actes de science. On évalue l’autonomie relative de ces pratiques savantes particulières et les formes de division du travail dans lesquelles elles sont inscrites. On mesure dès lors la portée des effets de sens et leur circulation d’un espace circonscrit à un autre, d’un moment particulier à un autre, ou encore d’un niveau d’échelle à un autre. Plusieurs séances ont été données par le directeur d’études. D’autres furent consacrées aux thèses en cours. Ont ainsi exposé leur travaux : Valeria Pansini sur la topographie et la reconnaissance militaire à l’époque napoléonienne en Italie, Marie Thébaud sur l’appréhension des montgolfières à la veille de la Révolution et Frank Achard sur l’histoire du traité de Maxwell. Le séminaire a ensuite pris la forme de trois journées ou demi-journées d’études exceptionnelles motivées par des publications récentes : l’une sur le numéro spécial Histoire des jeux et jeux de l’histoire en hommage à Ernest Coumet (Revue de Synthèse, 2-3-4, 2001), un autre en collaboration avec Simona Cerutti (CRH) sur le thème « Des faits. Histoire des évidences empiriques » après la parution du n° 108/3 de la revue Quaderni storici, une troisième à l’initiative de Wiktor Stoczkowski (GERS) et Claude Rosental (CNRS) sur le numéro Science de la revue Actes de la Recherche en Sciences sociales.

Histoire intellectuelle de la modernité : historiographies et méthodes (avec Pierre-François Moreau, professeur à l’ENS)

3Les séances ont mobilisé un public d’étudiants différent : nombre d’entre eux étaient en effet en maîtrise ou en DEA de philosophie ou d’histoire dans diverses universités parisiennes. L’objectif général du séminaire est d’indiquer comment des recherches, en cours ou bien plus anciennes, peuvent tracer des chemins historiographiques particuliers, construire des objets nouveaux, voire déclencher des controverses. Nous revenons aussi sur des textes classiques pour mesurer les conséquences des choix qu’ils ont portés et les enjeux qu’ils ont déterminés. Il s’agit encore de repérer ce qui a été construit contre eux ou en contrepoint à leurs perspectives. Éric Brian a tracé un état des rapports entre histoire intellectuelle et historiographie générale au XXe siècle. Pierre-François Moreau a rendu compte du chantier de recherche sur le retour des philosophies antiques à l’âge classique. À propos des ouvrages suivants (Le scepticisme au XVIe et au XVIIe siècle, 2001 ; Le stoïcisme au XVIe et au XVIIe siècle, 1999). Une séance a rassemblé Michel Senellart, Catherine Secretan et Pierre-François Moreau autour de la traduction de l’ouvrage de Quentin Skinner, Les fondements de la pensée politique moderne, 2001. Enfin Christian Jouhaud a présenté l’itinéraire des recherches sur l’histoire du livre et de la littérature et son propre ouvrage Les pouvoirs de la littérature : histoire d’un paradoxe, 2000.

4Toujours dans le cadre de la direction d’études, Éric Brian anime la Fondation « pour la science » et la Revue de synthèse. Toutes deux s’inscrivent à l’EHESS dans l’unité mixte de service CNRS « Acta » qui est intégré depuis l’été 2002 à l’ENS de la rue d’Ulm. Il est encore responsable à l’Institut national d’études démographiques de l’unité de recherches 11 (Histoire et populations. Histoire des sciences – histoire économique et sociale) et des collections historiques des presses de cet institut. L’ensemble des activités de la direction d’études peut être suivi sur le site <www.ehess.fr/acta/brian>.

Publications

  • Avec C. Demeulenaere-Douyère, dir., Règlement, usages et science dans la France de l’Absolutisme, Paris, Lavoisier (« Tech & Doc »), 2002.
  • Avec Y. Gingras, dir, Science, n° sp. de Actes de la Recherche en Sciences sociales, 141-142, 2002.
  • « Épreuves de constructions fractales », « Vers une phénoménologie d’échelle » et « Surrationalisme et logique du rationalisme », Revue de Synthèse, 1, 2001, p. 5-9, p. 147-153 et p. 173-183.
  • « Citoyens américains, encore un effort si vous voulez être républicains ! », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 138, 2001, p. 47-55.
  • « Préface » à I. Séguy et al., La Population de la France de 1670 à 1829. L’enquête Henry et ses données, Paris, INED, 2001, p. ix-xii.
  • « Le suffrage et les savants », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 140, 2001, p. 31-33.
  • « Nouvel essai pour connaître la population du royaume. Histoire des sciences, calcul des probabilités et population de la France vers 1780 », Annales de Démographie historique, 2, 2001, p. 173-222.
  • « Archives et mémoire des sciences : enjeux historiographiques », Bulletin de la Société d’Histoire moderne et contemporaine, 48 (4bis), 2001, suppl. à la Revue d’Histoire moderne et contemporaine, p. 44-48.
  • « Les objets de la chose. Théorie du hasard et surréalisme au XXe siècle », Revue de Synthèse, 2-3-4, 2001, p. 473-502.
  • « Spéculations sur la vie humaine et crise financière à la fin du XVIIIe siècle », La durée de vie : histoire et calcul, 109, Paris, INED (« Dossiers et recherches », 2002, p. 43-46.
  • « Ad directionem ingenii », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 141-142, 2002, p. 5-7.
  • Avec P. Bourdieu, « Vingt ans après », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 141-142, 2002, p. 80-83.
  • Avec C. Alunni, « La mémoire des gestes de science et ses enjeux », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 141-142, 2002, p. 127-134.
  • « ¿ Puede contarse verdaderamente la población ? », dans Estadística y sociedad, sous la dir. de J. M. Arribas Macho et M. Barbut, Madrid, UNED, 2002, p. 45-63.
  • « Transactions statistiques au XIXe siècle. Mouvements internationaux de capitaux symboliques », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 145, 2002, p. 34-46.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Brian, « Mathématiques et sciences sociales en histoire, XVIIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 179-181.

Référence électronique

Éric Brian, « Mathématiques et sciences sociales en histoire, XVIIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15600

Haut de page

Auteur

Éric Brian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals