Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Pratiques et discours de l’Antiquité tardive

Jean-Michel Carrié
p. 321-325

Texte intégral

Jean-Michel Carrié, directeur d’études

Problématiques de la « transition » : de l’Antiquité tardive aux mondes médiévaux

1Dans la vaste problématique engagée par une réflexion sur les formes de la transition entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge, plusieurs domaines ont été abordés : successivement, la transformation des formes de la dépendance rurale, le problème d’une prétendue militarisation de la société à travers le maintien de titres romains, la définition du pouvoir monarchique et de la « noblesse » dans les royaumes germaniques.

2Sur le premier point, l’enquête, partie d’une recherche sur l’éventuelle survie du colonat romain tardif, a rapidement abouti à un constat négatif. Elle a alors trouvé sa véritable cible du côté de l’esclavage, dont de nombreux auteurs affirment l’accroissement numérique dans les premiers siècles de la germanisation tout en soutenant – du moins une partie d’entre eux – que les formes juridiques de l’esclavage romain se seraient maintenues jusqu’au XIe siècle (Duby). Le débat tourne, inévitablement, autour de la terminologie et de son interprétation. On a donc rassemblé un corpus varié : testaments et donations post mortem (Rémi de Reims, Dagobert Ier, Abbo...), formulaires types d’actes notariés (formulæ wisigothicæ, bavarienses, etc.), polyptyques carolingiens... Ainsi a-t-on pu constater que mancipia, pluriel collectif, avait perdu le sens juridique du singulier latin mancipium, pour désigner la main-d’œuvre agricole indépendamment des différences de statut personnel (testament d’Hadoind, 643 : mancipiis tam servos quam et ingenuos). Servus lui-même tend à prendre le sens de dépendant non libre de ses mouvements, attaché à la terre (bien que l’expression servus glebæ, comme l’a montré Marc Bloch, soit une invention des modernes). À l’époque carolingienne, si le principal trait pertinent de l’ingénuité est l’absence de servitium, c’est donc que, inversement, la condition du servus trouve sa définition dans l’astreinte au servitium, combinant l’attache au domaine et l’obligation de redevance. Ainsi configuré, ce concept n’a plus rien à voir avec la servitudo romaine. Est-ce alors un hasard si la condition des servi mérovingiens chasés répond point pour point au statut servile germanique décrit par Tacite (Germ., 25) ? Les Germains ne seraient-ils pas, bien avant les Romains, les inventeurs du servus quasi colonus, de l’« esclave chasé » des médiévistes, concept que leur ont ensuite emprunté les romanistes ? La conclusion paraît s’imposer : dans les royaumes germaniques d’Occident, durant les VIe-VIIIe siècles, les statuts romains de dépendance ont été rapidement remplacés par le modèle celto-germanique du non libre (servus). Le colonat, condition sociojuridique romaine tardive liée au grand domaine, a régressé en tant que catégorie juridique et dans la terminologie même, cependant que s’est généralisé, sans qu’on doive invoquer une accentuation du commerce de traite, un esclavage « à la germaine » qu’il vaudrait mieux appeler « servage » (en débarrassant ce terme de ses connotations féodales). Lorsque la condition de colon réapparaît dans la terminologie notariale (IXe-Xe siècles), comme résultat des affranchissements massifs (eux aussi « à la mode germanique » décrite par Tacite) et sous l’effet du programme carolingien de « rejuridicisation » des rapports sociaux suivant le modèle du droit privé classique, c’est sans plus de rapport avec le référent romain du terme. Le servus médiéval, non pas seulement au IXe siècle, mais dès le VIe siècle, n’a plus rien de l’esclave-marchandise antique ; ce n’est donc pas la « révolution féodale » qui a mis un terme aux régimes antiques de dépendance. Le continuisme à la Fustel de Coulanges ne s’est pas davantage vérifié, fondé qu’il est sur la double idée d’un rapprochement entre servitude et colonat déjà opéré dans la loi romaine tardive et d’une continuité entre le grand domaine antique et le grand domaine altimédiéval bipartite, lequel n’a pourtant aucun antécédent romain et n’apparaît même pas avant le VIIIe siècle.

3Le deuxième aspect abordé a été la prétendue militarisation de la société dans l’Italie ostrogothique, un phénomène largement admis à la suite de l’ouvrage de Terence S. Brown publié en 1984, Gentlemen and officers. Imperial administration and aristocratic power in Byzantine Italy. Selon cet auteur, cette militarisation se serait effectuée dans le cadre maintenu des institutions militaires romaines. Or, il est aisé de montrer que cette théorie, dont les effets sont décrits avec un luxe de détails disproportionné à la base documentaire disponible, repose sur une prosopographie erronée, elle-même fondée sur une série de contresens terminologiques. Les uns portent sur la définition des formes d’habitat : castrum, au singulier, pris pour un point d’implantation militaire alors que le mot (translittéré kastron en Orient) désigne les agglomérations secondaires. D’autres touchent des termes de fonction à résonances militaires en apparence, mais dont il est bien connu qu’ils se sont démilitarisés dès le IVe siècle à la faveur du nouveau concept de militia assimilant théoriquement les bureaucrates (centraux et régionaux) aux militaires. On a donc rassemblé le corpus des attestations de titres tels que tribunus, comes, ou les génériques milites et militia, dans les archives pontificales (Liber pontificalis, Liber censorum, correspondance de Grégoire le Grand), les papyrus de Ravenne, les Variæ de Cassiodore, etc. Ont été étudiés, entre autres, les cas des tribuns de cité ou de ville secondaire (Otranto, Sipontum), celui des femmes succédant à leur époux décédé comme tribuna ou comme détentrice nominative de charges financières et administratives (comitiva). L’emploi fréquent de tribuni pontificaux comme porteurs de messages importants prolonge les missions « diplomatiques » typiques des notarii et tribuni notariorum impériaux dès le IVe siècle. Le recoupement des formules de classement tripartite des corps sociaux du Liber Diurnus Romanorum Pontificum a, de même, permis d’établir que milites, militia et même Romanus exercitus désignent les officiales, par opposition au clerus et au populus (les papes, dès cette époque, n’ont pas de divisions !). On sait par ailleurs que plusieurs royaumes germaniques d’Occident (Espagne wisigothique, Burgondes, Francs, mais aussi l’Italie ostrogothique) ont établi dans les cités des comites à fonctions judiciaires et administratives (et nullement militaires) déjà confondus avec les tribuns par Jones avant T. S. Brown. En Italie, où nous trouvons, finalement, la plus forte présence de tribuni, il pourrait s’agir de l’introduction du tribunat de cité connu dans l’Empire romain d’Orient à partir des Ve-VIe siècles.

4Pour finir, on a remis en perspective le Plaid de Rizana, cet étonnant document istrien où T. S. Brown pense reconnaître le terme ultime (VIIIe siècle) d’une prétendue militarisation de la société : la fonction de tribun, devenue héréditaire, aurait constitué un rang social obtenu par tout grand propriétaire. En réalité, les tribuni et homines capitanei y apparaissent clairement comme l’avatar des curiales des cités romaines. Plus qu’une transformation du tribunat en vague marqueur de niveau social, le texte pourrait désigner l’exercice du tribunat de cité comme moyen par lequel les notables locaux continuaient à « tenir leur rang » ; sans compter la large diffusion de l’emploi honorifique du titre de tribun (des notaires). Rien ne prouve, par conséquent, que le milieu militaire ait pris le contrôle de la société italienne des VIIe-IXe siècles. Malheureusement, ces dégâts prosopographiques ont directement contaminé le volume III de la Prosopography of the Later Roman Empire. Le résultat, fort paradoxal, est qu’en ayant cherché l’armée là où elle ne se trouvait pas, Brown a négligé l’étude des vrais militaires, quasi absents de son livre, et s’est de même condamné à ignorer le fonctionnement de l’administration civile en prenant pour des militaires les civils qui en avaient la charge.

5Le troisième domaine d’étude de la « transition », élargissant une conférence faite au séminaire par Christophe Badel, maître de conférence à l’Université de Paris-IV, a pris le contre-pied de la thèse récemment défendue par Karl Ferdinand Werner, selon qui les origines de la « noblesse » européenne seraient à chercher dans la nobilitas de fonction que serait devenue l’aristocratie sénatoriale romaine, militia pincipis dont les rois germaniques auraient conservé les principes. C’est dans ce cadre sociopolitique romain, évoluant – là aussi ! – vers une militarisation, que les monarchies nationales auraient opéré la fusion des élites gallo-romaines (dont l’importance numérique est d’ailleurs largement surestimée) et germaniques et posé les bases de la vassalité et des rapports féodaux. Faute de pouvoir entrer ici dans le détail de la discussion, on notera que cette théorie succombe au piège de la continuité apparente du discours (un exemple significatif étant l’interprétation de la lettre du roi burgonde Sigismond à l’empereur Anastase). Or, plus qu’une reprise à leur compte, par les princes barbares, des formes idéologiques et institutionnelles du pouvoir impérial, c’est surtout la continuité du latin comme instrument linguistique de désignation des instances de pouvoir qui donne l’impression totalement superficielle d’une identité substantielle ne résistant pas un seul instant à une analyse attentive des signifiés et de leurs référents.

6Suivant sa vocation, la « troisième heure » a réagi à l’actualité de la recherche tout en allant à la rencontre des intérêts scientifiques de l’auditoire, avec une attention particulière pour les problèmes de la villa aristocratique. Outre l’intervention déjà mentionnée de Christophe Badel, Piotr Chuvalov, enseignant au Département d’histoire classique de la Faculté d’histoire de l’Université d’État de Saint Petersbourg, a présenté une conférence sur les premiers contacts entre Slaves et Germains, en confrontant les sources écrites et les données archéologiques.

7Pour notre part, outre une conférence au Cambridge Ancient History Seminar Michelmas 2001, « Late Rome : Urbs et orbis » (23 oct. 2001), nous sommes intervenu au séminaire de Gérard Delille sur les métissages (Rome, 10-11 jan. 2002) et avons donné une semaine de cours à la Facoltà di Giurisprudenza de Bologne (22-26 avril 2002, à l’invitation de Gisella Bassanelli Sommariva).

Publications

  • Avec G. Cantino Wataghin, dir., Antiquité tardive et « démocratisation de la culture » : mise à l’épreuve du paradigme (Actes du colloque de Vercelli, 14-15 juin 2000), n° sp. de Antiquité tardive, 9, 2001, p. 24-295.
  • Introduction du volume : « Antiquité tardive et “démocratisation de la culture” : un paradigme à géométrie variable », ibid., p. 27-46.
  • « Le Temple de Sérapis » et « L’Hydreuma », chap. 6 et 7, dans Excavations and Surveys at Mons Claudianus 1987-1993, sous la dir. de D. Peacock et V. Maxfield, Le Caire, 2000, Part 2.
  • « L’incidence de la fiscalité sur les divisions territoriales de l’Empire tardif », dans Atti dell’Accademia Romanistica Costantiniana. XIII Convegno Internazionale (Perugia, 1-4 ottobre 1997), Naples, 2001, p. 309-331.
  • Avec R. Lizzi Testa, dir., Humana sapit. Études d’Antiquité tardive offertes à Lellia Cracco Ruggini, Turnhout (« Bibliothèque d’Antiquité Tardive », 3), 2002.
  • « Les associations professionnelles à l’époque tardive, entre munus et convivialité », ibid., p. 309-332.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Carrié, « Pratiques et discours de l’Antiquité tardive », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 321-325.

Référence électronique

Jean-Michel Carrié, « Pratiques et discours de l’Antiquité tardive », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15686

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Carrié

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals