Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine, XIXe-XXe siècles

Christophe Prochasson
p. 295-298

Texte intégral

Christophe Prochasson, directeur d’études

Histoire des émotions politiques

1L’histoire des émotions politiques est restée cette année au cœur du séminaire au cours duquel ont été présentés des cas empiriques et des réflexions théoriques ou historiographiques (tout particulièrement, autour des travaux de William Reddy, Duke University). Ces deux démarches vont de pair pour toute histoire en construction. Plusieurs collègues ont bien voulu apporter, cette année encore, leur contribution : Alain Guerry (CNRS-CRH), Nathalie Richard (Université de Paris-I), Avner Ben Amos (Université de Tel-Aviv) et Jacqueline Carroy. Deux doctorants sont en outre venus présenter leurs travaux en cours : Emmanuel Fureix (Université de Paris-I) et Violaine Chatelain. Au terme de cette deuxième année, un nouveau bilan peut être proposé.

2L’histoire des émotions politiques tente de mettre au jour un élément de la vie politique tout à la fois très visible, très exprimé, parfois même très revendiqué et, dans le même temps ignoré, refoulé, voire dénié. Alors même que la république et le libéralisme, aux fondements de la culture politique occidentale, réclament pour la politique des pratiques apaisées et fondées sur l’exercice de la seule raison, on constate que le jeu politique reste fondamentalement commandé par des images et par des stratégies discursives qui s’écartent de cet idéal. La relation à la politique, le lien politique (ce fil invisible et mystérieux qui implique les citoyens dans un espace dont ils sont pourtant souvent exclus) sont constitués, dans une proportion considérable (et variable, sans doute, selon les séquences chronologiques et les individus), de composants affectifs. La politisation se présente d’abord sous les traits d’un phénomène psycho-social et non, comme on le pense encore parfois, comme un mécanisme rationnel résultant d’une activité apparentée à une démarche pédagogique qui viendrait révéler la vérité à des acteurs bienveillants ou conscients de leurs intérêts.

3Une des idées majeures qui conduit à interroger la politique en ces termes est précisément que la politique n’est pas cette instance autonome que croient reconnaître ses historiens traditionnels, impatients qu’ils sont d’isoler une sphère « politique » étudiée pour l’essentiel au travers des institutions et des principaux acteurs. Que la Révolution française ait d’une certaine façon inventé la politique en dégageant une nouvelle pratique sociale, désignée sous le nom de politique, ne suffit pas à considérer celle-ci comme imperméable aux autres activités et aux autres pratiques. Des historiens, dont on considère insuffisamment le rôle dans le renouvellement récent de l’histoire politique, nous avaient déjà mis sur la voie d’analyses qui replaçaient la politique, pour le dire vite, au cœur de la société : Maurice Agulhon quand il étudie le combat de coqs dans La République au village ou Alain Corbin quand il scrute, dans Les cloches de la terre, les joutes politiques que révèle parfois l’usage des cloches, vont l’un et l’autre dans ce sens. La politique, parce qu’elle n’est pas une activité naturelle mais qu’elle résulte d’une élaboration culturelle très raffinée, emprunte des voies coutumières, ordinaires, aux fins de se rendre visible, lisible. À l’inverse, elle est imprégnée d’éléments allogènes qui l’informent, la conditionnent, la dévoient parfois et font qu’elle ne se réduit pas à un jeu rationnel où ne s’affronteraient que des acteurs rationnels absolument conscients de leurs intérêts ou de leur idéologie.

4Il y a indéniablement dans l’histoire des émotions politiques un courant qui nous ramène peu ou prou vers une histoire des mentalités, au moins celle que peut revisiter aujourd’hui un Alain Corbin armé de la notion de « représentations » sur laquelle le séminaire s’était arrêté l’an passé. Il existe ici une évidente parenté mais aussi d’importantes différences. L’une d’elles porte sur les échelles d’analyse, une autre sur le statut de ce que l’on traite. À une histoire des mentalités généralisante, définissant des traits de mentalités sur des siècles entiers et de vastes entités culturelles (à laquelle, il est vrai, échappe Alain Corbin dans la plupart de ses travaux), l’histoire des émotions politiques nous entraîne vers l’étude de situations, sans doute travaillées par de grands courants culturels, mais dans lesquelles se négocient, en fonction des acteurs, de leurs relations, de leurs statuts, des enjeux politiques qui les entourent, etc., des comportements parfaitement singuliers. L’histoire des émotions politiques, qui se distingue naturellement de toute histoire psychologisante (même si le séminaire a été, cette année, l’occasion de réfléchir, à nouveaux frais, sur les contrats possibles que l’histoire et la psychologie peuvent passer l’une avec l’autre), doit permettre de réinsérer la politique dans le social et donc de lui redonner chair.

5Il convient enfin de noter qu’une fois par mois, Jacques Julliard est venu présenter une recherche en cours consacrée aux origines religieuses de la gauche française.

Publications

  • Préface à Un ethnologue dans les tranchées, août 1914-avril 1915. Lettres de Robert Hertz à sa femme Alice, Paris, CNRS-Éditions, 2002, p. 12-20.
  • « Créateurs, syndicalistes, intellectuels autour de 1900 », dans Jules Grandjouan. Créateur de l’affiche politique illustrée en France, sous la dir. de F. Dumont, M.-H. Jouzeau et J. Moris, Paris, Somogy-Éditions d’art, 2001, p. 64-77.
  • « Une écriture dans l’action : Jean-Richard Bloch soldat épistolier », dans Jean-Richard Bloch ou l’écriture et l’action, sous la dir. d’A. Angremy et M. Trebitsch, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2002, p. 217-230.
  • « Le théâtre de la justice. Retour sur le procès Zola (7 février-23 février 1898) », dans Justice, politique et République. De l’affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie, sous la dir. de M. O. Baruch et V. Duclert, Bruxelles, Complexe, 2002, p. 49-62.
  • « La République : mode d’emploi », Modem & Contemporary France, 9, 2, 2001, p. 221-229.
  • « Continuité et discontinuité : à propos du “tournant de 1905” », Mil neuf cent. Revue d’Histoire intellectuelle, 19, 2001, p. 145-150.
  • « Les mots pour le dire : Jean-Norton Cru, du témoignage à l’histoire », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 48, 4, 2001, p. 160-189.
  • « Un grand roman caché. Brèves remarques sur la correspondance de guerre de Jean-Richard Bloch », Études Jean-Richard Bloch, 9, 2001, p. 16-18.
  • « Les jeux du “je” : aperçus sur la subjectivité de l’historien », Sociétés et Représentations, « Histoire et archives de soi », 13, 2002, p. 207-226.
  • « Georges Sorel et Pascal », dans Quelques « Dix-septième siècle » : fabrications, usages et réemplois, Cahiers du Centre de Recherches historiques, sous la dir. de C. Jouhaud, 28-29, 2002, p. 91-99.
  • « Émotions et politique : premières approches », dans La politique et la guerre. Pour comprendre le XXe siècle. Hommage à Jean-Jacques Becker, sous la dir. de S. Audoin-Rouzeau, A. Becker, S. Cœuré, V. Duclert et F. Monier, Paris, Agnès Viénot-Noésis, 2002, p. 431-449.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Prochasson, « Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 295-298.

Référence électronique

Christophe Prochasson, « Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15666

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals