Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Socio-histoire des pratiques culturelles (XVIe-XVIIIe siècle)

Roger Chartier
p. 286-291

Texte intégral

Roger Chartier, directeur d’études

Pratiques textuelles et appropriations culturelles dans les sociétés d’Ancien Régime

1Entre novembre 2001 et janvier 2002, le séminaire a été consacré à la confrontation de trois textes du Siècle d’Or qui, en décrivant les pratiques de l’atelier typographique, permettent de réfléchir sur la trajectoire qui mène du manuscrit composé par l’auteur au livre lu par le lecteur. Il s’agit du chapitre LXII de la seconde partie de Don Quichotte (1615), où le héros visite une imprimerie de Barcelone d’un mémoire rédigé en 1675 par un avocat, Melchor de Cabrera, pour la défense des privilèges et exemptions des imprimeurs de Madrid ; et de l’Institución y origen de la imprenta, composé vers 1680 par un maître imprimeur, Alonso Victor de Paredes, qui constitue, avant Moxon, le premier manuel en langue vulgaire où sont exposées les règles de l’art typographique.

2La lecture de ces textes s’est attachée aux trois arguments qui organisent le mémoire de Melchor de Cabrera. Tout d’abord, l’imprimerie est une invention, tout à la fois, humaine et divine – ce qui conduit à comparer les récits de l’invention (que Paredes persiste à attribuer à Fust et à dater de 1425) et les images et métaphores du livre : par exemple, chez Cabrera, l’inventaire des six livres écrits et publiés par Dieu (dont l’homme, imprimé à son image) ou, chez Paredes, l’assimilation du livre à l’homme puisque tous deux ont corps et âme. Ensuite, l’imprimerie est un art libéral, et non pas mécanique, puisque chacune de ses opérations (la composition, la correction, l’impression) suppose que ceux qui les effectuent fassent usage de leur mémoire, entendement et imagination. De là, le rôle fondamental attribué aux compositeurs et aux correcteurs dans l’« écriture » même des textes auxquels ils donnent ponctuation, formes graphiques et disposition typographique. Enfin, la faveur des princes est le signe le plus éclatant de la dignité de l’art. À preuve, chez Cabrera, le récit de visites d’imprimerie par Philippe III (à Lerma) et Philippe IV (au palais du Retira), que l’on peut mettre en regard avec celle du chevalier errant à Barcelone.

3Au cours de l’année, cette première étude a donné lieu à deux prolongements : d’une part, l’analyse des discours de dépréciation de l’imprimerie, qui sont comme l’envers de la laudatio artis qui inspire Cabrera et Paredes et qui insistent sur les malhonnêtetés des libraires et imprimeurs (Cervantes), l’inutilité de la typographie (Lope de Vega) ou la corruption des textes par leur divulgation même (Quevedo), et, d’autre part, une étude des entrées consacrées à la lecture et à l’écriture dans le Tesoro de la lengua castellana de Covarrubias (1611).

4Ces analyses ont fourni la matière de plusieurs conférences et communications, prononcées à l’Université de Cornell, à la Folger Library de Washinton (colloque sur la matérialité du texte), à la Newberry à Chicago, à CUNY, au Centre Juan Carlos de New York University (colloque sur les « Voces de Covarrubias ») et à l’Université d’Illinois à Urbana-Champaign. Elles ont aussi nourri un cycle de conférences sur Cervantes, Lope et Borges proposé dans le cadre de la Foire du livre de Guadalajara et un séminaire de doctorat donné à l’Université de Buenos Aires.

5Entre janvier et avril 2002, le séminaire a été réuni avec celui de Jean Hébrard et a été consacré aux rapports entre pratiques de l’oralité et écriture (cf. le compte rendu de Jean Hébrard). Durant cette période, le directeur d’études a enseigné à l’Université de Pennsylvanie deux séminaires consacrés à l’histoire de la culture imprimé et aux rapports entre histoire et littérature.

6Lors de retours à Paris, il a présenté dans le cadre du séminaire une recherche menée avec Peter Stallybrass et commencée avec la référence faite par Hamlet, après sa rencontre avec le spectre, aux « tables » d’où il efface (wipe away) tous les écrits inutiles pour n’y conserver qu’un unique commandement : Remember me. L’enquête a permis de repérer dans différents pays européens l’existence d’objets qui sont les supports d’une écriture immédiate et effaçable – ce qui permet les réutilisations multiples de la même surface d’écriture. Les formules varient : en Angleterre, les writing tables associent un almanach, des feuillets de papier ordinaire et des pages recouvertes d’une matière faite de colle et de vernis qui autorise leur réemploi, en Espagne, les librillos de memoria proposent de même façon des pages blanches et des pages embetunadas où l’écriture est effaçable, en France, les « tablettes » sont définies comme un petit livre ou agenda, fait de papier « préparé » sur lequel on écrit avec un crayon ou une touche. Dans tous les cas l’usage est le même, comme l’attestent les définitions des dictionnaires, les didascalies des pièces élisabéthaines ou les mentions d’utilisation (par exemple chez Montaigne) : les « tables » ou tablettes permettent d’écrire dans un espace ouvert, sans encre ni plume, de noter dans l’instant une pensée ou de copier à la volée un mot, une citation, un ordre ou une conversation. De là, leur possible emploi pour les transcriptions, aidées par la sténographie, des discours, des sermons et des pièces dans l’Angleterre des XVIe et XVIIe siècles.

7En mai et juin 2002, prenant appui sur la nouvelle édition et traduction de Shakespeare publiée par Gallimard en « Pléiade », les séances du séminaire ont confronté les trois logiques qui gouvernent la publication des textes de théâtre dans l’Angleterre élisabéthaine et la distribution des préférences esthétiques : la logique de la scène, qui fait mépriser la publication imprimée et lie étroitement les dramaturges aux troupes (ainsi pour Shakespeare, Dekker ou Marston) ; la logique de l’édition, portée par les libraires, qui invente un marché de lecteurs, impose le nom propre (même pour des œuvres composées collectivement) et construit rétrospectivement un répertoire canonique (par exemple avec le Folio shakespearien de 1623), et la logique de l’affirmation auctoriale, illustrée par les dramaturges savants (Chapman, Ben Jonson), qui méprise les spectateurs ignorants et privilégie les lecteurs lettrés. La publication imprimée des pièces de Shakespeare est traversée par une telle tension, opposant les éditions quarto, plus proches des représentations sur la scène, et le texte des « mêmes » pièces dans le Folio destiné, sept ans après la mort de Shakespeare, à « the great Variety of Readers ». Une étude comparée de différents passages de Hamlet dans les deux premiers quarto (1603 et 1604) et le Folio (le monologue « To be or not to be », les conseils aux comédiens, la lecture de la lettre à Horatio) a montré, à la suite de Leah Marcus, le progressif effacement de la présence de l’oralité d’une édition à l’autre et, de ce fait, a permis de mieux comprendre les enjeux et les effets liés au choix de tel ou tel état du texte pour l’édition et la traduction.

8Ce travail sur des textes anglais et espagnols des XVIe et XVIIe siècles n’a pas été séparé, dans et hors le séminaire, de deux réflexions plus générales. La première a porté sur les trajectoires de longue durée de la culture écrite, jusqu’au temps présent du texte électronique et du monde numérique. Elle a fourni la matière d’un séminaire donné à l’UNESP à São Paulo et de conférences prononcées à l’Université Charles-III de Madrid (à l’occasion de la réception d’un doctorat honoris causa de l’Université), à l’Université de Lugano, à l’Université Autonome de Barcelone, à la Fondation Santillana à Madrid et à l’Université de Bologne. La seconde réflexion a inscrit la convergence entre critique textuelle et histoire culturelle dans le cadre plus large des questions posées par et à la « nouvelle histoire culturelle ». Cette perspective a été développée dans des interventions à l’Université de Manchester, dans le cadre d’un colloque sur l’œuvre de Fernand Braudel à l’Université de lasi et d’une conférence à l’Université de Bielefeld.

Publications

  • In scena e in pagina. Editoria e teatro in Europa tra XVI e XVIII secolo, Milan, Sylvestre Bonnard, 2001, 108 p.
  • Les origines culturelles de la Révolution française, Moscou, Iskusstovo, 2001, 255 p. (en russe).
  • Les métamorphoses du livre/A könyv metamorfózisai, Budapest, Institut français de Budapest, 2001, 22 p. (en français et en hongrois).
  • Os desafios da escrita, São Paulo, Éd. UNESP, 2002, 145 p.
  • Do palco à página. Publicar teatro e ler romances na época moderna (séculos XVI-XVIII), Rio de Janeiro, Casa de Palavra, 2002, 128 p.
  • A beira da falésia : a história entre incertezas e inquietude, Porto Alegre, Ed. da Universidade Federal do Rio Grande do Sul, 2002, 277 p.
  • Avec G. Cavallo, dir. de Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Seuil (« Points Histoire »), 2001 (avec une bibliographie mise à jour).
  • « Écriture, publication et lecture dans l’Encyclopédie », dans L’Encyclopédie. Du réseau au livre et du livre au réseau, sous la dir. de R. Morrissey et P. Roger, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 59-71.
  • « Figures de l’auteur » et « Communautés de lecteurs », dans L’histoire du livre/Le livre dans l’histoire, sous la dir. d’A. Gergova et K. Daskalova, Sofia, Presses de l’Université de Sofia, 2001, p. 216-240 et p. 285-299 (en bulgare).
  • « Les pratiques épistolaires aux XVIe et XVIIIe siècles », dans Histoire de l’écriture. De l’idéogramme au multimedia, sous la dir. d’A.-M. Christin, Paris, Flammarion, 2001, p. 320-321.
  • « Kálmán Benda, historien des partages et des pratiques culturelles », dans Rencontres intellectuelles franco-hongroises. Regards croisés sur l’histoire et la littérature, sous la dir. de P. Sahin-Tóth, Budapest, Collegium Budapest, 2001, p. 127-131.
  • « Cultural history » et « Public sphere : eighteenth-century history », dans International encyclopedia of the social and behavorial sciences, sous la dir. de Ν. J. Smelser et P. B. Baltes, Amsterdam, Elsevier, 2001, p. 3075-3081 et p. 12590-12594.
  • « El manuscritio en la época del impreso. Lecturas y reflexiones », dans La cultura del libro en la edad moderna. Andalucía y América, sous la dir. de M. Peña Díaz, P. Ruiz Pérez et J. Solana Pujalte, Cordoue, Servicio de Publicaciones Universidad de Córdoba, 2001, p. 21-35.
  • « Culture écrite et littérature à l’âge moderne », Annales. Histoire, Sciences sociales, 56, 4-5, 2001, p. 783-802.
  • Avec M. Madero, « Poderes de la escritura, escritura del poder », Annales de Historia antigua, medieval y moderna (Buenos Aires), 34, 2001, p. 145-160.
  • « A szerzö alakjai », Vulgo. bölcseleti folyórat, 3-4-5, 2001, p. 300-311.
  • « Lenguas y lecturas en el mundo de la comunicación digital », Literae. Cuadernos sobre Cultura escrita, I, 2001, p. 53-59.
  • « Introduction à la société de cour de Norbert Elias », Mutûn ’asriyyria fil-’ulûm al-ijtimâ’iyya, 2, 2001, p. 1-25 (en arabe).
  • « Un livre fondateur », Revista portuguesa de História do Livro e da Edição, IV, 8, 2001, p. 47-66.
  • « El futuro del libro y el libro del futuro. Una conversación entre Roger Chartier y Antonio Rodriguez de las Heras », Literae. Cuadernos sobre Cultura escrita, I, 2001, p. 11-40.
  • « Un debate histórico entre diarios y libros », prologue à Roberto Madero, El origen de la historia. Sobre el debate entre Vincente Fidel López y Bartolomé Mitre, Buenos Aires, Fondo de Cultura económica, 2001, p. 11-17.
  • « Labourers and voyagers : from the text to the reader » et « The practical impact of writing », dans The book history reader, sous la dir. de D. Finkelstein et A. McCleery, Londres-New York, Routledge, 2002, p. 47-58 et p. 118-142.
  • « New cultural history », dans Kompass der Geschichtswissenschaft. Ein Handbuch, sous la dir. de J. Eibach et G. Lottes, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002, p. 193-205.
  • « Cuatro siglos de lectura popular », dans La lectura en España. Informe 2002, sous la dir. de J. A. Millán, Madrid, Federación de Gremios de Editores de España, 2002, p. 27-44.
  • « Ancien Régime typographique », « Bibliothèque bleue », « Colportage, littératures de », dans Dictionnaire encyclopédique du Livre, sous la dir. de P. Fouché, D. Péchoin et P. Schuwer, Paris, Cercle de la Librairie, 2002, p. 92-94, p. 294-295 et p. 578-581.
  • « Property and privilege in the republic of letters », Daedalus, 2002, p. 60-66.
  • « La conscience de la globalité », Shiso, 5, 2002, p. 117-123 (en japonais).
  • « “The Oldest Hath Borne Most”. Response to Daniel Gordon », French Politics, Culture & Society, 20, 1, 2002, p. 95-99.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Chartier, « Socio-histoire des pratiques culturelles (XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 286-291.

Référence électronique

Roger Chartier, « Socio-histoire des pratiques culturelles (XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15662

Haut de page

Auteur

Roger Chartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals