Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

Histoire sociale des idéologies contemporaines (Russie, URSS, monde germanique)

Jutta Scherrer, Wladimir Berelowitch, Alain Blum et Martine Mespoulet
p. 367-369

Texte intégral

Jutta Scherrer, directeur d’études

Fonctions et usages de l’histoire et de la mémoire historique et culturelle dans la Russie d’aujourd’hui

1Le séminaire a essentiellement poursuivi l’étude des questionnements de l’année précédente : l’analyse du rapport que les Russes entretiennent avec leur passé proche et leur histoire lointaine, depuis la perestroïka, et la quête sous-jacente d’un passé « utilisable » (le « useful past » d’Eric Hobsbawm).

2Nous nous sommes particulièrement intéressés à ce que la nouvelle historiographie russe et la soi-disant « culturologie historique » appellent le « paradigme civilisationnel ». Il s’agit en grande partie d’un retour aux conceptualisations de l’histoire de Danilevskij, Spengler et Toynbee et tout récemment aussi de l’adaptation des thèses de Huntington au nouveau discours identitaire russe. Nous avons également essayé d’établir le rôle et le fonctionnement de ce que les culturologues russes comprennent par istoriosofija (« historiosophie ») – une façon ultraspéculative de « penser l’histoire » qui n’a que peu en commun avec la philosophie de l’histoire au sens strict du terme. Cette orientation (qui fait usage aussi bien de l’« eurasisme » des émigrés russes des années 1920 que du « cosmisme russe » lancé à l’époque soviétique) se veut porteuse du « sens » de la nouvelle Russie postcommuniste. Avec l’aide des historiens et sociologues russes comme

3B. Dubin et D. Furman, invités par l’EHESS, nous avons posé la question du rapport entre le projet idéologique que représente le « paradigme civilisationnel » et son ancrage dans une « demande sociale ».

4Temps et travail : notions, représentations et pratiques en Russie, XIXe-XXe siècles (avec Alessandro Stanziani, chargé de recherche au CNRS)

5Une dimension nouvelle du séminaire a été introduite, avec la collaboration d’A. Stanziani, une fois par mois. Une série de questionnements élaborés par A. Stanziani et J. Scherrer a porté sur les premières tentatives d’un socialisme chrétien dans la Russie pré-révolutionnaire et sa vision du rapport travail/religion. Daniela Steila (Université de Turin) a analysé les notions de travail dans la philosophie des positivistes et empiristes russes (les inspirateurs du « bolchevisme de gauche ») ; Antonella Salomoni (Université de Bologne) a présenté ses travaux sur le rapport travail/salaire en nature dans les premières années du nouveau régime soviétique (communisme de guerre et NEP), et Yves Cohen a exposé des considérations méthodologiques sur la comparaison du statut du travail dans des cultures économiques et politiques différentes comme celles de la France, de l’Allemagne et de la Russie.

6En rapport avec mes activités à l’EHESS et avec le soutien financier d’INTAS, nous avons, en collaboration avec des chercheurs russes de l’Institut de philosophie de l’Académie des sciences russes à Moscou, achevé un projet portant sur la circulation des idées et en particulier des concepts philosophiques entre la France, l’Allemagne et la Russie dans les premières décennies du XXe siècle.

7Par ailleurs, mes propres recherches ont été exposées lors de conférences à Moscou, Budapest, Bucarest (dans l’École doctorale), Francfort, Potsdam, Leipzig et au Centre Marc-Bloch (dont je suis restée chercheur associé après la fin de ma délégation officielle).

Publications

  • Avec A. Pok et J. Rüsen, dir., European history : challenge for a common future, Hambourg, Körber-Stiftung, 2002.
  • « Russia, in search of a useful past », ibid., p. 90-108.
  • « “Obsceevropejskij dom” ? Vzgljad na Rossiju », dans Istoriceskaja nauka na rubeze veto, sous la dir. d’A. A. Fursenko, Moscou, Nauka, 2001, p. 268-274.
  • « Russkaja dorevoljucionnaja intelligencija v zapadnoj istoriografii », dans Intelligencija v istorii. Obrazovannyj celovek v predstavlenijach i social’noj dejstvitel’nosti, sous la dir. de D. Sdizkov, Moscou, Académie des sciences de Russie, 2001, p. 9-30.
  • « Spuren der “Reue” nach dem Ende », DU, 719, 2001, p. 21-204.
  • « Russland im Spannungsfeld zwischen Ost und West. Selbst- und Fremdbilder », dans Europa : Einheit und Vuelfult. Eine interdisziplinäre Betrachtung, sous la dir. de D. Holtmann et P. Riemer, Berlin-Londres, Lit Verlag, 2001, p. 213-236.
  • « Lew Nikolajewitsch Tolstoj », Theologische Realenzyklopädie, XXXIII/5, 2002, p. 676-679.
  • « Rossija i Evropa, ich predstavlenie o sebe i drug o druge », Vestnik Moskovskoj skoly politiceskikh issledovanij, 2, 2002, p. 54-59.
  • « Das zivilisatorische Paradigma im neuen russischen Geschichtsdenken », dans Sprünge, Brüche, Brücken. Debatten zur politischen Kultur in Russland aus der Perspektive der Geschichtswissenschaft, Kultursoziologie und Politikwissenschaft, sous la dir. de M. Ritter et B. Wattendorf, Berlin, Duncker & Humblot, 2002, p. 19-34.
  • « “Sehnsucht nach Geschichte”. Der Umgang mit der Vergangenheit im postsowjetischen Russland », dans Die Nation schreiben. Geschichtswissenschaft im internationalen Vergleich, sous la dir. de C. Conrad et S. Conrad, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002, p. 165-206.

Jutta Scherrer, Wladimir Berelowitch et Alain Blum, directeurs d’études avec Martine Mespoulet, professeur agrégée à l’Université d’Angers

Russie-URSS : sources et méthodes

8Ce séminaire est destiné à faire connaître aux chercheurs et aux étudiants les nouvelles directions de recherche en sciences sociales dans l’aire culturelle de l’ex-URSS. Comme précédemment, plusieurs intervenants, aussi bien français qu’étrangers, sont venus évoquer leurs travaux en cours, en privilégiant les aspects méthodologiques et les sources de leur recherche. Le séminaire s’est organisé autour de deux thèmes successifs. Le premier a été consacré à l’étude de l’administration russe et soviétique depuis la fin du XIXe siècle, dans des secteurs aussi différents que la science, la statistique, les administrations régionales, le théâtre, la censure littéraire et artistique, les municipalités, etc. Le second aux contacts culturels entre l’Empire russe et l’Europe occidentale sous l’Ancien Régime : pérégrinations académiques au XVIIIe siècle, contacts entre les Églises chrétiennes à l’époque moderne, rhétorique picturale et presse de mode au XVIIIe siècle, topographie médicale. Parmi les collègues étrangers, Yuri Shapoval (Académie des sciences, Kiev), Martin Dinges (Université de Stuttgart), Susan Gross Salomon (Université de Toronto), Sergueï Karp (Institut d’histoire universelle, Moscou) et David Shearer (Université de Delaware) sont intervenus au séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jutta Scherrer, Wladimir Berelowitch, Alain Blum et Martine Mespoulet, « Histoire sociale des idéologies contemporaines (Russie, URSS, monde germanique) », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 367-369.

Référence électronique

Jutta Scherrer, Wladimir Berelowitch, Alain Blum et Martine Mespoulet, « Histoire sociale des idéologies contemporaines (Russie, URSS, monde germanique) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15727

Haut de page

Auteurs

Jutta Scherrer

Articles du même auteur

Wladimir Berelowitch

Articles du même auteur

Alain Blum

Articles du même auteur

Martine Mespoulet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals