Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire et historiographies du « XVIIe siècle français »

Christian Jouhaud
p. 291-293

Texte intégral

Christian Jouhaud, directeur d’études

Écriture et événement

1Après l’achèvement du travail collectif consacré à l’histoire du concept et des pratiques de publication entre Renaissance et Lumières, le séminaire du mardi soir a été construit cette année autour de trois thèmes qui ont donné lieu à un nombre inégal de séances. Le plus copieusement traité a été celui des inventions, fabrications, usages du « XVIIe siècle français » (la présence des guillemets souligne que le XVIIe siècle est considéré ici comme un objet culturel préconstruit dont on s’attache à écrire l’histoire, c’est-à-dire à en reconstituer la genèse et la fortune, mais surtout à en repérer les fonctionnements et les effets dans des contextes spécifiques, entre les années 1700 à notre immédiat contemporain). Plusieurs études de cas ont été conduites. Le siècle de Louis XIV de Voltaire a fourni matière à la première. On a commencé par chercher dans ce texte-monument, autour duquel tout un paysage historiographique a été recomposé, les traces d’une politique et d’une rhétorique de la mémoire. Mais on y a plutôt trouvé des dispositifs narratifs complexes, où l’intrusion du narrateur dans l’histoire permettait d’articuler différents régimes de narration, créant une inquiétude calculée sur la preuve et sur les effets de la circulation des récits ailleurs que dans une histoire écrite « en philosophe ». « L’envers du Grand Siècle » a permis l’approche d’une autre série de constructions historiographiques. Au-delà du livre oublié de Félix Gaiffe (1924), l’historiographie a doté le XVIIe siècle d’un « envers ». Cette problématique ancienne a été féconde. Elle a permis de faire une place à la « crise du XVIIe siècle », aux soulèvements populaires, aux pratiques marginales, déviantes, hétérodoxes, au « baroque », à la misère, etc. Mais l’« endroit » de cet « envers » a été perdu. À partir de ce constat, on a cherché à savoir comment les différentes disciplines traitant du XVIIe siècle construisent cette opposition. Enfin, troisième étude de cas, celle d’une série d’histoires de la vie de Rancé, le fameux réformateur de la Trappe, a permis de croiser des textes de l’époque, la Vie écrite par Chateaubriand, la préface donnée par Roland Barthes à une réédition de celle-ci, et L’abbé tempête de Bremond (1929). Cet ensemble de séances de séminaire est désormais mobilisé pour la préparation d’un ouvrage en cours de rédaction.

Littérature, histoire, polémiques (1580-1720)

2Le second thème abordé a été celui des écritures équivoques. Trois séances ont été proposées par Jean-Pierre Cavaillé (autour des figures de Socrate ou d’Alcibiade telles que les ont construites les auteurs libertins du XVIIe siècle), et Alain Viala a traité des rhétoriques de l’ambiguïté de Pellisson. Trois invités sont intervenus sur ce thème : Sophie Houdard (Université de Paris-III) sur l’équivocité des écritures mystiques, Xavier Le Person (Université de Nice) sur les pratiques politiques de l’équivocité (à partir des « maladies idoines » du duc de Nevers), Laurence Giavarini (Université de Dijon) sur les équivoques de la pastorale. La mise en route d’un ouvrage collectif sur ce thème est envisagée.

3Écriture et événement, ce troisième axe de travail est destiné à prendre une importance plus grande dans les deux ou trois prochaines années du séminaire. Il a d’abord été abordé lors de deux séances consacrées à la carrière et à l’œuvre de Pierre de Marca (1594-1662). On s’est tout particulièrement intéressé aux rapports entre l’action du politicien et la production, dans cette action, d’écrits érudits (en s’appuyant à la fois sur des textes polémiques de l’époque et sur la thèse récente de Thierry Issartel). Et aussi à la présence d’une expérience des conflits locaux (intense tôt dans la carrière de Marca) dans une pensée politique cohérente qui met constamment en avant le dépassement du conflit entre présence du passé (autorité de la tradition) et nécessité de sa réinterprétation novatrice. L’action et les écrits de Marca ont enfin été abordés à la lumière du cours de Michel Foucault « Il faut défendre la société » (tout particulièrement autour de la question des rapports entre théories de la souveraineté et pratiques de la domination). Par ailleurs Dinah Ribard a assuré deux séances, l’une sur les projets d’action politique et l’action de les présenter et de les soutenir (autour du « projet d’Égypte » de Leibniz), l’autre sur l’action tragique. Elle a pris en charge une troisième séance en collaboration avec Alain Viala sur mélodrame, tragédie et action. La question de l’événement d’écriture a été abordée dans une séance de discussion autour du livre de Stéphane Van Damme consacré à Descartes.

4Nous avons enfin proposé, à peu près une semaine sur deux, à côté du séminaire, des séances d’atelier au cours desquelles des doctorants ou des invités ont pu présenter leur travail et le soumettre à la discussion, à partir d’un texte distribué à l’avance (texte ancien, article, chapitre de livre ou de thèse).

Publications

  • GRIHL, De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 2002, 354 p.
  • Dir. de Quelques Dix-septième siècle : fabrications, usages et réemplois, Cahiers du Centre de Recherches historiques, 28-29, 2002, 234 p.
  • « Commémorer Pascal en 1923, II », ibid., n° sp. de Cahiers du Centre de Recherches historiques, 28-29, 2002, p. 71-78.
  • « Pouvoir, souveraineté, domination », Critique, 660, 2002, p. 368-380.
  • « Une “religion du roi” équivoque : Le Prince de Jean-Louis Guez de Balzac », dans Le savoir du Prince. Du Moyen Âge aux Lumières, sous la dir. de R. Halévi, Paris, Fayard, 2002, p. 175-196.
  • « Roman historié et histoire romancée : Jean-Pierre Camus et Charles Sorel », XVIIe siècle, 215, 2002, p. 307-316.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Jouhaud, « Histoire et historiographies du « XVIIe siècle français » », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 291-293.

Référence électronique

Christian Jouhaud, « Histoire et historiographies du « XVIIe siècle français » », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15663

Haut de page

Auteur

Christian Jouhaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals