Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Histoire des sciences appliquées, XVIIIe-XXe siècle

Claudine Fontanon et Bruno Belhoste
p. 186-189

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Claudine Fontanon, maître de conférences avec Bruno Belhoste, chargé de recherche à l’INRP

Figures de mécaniciens dans l’Europe contemporaine : des « artistes », inventeurs, constructeurs concepteurs et vulgarisateurs

1Nous avons poursuivi notre enquête sur le monde des mécaniciens français à l’ère industrielle par le biais de biographies incluant des critères spécifiques au champ technique : par exemple la stratégie des acteurs dans le champ pratique. Ce travail collectif est fondé sur l’idée qu’après la période des expérimentations et des utopies éducatives de la Révolution française, l’Empire a favorisé la constitution d’une nouvelle bureaucratie technique fondée sur les sciences et entraîné le déclassement progressif du statut de l’« artiste-mécanicien », de l’inventeur, au profit de l’ingénieur diplômé, notamment de l’École centrale de Paris après 1830. Au XXe siècle, l’interpénétration croissante des sciences et des techniques et la mise en œuvre de programmes et de structures spécifiques pour la recherche technologique, civile ou militaire, achève le processus de dissolution de l’identité sociale de l’« inventeur », de l’« homme de l’art », auxquels les contemporains associent pendant un siècle et demi les formations techniques du CNAM et des écoles d’arts et métiers. À l’opposé, l’« ingénieur scientifique », diplômé d’une grande école, ayant complété sa formation scientifique à l’université, s’impose comme un acteur central des évolutions technologiques du XXe siècle. Mais, avec le poids croissant de la recherche en laboratoire intégrée à l’entreprise ou à l’université pour la production de l’innovation technique et de la recherche expérimentale ou appliquée, cette élite technicienne n’a pas été honorée, en dehors de leur corps d’origine, ni étudiée par les historiens avec la même ferveur que les « grands scientifiques ». Sans prétendre à l’exhaustivité, notre projet a consisté depuis deux ans à identifier un certain nombre de ces acteurs en cherchant à articuler leur parcours et leur action technique au champ social dont ils ont contribué à modeler le cadre matériel depuis deux siècles. Seize communications fondées sur les travaux de chercheurs confirmés et de doctorants en fin de thèse ont illustré les différentes catégories d’acteurs de l’invention, de l’innovation et de la conception mécaniciennes comme de la mécanique théorique ou expérimentale.

2Thierry Leray a présenté deux figures très pures d’« artistes-mécaniciens » saxons (Frédérick Konig et Andréas Bauer) qui ont, à l’aube de l’ère industrielle, assuré la transition entre les techniques anciennes d’impression et la « rotative », ouvrant ainsi la voie à la presse quotidienne à gros tirages.

3Olivier Darrigol (CNRS) a revisité les manuscrits scientifiques de Barré Saint-Venant et mis l’accent sur les fondements théologiques de sa physique conservative. Jean-Yves Dupont (Institut national de la recherche pédagogique) a étudié la mise en place des enseignements de mécanique appliquée à l’École centrale et le rôle des ingénieurs et scientifiques de renom qui ont cherché à définir leurs contenus en conformité avec la mission assignée à l’institution lors de sa création en 1829 : Théodore Olivier, Coriolis, Liouville, Walter de Sainte-Ange, Achile Ferry et Jean-Baptiste Bellanger.

4Jean-François Belhoste (ministère de la Culture) a proposé une relecture de la biographie du centralien Michel Alcan en analysant l’œuvre singulière du technologue et du professeur de machinisme textile qui a marqué nombre d’ingénieurs civils et d’auditeurs anonymes du CNAM dans la seconde moitié du XIXe siècle. Rang-Ri Park-Barjot (Université de Paris-IV) a illustré la figure du grand entrepreneur-novateur au XIXe siècle avec Jules Gouin, fondateur de la dynastie qui a porté la Société de construction des Batignolles au premier rang des grandes entreprises françaises de construction mécanique. Enfin, Bertrand Rouvillois a évoqué le parcours d’un entrepreneur-novateur à la charnière des deux siècles, Pierre Arbel, dont la stratégie de transfert technologique assure à son entreprise, de type familial, le marché mondial de châssis allégés de wagons de grande dimension dont résulte le développement spectaculaire des transports ferroviaires de marchandises.

5Les ressorts de l’innovation et de la recherche appliquée pendant la Première Guerre mondiale ont été analysés à travers trois mécaniciens qui ont joué un rôle majeur dans la mobilisation scientifique : le mathématicien et homme politique Paul Painlevé, par Anne-Laure Anidan (FNSP), le physicien Paul Langevin et le centralien Georges Darriéus, par Claudine Fontanon.

6La figure de l’« ingénieur scientifique » au XXe siècle a été précisée à travers une personnalité de grande notoriété : Albert Caquot, ingénieur des Ponts et Chaussées, novateur dans des secteurs aussi variés que l’aérostation, le génie civil (béton armé), auteur d’une politique scientifique et technique de l’aviation dans les années 1930 et pionnier dans les années 1960 dans le secteur énergétique avec la conception de l’usine marée-motrice de la Rance. Jean et Thierry Kérisel (ingénieurs généraux des Ponts et Chaussées) ont enrichi la nouvelle édition de leur biographie avec les archives léguées par le célèbre ingénieur.

7Serge Benoît (Université d’Évry-Val-d’Essonne) a présenté une fresque historique sur l’hydrotechnique en évoquant les nombreux acteurs qui ont porté au XXe siècles turbines et groupes-bulbes au maximum de leur rendement énergétique, en particulier les ingénieurs-concepteurs européens L. D. Girard, L. Harza, A. Fischer, A. Huguenin et R. Gibrat, et l’Américain V. Kaplan.

8Jean-Louis Bordes (ingénieur de l’École centrale) a analysé l’ensemble exceptionnel d’innovations mises en œuvre par André Coyne, ingénieur en chef du service spécial de la Dordogne pour la réalisation, en 1932, du premier barrage-voûte à double courbure (nouveaux matériaux, essais sur modèle hydraulique, système d’auscultation par témoins sonores, enfin « saut de ski » pour l’évacuation des crues).

9À partir d’un ouvrage qui renouvelle l’histoire de l’automobile française, Jean-Louis Loubet (Université d’Évry-Val-d’Essonne) a présenté les parcours de trois ingénieurs scientifiques (André Lefébvre, Sup’aéro ; Marcel Duganthier, École centrale et Yves Georges, École polytechnique) qui ont forgé les nouveaux concepts d’automobiles en phase avec les évolutions sociales des Trente Glorieuses : voiture de campagne (2 CV Citroen), de ville (4 CV Renault), familiale (R 16), de femme (R 5), de notable (203 Peugeot), des classes moyennes (204), concepts associés à des innovations techniques qui font par exemple le succès de la DS 19, « passion réussie de l’ingénieur ».

10Nous avons poursuivi nos recherches de longue haleine sur l’histoire socio-politique des science et technique mécaniques au XXe siècle, notamment sur l’épisode fondateur de la mobilisation scientifique de la Première Guerre mondiale et sur la mécanique des fluides, et présenté des communications sur ce thème à l’invitation du CRHST (Cité des sciences et de l’industrie) et du LATTS (École nationale des ponts et chaussées).

11Nous avons amorcé une réflexion collective sur un thème « Science technique et musique occidentale, XVIIIe-XXe siècles », qui suscite depuis peu des recherches émanant d’horizons disciplinaires variés (musicologie, histoire, organologie, mathématique, physique) et apporté une contribution à la journée d’étude organisée par l’EHESS et l’IRCAM sur les « Enjeux historiographiques de la musique au XXe siècle ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Fontanon et Bruno Belhoste, « Histoire des sciences appliquées, XVIIIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 186-189.

Référence électronique

Claudine Fontanon et Bruno Belhoste, « Histoire des sciences appliquées, XVIIIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15608

Haut de page

Auteurs

Claudine Fontanon

Articles du même auteur

Bruno Belhoste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals