Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens

Maurice Aymard
p. 334-337

Texte intégral

Maurice Aymard, directeur d’études

Économie, société et culture du monde méditerranéen, XVIIIe-XXe siècles

1Comme les années précédentes, le séminaire a été consacré à la présentation et à la discussion de travaux récents qui viennent renouveler ou tenter de renouveler l’histoire du monde méditerranéen et, plus encore, les questions qui lui sont posées et les représentations qu’elles impliquent. Après un temps de désaffection relative, la Méditerranée est de nouveau à l’ordre du jour des sciences sociales. D’un côté, elles cherchent à prendre une distance critique par rapport aux modèles qu’elles avaient elles-mêmes élaborés et utilisés pour reconstruire et interpréter les cadres spatiaux, culturels et mentaux du fonctionnement des sociétés méditerranéennes, et pour investir celles-ci d’un ensemble de spécificités propres. De l’autre, tournant le dos à leurs anciennes simplifications, elles utilisent le cadre de la Méditerranée pour reformuler des problèmes plus généraux et mettre en évidence la complexité des relations temporelles et spatiales qui contribuent à mieux les comprendre du dedans. Lieu d’échanges et de circulation des biens matériels et culturels, des idées et des hommes, lieu aussi de contacts, d’affrontements et de recouvrements entre les civilisations, la mer intérieure et les terres qui la bordent ou gravitent autour d’elle sont redevenues un laboratoire expérimental des sciences sociales et de l’histoire. Trois exemples, discutés au cours du séminaire de cette année, permettront d’en prendre la mesure : l’anthropologie, l’environnement, l’esclavage et les rapports entre État et société.

2Paru un an après le livre de P. Horden et N. Purcell, The corrupting sea, qui avait servi de fil conducteur au séminaire de l’année précédente, et qui cherchait à dépasser le modèle historique braudélien au nom même d’une longue durée conçue et étudiée dans des termes qui se voulaient radicalement différents, l’ouvrage collectif dirigé par Dionigi Albera, Anton Blok et Christian Bromberger, L’anthropologie de la Méditerranée. Anthropology of the Mediterranean (Paris, Maisonneuve & Larose/Aix-en-Provence, MMSH, 2001), propose un bilan, une mise en perspective et une relecture critiques d’un autre modèle, élaboré à partir des années 1950, et dont l’influence sur les recherches, les représentations et les interprétations l’a disputé au précédent : celui de la Méditerranée des ethnologues et des anthropologues, marqué par l’influence des chercheurs anglo-saxons et français, et lentement réapproprié puis critiqué par les chercheurs « locaux » (même si encore, de façon significative, un seul chercheur de la rive sud figure parmi les nombreux auteurs de cette « somme »). Ce modèle reposait sur l’hypothèse que la Méditerranée combinait une homogénéité et une originalité culturelles suffisantes pour qu’on puisse en faire un « objet distinct d’étude ethnologique », et des différences internes elles aussi suffisantes pour permettre la comparaison. D’où le privilège accordé à des thèmes et à des valeurs supposés représenter la quintessence de cet objet d’étude (même si ce statut n’a jamais fait l’objet d’un accord unanime parmi les chercheurs), comme l’honneur et la honte, le lien entre parenté, pouvoir et idéologie, ou les relations entre patrons et clients : thèmes et valeurs que les anthropologues s’emploient aujourd’hui à remettre en question en critiquant leur validité pour l’ensemble des sociétés méditerranéennes et en testant en revanche la possibilité de les appliquer à d’autres sociétés.

3Les recherches récentes sur l’eau, l’irrigation et le drainage ouvrent la voie à de nouvelles convergences entre plusieurs démarches disciplinaires. Une histoire de l’environnement qui associerait l’étude de la géographie physique et des cycles climatiques. Une histoire économique plus attentive à la coexistence des modes d’exploitation de la nature, et à l’importance des activités prédatrices ou en tout cas extensives. Une histoire des rapports entre la pensée économique et des cadres politiques et sociaux qui peuvent bloquer les situations, ou au contraire les débloquer, comme à l’époque des Lumières, en fonction d’une conception nouvelle de la coordination et de la coopération. Une histoire sociale soumise à la médiation des institutions, qui fixent et limitent les possibilités d’expression des uns et des autres. Une histoire des cadres juridiques, et notamment des droits de propriété qui se superposent ou s’enchevêtrent sur la terre et sur l’eau. Une histoire enfin des techniques associant l’étude des continuités temporelles et des diffusions dans l’espace, celle des innovations, des perfectionnements et des ruptures et celle des décisions politiques qui permettent à l’État de trancher par ses choix les conflits qui opposent les différents acteurs.

4L’esclavage présente le double avantage de nous situer, d’un côté, dans une continuité méditerranéenne, celle de l’esclavage antique, qui a occupé une place de choix dans les discussions sur les modes de production et sur les processus de transition, et, de l’autre, avec la traite transatlantique, dans le cadre d’une extension décisive du commerce et de l’utilisation des esclaves pour les besoins nouveaux d’une économie de plantation dépourvue d’antécédents méditerranéens. Entre les deux, le commerce des esclaves dans la Méditerranée du Moyen Âge, systématiquement étudié depuis le début des années 1960, peut être aujourd’hui envisagé sous un angle nouveau grâce à un ensemble de travaux récents. Les premiers portent sur la traite transafricaine, en direction de la Méditerranée orientale, de la péninsule Arabique, de la côte orientale de l’Afrique et de l’océan Indien : un trafic antérieur à l’islam, mais auquel les marchands « arabes » donnent un indiscutable essor, qui se perpétuera jusqu’au début du XXe siècle, et dont les chiffres, même s’ils restent très inférieurs à ceux de la traite atlantique et comportent une marge plus large encore d’approximation, sont impressionnants (1,3 million pour le seul XVIIIe siècle). Les seconds, réalisés par les anthropologues depuis une trentaine d’années, ont permis en revanche de mieux connaître la place, le statut et le rôle des esclaves dans les différentes sociétés de l’Afrique subsaharienne. La Méditerranée se trouve ainsi réintégrée dans un ensemble plus large, dont l’Afrique constitue pendant plus d’un millénaire le principal foyer, et dans lequel la Chrétienté et l’Islam font presque jeu égal.

5Conférenciers invités : Enrico lachello (Université de Catane), Nicole Reinhardt (DAAD/MSH), Marzio Romani (Université Bocconi, Milan).

Publications

  • Avec F. Barca, dir., Conflitti, migrazioni e diritti dell’uomo, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2002.
  • « Europe from division to reunification. The Eastern European middle classes during and after socialism », dans Social contracts under stress. The middle classes of America, Europe and Japan at the turn of the century, sous la dir. d’O. Zunz, L. Schoppa N. Hiwatari, New York, Russel Sage Foundation, 2002, p. 362-378.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Aymard, « Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 334-337.

Référence électronique

Maurice Aymard, « Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15696

Haut de page

Auteur

Maurice Aymard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals