Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des techniques

Anthropologie et histoire des techniques

François Sigaut
p. 206-207

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

François Sigaut, directeur d’études

Techniques et agricultures dans les sociétés préindustrielles

1Comme les années précédentes, on a poursuivi cette année l’analyse détaillée des pratiques techniques les plus fondamentales (labours dits en sillons, travail à la houe, etc.) pour comprendre et définir les agricultures préindustrielles. Plusieurs exposés d’étudiants ont été présentés sur ces thèmes.

2Mais la situation de l’histoire de l’agriculture et de l’histoire des techniques est en train d’évoluer, ce qui implique une certaine réorientation de nos activités. Depuis quelques années, par exemple, le nombre d’agronomes (enseignants et chercheurs) qui manifestent un intérêt pour l’histoire de leur discipline est en nette augmentation. C’est ainsi qu’à Nancy en avril 2002, le colloque « Mathieu de Dombasle » a permis aux agronomes et aux historiens de se retrouver pour la quatrième fois depuis l’atelier inaugural (« Histoire rurale et sciences agronomiques ») de Rennes en 1994. Domaine presque déserté jusqu’alors, l’histoire de l’agronomie connaît aujourd’hui une multiplication de projets, comme, par exemple, des rééditions commentées de classiques oubliés (Saussure, Liebig...).

3Autre domaine dans lequel les choses évoluent : le patrimoine rural. Le Forum de Clermont-Ferrand (janvier 2002) a mis en évidence, à la fois la pullulation des initiatives, et leur caractère parfois ambigu, à la limite de l’opération purement touristique. C’est une évolution qui, dans l’ensemble, est aussi favorable que celle qu’on observe dans les milieux agronomiques, mais qui, pour les mêmes raisons, demande un gros effort de réflexion et de recherche. Deux initiatives montrent le type de contribution qu’il est possible d’y apporter. La première est un colloque international sur l’Industrie meulière, qui s’est tenu en mai 2002 à La Ferté-sous-Jouarre, ancienne capitale de cette activité (12 pays représentés, 42 communications, 150 participants) ; à cette occasion, un ouvrage a été publié, dans lequel est présenté un choix des documents les plus significatifs sur l’histoire de l’industrie meulière. La seconde initiative est, à la demande de la Fédération des écomusées, un séminaire de méthodologie sur l’identification des outils agricoles, qui commencera à la rentrée 2002.

4Parallèlement, une recherche sur les sources de l’anthropologie des techniques nous a conduit à explorer la période 1900-1940, au cours de laquelle s’est produit un développement spectaculaire – aujourd’hui complètement oublié – de la réflexion sur les techniques. Une réédition commentée des textes les plus représentatifs de cette période est en préparation.

Publication

  • « Sortir de l’oubli », dans Les meuliers. Meules et pierres meulières dans le Bassin parisien, sous la dir. du collectif « Agapain », Étrépilly, Presses du Village, 2002, p. 9-20.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Sigaut, « Anthropologie et histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 206-207.

Référence électronique

François Sigaut, « Anthropologie et histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15619

Haut de page

Auteur

François Sigaut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals