Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne

Pierre-Étienne Will et Christian Lamouroux
p. 229-235

Texte intégral

Pierre-Étienne Will, directeur d’études

Manuels administratifs et autobiographies professionnelles de fonctionnaires à la fin de l’empire

1La popularité actuelle en Chine – encouragée par le gouvernement de la figure du « bon fonctionnaire » de l’époque impériale, intègre et compétent, se mesure au nombre d’anthologies pour grand public publiées récemment, confiées à d’excellents spécialistes qui tous rappellent qu’il y a aussi du bon dans la tradition et que cela peut servir pour l’édification d’un « socialisme moderne ». Nous en avons présenté quelques exemples. Poursuivant par ailleurs les discussions et lectures de documents entamées l’an passé autour d’un travail en cours à paraître sous le titre Official handbooks and anthologies of imperial China. A descriptive and critical bibliography, nous nous sommes intéressé aux autobiographies professionnelles de fonctionnaires. La voix autobiographique s’entend souvent dans les manuels administratifs : l’auteur raconte ses souvenirs de terrain, fait état de ses expériences en poste, et cite les documents qu’il a composés (ou au moins signés) ès fonctions. Il arrive, dans les anthologies entièrement composées de tels documents (gongdu), qui constituent une partie importante du corpus des manuels pour fonctionnaires, que l’accumulation des correspondances officielles, des comptes rendus d’activité, des proclamations au peuple et des circulaires adressées aux subordonnés livre l’équivalent de fragments d’autobiographie professionnelle. Il y manque malgré tout la combinaison d’un développement chronologique continu et suffisamment étendu, et d’un « je » qui soit à la fois sujet et narrateur. C’est ce qu’on trouve dans les autobiographies chinoises traditionnelles, dont les premiers exemples datent du début de l’empire et qui existent sous des formats variés. Nous avons choisi d’appeler « professionnelles » celles qui concernent des fonctionnaires en tant que tels, c’est-à-dire dans leur métier, et où l’évocation du reste est réduite au minimum, voire absente. Certains de ces textes ont une dimension clairement pédagogique : leurs auteurs se présentent implicitement (voire explicitement) en fonctionnaires modèles, et ils n’hésitent pas à discuter en longueur des problèmes du métier. Tel est le cas du récit extrêmement haut en couleurs de Gao Tingyao (1765-1830), le Huanyou jilüe (Les tribulations d’un fonctionnaire), auquel nous avions consacré un séminaire il y a deux ans ; et, dans un style différent, du Bingta menghen lu (Traces de rêve sur un lit de malade) de Wang Huizu (1731-1807), également auteur de manuels administratifs fameux, dont le texte se présente sous la forme d’une « autobiographie chronologique » (nianpu), i.e. strictement arrangée par années et par mois depuis la naissance de l’auteur.

2Si elle est indiscutablement « professionnelle », et si son auteur n’a pas honte de la façon dont il s’est acquitté de ses tâches, l’autobiographie chronologique dont nous avons choisi de lire des extraits cette année, est relativement aux mœurs bureaucratiques, d’une trop grande franchise pour qu’on puisse lui attribuer la moindre intention pédagogique. Inédite jusqu’en 1981, elle était visiblement destinée à rester sous forme manuscrite. L’auteur, Zhang Jixing (1800-1878), a passé près de trente-cinq ans dans les hautes sphères de l’administration provinciale. Baptisé « Choses vues et entendues dans l’univers des fonctionnaires pendant les périodes Daoguang et Xianfeng » (Dao Xian huanhai jianwen lu) par ses éditeurs modernes, le texte va jusqu’en 1860 et livre au passage un tableau saisissant de la vie quotidienne des administrateurs dans la Chine du XIXe siècle. Nous l’avions beaucoup cité dans nos cours du Collège de France l’an passé (sur « Les figures de l’administrateur en Chine : le problème du XIXe siècle »), mais sans la possibilité d’en traduire de longs extraits. Ceux que nous avons lus cette année sont, essentiellement, les récits que propose Zhang Jixing de ses audiences avec l’empereur Daoguang en 1835, 1836, 1845, 1847 et 1849 (chaque fois à l’occasion de nouvelles nominations). Ces textes ont une valeur exceptionnelle dans la mesure où ils sont supposés reproduire verbatim (et en langue parlée) les propos de l’empereur. Ils donnent un aperçu unique sur la façon dont ce dernier percevait le milieu des bureaucrates supposés le servir et sur l’inquiétude extrême, et en même temps diffuse, que lui inspirait la dégradation générale de la situation de l’empire (la guerre de l’Opium se déroule en 1840-1842). Nous avons aussi lu des passages très révélateurs sur les revenus et les dépenses réels de la bureaucratie territoriale, et d’autres décrivant l’arrosage massif des dignitaires métropolitains auquel étaient plus ou moins contraints de se livrer les fonctionnaires provinciaux de passage à Pékin : sur ce dernier thème, bien connu, le témoignage de Zhang Jixing est d’une précision sans exemple.

3Parmi les nombreuses questions sur lesquelles l’autobiographie de Zhang Jixing ouvre des perspectives parfois inattendues, l’administration judiciaire nous a particulièrement retenu. Juge provincial du Sichuan à la fin des années 1840, Zhang a dû bon gré mal gré couvrir l’exercice expéditif de la justice pratiqué avec la bénédiction de son supérieur, le gouverneur général Qishan, sous prétexte d’éradiquer le grand banditisme, lequel était en effet en train de rendre la province ingouvernable. À partir de là nous sommes retourné vers les textes fondamentaux. Notre étudiante Natacha Stupar a présenté l’ensemble des éditions et des commentaires du code pénal publiés sous les Qing, en s’aidant de la thèse classique de Fu-mei Chang Ch’en sur ce sujet, en présentant des exemples extraits des éditions disponibles à Paris et en renvoyant à son propre travail sur le clergé bouddhique à la fin de la période impériale. Ces séances sur le code et sur les efforts des juristes de l’époque pour en faciliter l’interprétation ont bénéficié de la participation de Jérôme Bourgon (CNRS).

4Nous avons eu trois autres exposés de doctorants. Jérôme Kerlouégan a fait une présentation générale des manuels militaires des Ming et des Qing, et plus généralement des « ouvrages sur l’armée » (bingshu). Claude Chevaleyre a présenté des extraits de textes pénaux et de contrats relatifs au statut des « dépendants » (parfois qualifiés de « serfs », voire d’« esclaves » dans la littérature secondaire) à l’époque des Ming. Yip Sic-wah a présenté des sources décrivant l’intervention des agents non administratifs (voisins, responsables de lignages, chefs de village, etc.) dans la procédure judiciaire sous les Qing.

Publications

  • « La dinastia Ming : lineamenti generali », dans Sforia della scienza, II. La scienza in Cina, sous la dir. de K. Chemla, F. Bray, Fu Daiwie, Huang Yi-Long, G. Métailié, Rome, Enciclopedia Italiana, 2001, p. 440-446.
  • « “Encouraging agriculture” and the excesses of official mobilization : Cui Ji’s 1737-1738 well-drilling campaign in Shaanxi », dans Papers from the Third International conference on sinology, history section : economic history, urban and material culture, Taipei, Academia Sinica, Institute of History and Philology, 2002, p. 141-179.

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will, directeurs d’études

Irrigation, société et gestion des conflits en Chine du Nord, XIXe-XXe siècles

5La lecture des archives collectées dans le cadre du programme de recherche « Hydraulique et société en Chine du Nord » s’est poursuivie. Deux gros dossiers ont ainsi été traités à partir de la thématique dégagée au cours des deux années précédentes, celle de la modernisation de la gestion hydraulique du Shaanxi pendant la période républicaine.

6Poursuivant l’enquête sur les conditions techniques, sociales, politiques, etc. de la modernisation de l’ancien canal Longdong dans les années 1920 et 1930, P.-É. Will a présenté les résultats de ses recherches dans les archives très riches de l’ingénieur américain O. J. Todd (1880-1974), déposées à la Fondation Hoover (Université Stanford). Todd a été chef du département d’ingénierie civile de la China International Famine Relief Commission (CIFRC) pendant les années 1923-1935. Les rapports officiels de la CIFRC présentent la construction du canal Jinghui, inauguré en juin 1932 et remplaçant en partie l’ancien Longdong, comme une affaire menée de bout en bout par ses ingénieurs et entièrement financée par elle ; il en est de même des souvenirs romancés de l’ingénieur norvégien Eliassen. En revanche l’historiographie chinoise, sans ignorer systématiquement l’aide de la CIFRC, attribue tout le mérite de l’opération à Li Yizhi (1882-1938), un ingénieur natif de la région, formé en Allemagne et fameux pour son activité en faveur de la modernisation du pays. Les documents et correspondances conservés dans les archives Todd permettent de préciser considérablement les circonstances de la collaboration souvent difficile entre la CIFRC et les autorités provinciales du Shaanxi (dont Li Yizhi était de manière intermittente l’employé), dans un contexte rendu extrêmement chaotique par la guerre civile et les calamités naturelles. S’il se confirme que l’essentiel de la construction du dispositif inauguré en 1932 a été réalisée sous la direction d’Eliassen et que les autorités de la province n’ont pas été en mesure de s’acquitter de la part de financement à laquelle elles s’étaient engagées, il n’en reste pas moins vrai que les premiers états du projet avaient été formulés par Li Yizhi lui-même, en liaison avec Todd, que Li, très respecté de ses collègues américains et européens, a été un appui constant pendant le déroulement de l’opération, et enfin que la modernisation de la gestion hydraulique au Shaanxi, appuyée sur la nouvelle infrastructure, a été en grande partie son œuvre. Les archives Todd ouvrent aussi des perspectives intéressantes sur l’activité des conseillers techniques occidentaux en Chine pendant la période des seigneurs de la guerre et la décennie de Nankin, sur leurs relations avec leurs collègues chinois et avec les autorités politiques et militaires, etc. P.-É. Will a présenté une communication sur tous ces points au séminaire du département d’histoire de l’Université Johns Hopkins le 1er avril 2002.

7C. Lamouroux a lu et commenté trois ensembles de rapports rédigés par les agents du Bureau de l’hydraulique du Shaanxi à la suite d’enquêtes sur le terrain menées entre 1935 et 1951 et concernant des petits systèmes d’irrigation situés au nord-est du canal Longdong/Jinghui. Le premier ensemble a été retrouvé à Luqiaozhen (sous-préfecture de Sanyuan) avec le manuscrit de Liu Pingshan, le notable local auquel le séminaire a été largement consacré l’année dernière. Comme ce texte, les rapports décrivent les dispositifs de la rivière Qingyu. On y trouve un projet de convention d’utilisation des eaux rédigé en 1936 par l’Association hydraulique des rivières Qing et Zhuo (Qing-Zhuo he shuili xiehui) et soumis au Bureau de la province dirigé par Li Yizhi. Ce projet répond aux contestations incessantes formulées par le canal situé le plus en aval, le Muzhang, dont les représentants avaient précédemment tenté d’obtenir une distribution alternée du débit total de la rivière. La réponse du Bureau confirme que rien ne doit changer en matière de distribution et rappelle les missions des responsables de l’Association en matière de surveillance des prises d’eau ; mais les décisions sont désormais présentées comme émanant du gouvernement provincial, dont dépend le Bureau. Il semble donc qu’à cette date la centralisation de la gestion des dispositifs hydrauliques locaux, préconisée par Li Yizhi et appelée de ses vœux par Liu Pingshan, se soit imposée sur certains sites.

8C’est à Fuping, une sous-préfecture limitrophe de Sanyuan, que nous avons retrouvé d’autres traces de cette centralisation. Datés de 1935, les documents de Fuping révèlent les modalités concrètes de l’instauration des Associations hydrauliques. Les utilisateurs sont réunis par canal pour élire les responsables des branches de l’Association, qui choisissent à leur tour le président de l’Association, dont l’action est placée sous l’autorité administrative de la sous-préfecture. La mise en place de cette nouvelle structure de gestion a été suivie par une enquête sur la situation des systèmes hydrauliques des rivières Wenquan et Shichuan. Le sens du rapport d’enquête est clair : il s’agit d’une description géographique succincte et d’un tableau des ressources hydrauliques dans la perspective d’une mise en valeur économique de la région. Daté de la fin de l’année, un autre rapport présente la situation technique (débits, surfaces) des canaux de la Wenquan afin, là encore, de réglementer la distribution de l’eau. Or, le technicien, non content de rendre compte de ses observations, présente, comme le faisait Liu Pingshan, les règles traditionnelles enregistrées sur les stèles et dans les monographies : malgré une gestion plus centralisée, il s’agit toujours de s’appuyer sur les usages locaux afin de respecter les équilibres entre les canaux.

9Le dernier dossier examiné témoigne du travail mené en matière hydraulique pendant la réforme agraire de 1951. Assez volumineux, il comprend plusieurs pièces : un pré-rapport rappelant les buts, l’organisation et les méthodes de l’enquête ; deux rapports d’enquête sur chacune des deux rivières, Qingyu et Zhuo ; un bilan général ; et un projet final de réglementation. La rhétorique révolutionnaire contre la mainmise féodale se cristallise autour de l’iniquité de la distribution et de l’utilisation de l’eau, et d’une irrationalité mise en évidence à travers des dysfonctionnements et des anomalies de la distribution nuisant aux cultures, l’irrigation de terres déclarées fiscalement comme non irriguées (ou l’inverse), le cours trop sinueux des canaux, les droits archaïques des communautés (conduisant à des décalages entre la surface des terres à irriguer et les durées d’irrigation), l’hétérogénéité des règles de distribution. Il s’agit donc d’instaurer un contrôle centralisé sur des canaux considérés désormais comme les éléments d’une même entité hydraulique, ainsi que l’illustre à la fin du rapport un tableau général réunissant les données de tous les dispositifs branchés sur chaque rivière. Alors seulement pourra-t-on définir un système de distribution tenant compte des plantes cultivées par les utilisateurs de tous les canaux (céréales et coton), assimilés désormais à une collectivité de producteurs. Enfin la composition des dirigeants de l’Association hydraulique, dont certains cadres sont jugés irresponsables, est remaniée sous l’autorité de la nouvelle administration.

10L’une des critiques de ce gros rapport portait sur l’irrationalité des modes traditionnels de calcul des temps d’irrigation. Nous avons donc repris in fine le manuscrit de Liu Pingshan, dont au moins deux passages sont consacrés à la question technique du comptage des temps d’irrigation par combustion d’un bâtonnet d’encens calibré. Il ressort de ces textes que, suivant les canaux ou les communautés concernés, cette méthode (que l’apparition des horloges modernes n’a pas menacée) était soit appliquée strictement, soit appliquée avec des marges d’improvisation destinées à avantager les détenteurs de très petites parcelles, soit même délaissée au profit des procédés les plus approximatifs (observer la hauteur du soleil, etc.).

11C. Lamouroux a effectué une mission de trois semaines à Pékin en juin 2002, afin de finaliser l’édition de ces archives et de remettre aux éditions Zhonghua shuju le manuscrit, dont la publication est prévue au tout début de 2003. Deng Xiaonan, professeur à l’Université de Pékin, directrice d’études invitée et membre du programme de recherche, a présenté dans le cadre du séminaire une conférence intitulée « Local elites in the management of water resources : “Folk” vs. “Government” in the case of pre-modern Hongtong (Shanxi) ». Grâce à l’étude de généalogies lignagères, de l’épigraphie locale et de manuscrits retrouvés sur le terrain, Mme Deng a pu préciser le rôle des lignages dans l’aménagement de plusieurs canaux branchés sur la rivière Fen au Shanxi. Florence Padovani (rattachée au CECMC) a pour sa part présenté les résultats de ses enquêtes de terrain, consacrées à l’impact sur les populations locales des aménagements hydrauliques en cours du barrage sur le site des Trois Gorges.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Étienne Will et Christian Lamouroux, « Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 229-235.

Référence électronique

Pierre-Étienne Will et Christian Lamouroux, « Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15636

Haut de page

Auteurs

Pierre-Étienne Will

Articles du même auteur

Christian Lamouroux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals