Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Histoire et anthropologie de l’Afrique orientale

José Kagabo
p. 215-216

Texte intégral

José Kagabo, maître de conférences

Conflits et recompositions politiques de la fin du XXe siècle

1Le séminaire de cette année a poursuivi une réflexion engagée ces dernières années sur les conflits survenus au cours de la décennie 1990 dans les États d’Afrique centrale et centre-orientale (les deux Congo, Brazzaville et Kinshasa), le Burundi et le Rwanda. On s’est attaché à cerner les logiques qui sous-tendent ces conflits : systèmes politiques dominés par le népotisme et la corruption, la primauté accordée au parti unique aboutissant à l’étouffement des autres institutions de l’État (armée, police, parlement, magistrature, administration) ; corrélativement, crises économiques permanentes dues principalement à la dilapidation des ressources disponibles et de l’aide étrangère ; impossibilité d’assurer un minimum de bien-être et de cohésion aux populations, et celles-ci, faute de pouvoir s’épanouir dans un espace public partagé, cherchant des réponses dans des replis identitaires. On a pu ainsi vérifier que c’est dans ces conditions que naissent et se développent la xénophobie et la haine de l’autre (voisin historique dans le cas de l’ethnicisme classique, immigré ou naturalisé de fraîche date comme ce fut le cas en Ouganda et au Zaïre dans les années 1980).

2Au-delà de la relation des faits et de la caractérisation des situations locales, s’est posée la question de savoir comment traiter, du point de vue des sciences sociales, ce type d’objets relevant de l’actualité. Comment tirer le meilleur parti possible de l’information immédiate qui souvent est produite par les journalistes et dans les conditions que l’on sait (absence de recul surtout) ? Comment, sur cette base, établir les faits de façon probante ? Cette interrogation appelait une réflexion plus générale sur le problème des sources, dès lors que l’on veut étudier les événements si proches dans le temps. La discussion s’est appuyée sur une documentation de diverses provenances : rapports de commissions parlementaires (enquêtes de l’Assemblée nationale en France et du Sénat belge sur le génocide commis au Rwanda en 1994), d’organismes internationaux sur le même sujet (ONU, OUA) ou d’organisations (Human Rights Watch, USA ; African Human Rights, Londres ; Fédération internationale des droits de l’homme, Paris) ; minutes de procès (tribunaux rwandais, Tribunal international pour la Rwanda).

3L’exercice consistait à évaluer les conditions de possibilité d’une historiographie qui se constitue actuellement sous formes d’« histoires immédiates », en plaçant au centre de la discussion la question du témoignage : formes (récits, images) et modalités de son élaboration (spontanée ou sollicitée, volontaire ou forcée ?) ; conditions de sa validation... Nous comptons approfondir cette réflexion au cours des prochaines années, en la centrant sur les phénomènes de mémoire et d’écriture de l’histoire, car on assiste à un débat crucial sur ces questions dans des sociétés sortant d’une période de profonde crise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Kagabo, « Histoire et anthropologie de l’Afrique orientale », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 215-216.

Référence électronique

José Kagabo, « Histoire et anthropologie de l’Afrique orientale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15626

Haut de page

Auteur

José Kagabo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals