Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps

Jean-Pierre Peter
p. 399-402

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jean-Pierre Peter, directeur d’études

Médecine, malades, maladie : histoire, conceptualisation

1Reprenant, là où nous l’avions laissé l’an dernier, notre parcours dans une histoire de la médecine de l’Antiquité à nos jours, nous avons d’abord fait le point sur nos acquis antérieurs concernant la médecine gréco-romaine. Nous avons accroché ce bilan à un questionnement sur les raisons pour lesquelles Grecs et Latins n’ont pas élaboré une science naturelle au sens moderne.

2Une clinique attentive, brillante, et une spéculation hardie pour interpréter les apparences leur ont permis de bâtir une médecine et une physiologie qu’ont fixées de foisonnants et considérables écrits. Mais cette pensée sur le physique et la mise en pratique qui s’en fit n’ont pu ni su s’articuler aux recherches mathématiques d’autre part vigoureusement présentes dans la tradition grecque. Rien ne s’est énoncé ni manifesté d’un souci de mesure quantitative, encore moins d’une mathématisation des phénomènes vitaux. Nous avons discuté en quoi l’espace mathématique renvoie à une conception de l’absolu et du pur, alors que le vivant, qui balance toujours son équilibre instable entre des pôles contraires, est par nature impropre à la régularité, à la précision, donc à la mesure exacte. On dose les médicaments, on décompte les variations périodiques (fièvres, crises) : ce sont procédés arithmétiques. Ils permettent de décrire les faits, non d’accéder au pourquoi. Le nombre, lui, renvoie au principe métaphysique des choses, mais le monde sensible n’est pas celui de l’exactitude. En médecine surtout, qui traite le vivant, lui appliquer une pensée du nombre serait contre nature. Le corps est le produit et le théâtre de rapports complexes, qui déterminent l’absolue singularité de chacun. La mesure, dans cette conception du monde, est impraticable pour l’homme de l’art aux prises avec le réel concret.

3Plusieurs séances ont ensuite considéré la naissance, le développement et l’évolution de l’hôpital médiéval, dans ses origines monastiques, dans son adaptation urbaine (l’hôtel-dieu), dans ses règles de fonctionnement, son idéal charitable, ses pratiques sanitaires. Nous avons cherché dans les textes les termes mêmes de ce qui allie en lui matière et esprit, pur et impur, abnégation et pouvoirs, insalubrité et rédemption, fragilités humaines et gloire de Dieu. Nous avons caractérisé le difficile débat intérieur des religieuses, entre le soin dû aux indigents, aux malades, et les devoirs religieux. L’appétence contemplative, chez ces « servantes des pauvres », vint constamment fragiliser la prescription de présence active auprès du malade : la prière à la chapelle pour le salut des malheureux, en place des mortifications par des tâches matérielles épuisantes. De là l’entrée progressive dans l’hôpital médiéval de femmes du peuple salariées, première figure de nos aides-soignantes.

4Nous avons examiné comment, concurremment, l’apparition des médecins dans les archives hospitalières a coïncidé avec ce mouvement de laïcisation relative des institution charitables. La formation désormais universitaire des médecins n’a pu qu’accroître le phénomène de professionnalisation des métiers de santé. C’est à ces spécialistes que dès le XIIIe siècle passe progressivement une grande part de ce qu’assumaient jusque alors religieuses et religieux de façon soit empirique, soit savante (plus fréquemment que ne l’estime une tradition des historiens des sciences). Pendant plusieurs siècles, en fait, s’étaient intriquées guérison du corps et conversion des âmes. Le modèle galénique de la purgation des humeurs servait à penser les processus de la vie spirituelle, particulièrement celui de la pénitence. La guerre des évêques contre l’héritage païen des guérisseurs a servi un dogmatisme thérapeutique galéno-ecclésial de long avenir. La corporation médicale, malgré son indépendance conquise, garda longtemps cette empreinte.

5C’est aux contenus proprement dits de cette médecine médiévale et à l’histoire de ses mutations qu’a été consacrée la suite – et l’essentiel – des séances. Le travail principal a porté sur l’étude du passage de la science et de la philosophie arabes en Europe occidentale et de l’irradiation de la pensée et des savoirs qu’elle y a produite, par les deux voies de l’Islam espagnol (Cordoue, Barcelone, Tolède, Montpellier) et de l’Italie méridionale (Salerne, Mont Cassin, Bologne, Montpellier, Paris, Oxford). Étude des grandes encyclopédies du monde musulman, porteuses des héritages retravaillés de la science et de la philosophie antiques. Elles viennent éveiller aussi à la valeur pro-pédeutique des classifications. Étude enfin des grandes figures éponymes et de leur œuvre (Razès, Avicenne, Al Farabi, Abdul Kacem, Messué, Ibn al Nafis, Averroès, Maïmonide), ainsi que des voyageurs, traducteurs et introducteurs (Pedro Alfonso, Gondisalvo, Constantin l’Africain, Arnauld de Villeneuve, etc.). Nous avons regardé en détail l’ébranlement produit de ce fait sur les connaissances et théories médicales, et suivi ensuite les développements postérieurs de la médecine scolastique.

6Les cinq dernières séances du séminaire furent consacrées à une étude et une réflexion sur le thème de « transe et hypnose », en reprenant les éléments fondateurs de la psychothérapie moderne tels que les a mis en œuvre le marquis de Puységur dans ses traitements (1784 à 1824). Cela nous a conduit à aborder et tenter de démêler la question de la conscience absente/présente.

7L’actualité de la médecine, des ouvrages parus, des colloques, etc., nous a permis d’aborder ou reprendre et débattre, dans les premiers moments de chaque séance, quelques dossiers ou espaces problématiques, tels que perspectives sur le clonage humain, fonctionnement actuel des institutions de gériatrie, exercice de la médecine dans les prisons, usage de substances psycho-actives chez les personnes âgées (alcool, tabac, médicaments), recherches en génétique psychiatrique, etc.

8Le séminaire a bénéficié d’autre part des compétences de plusieurs intervenants. Notre invité, le Dr Luis Montiel, professeur d’histoire de la médecine à la Faculté de médecine de Madrid a donné une leçon sur le thème « Historicité du symptôme psychique : deux cas de l’aliéniste D.-G. Kieser de Göttingen au XIXe siècle ». Dans une autre séance, il nous a présenté sa recherche en cours, « La question du mal dans Le Roi des Aulnes de Michel Tournier ». Également notre invité à l’EHESS ce printemps, Shigehisa Kuriyama, professeur à l’International Research for Japonese Studies, Kyoto, a donné deux conférences : « Qu’est-ce qu’une histoire comparative du corps (Chine et Japon vs. Occident) » et « Ton et tonus : un aperçu historique ».

9Certains des thèmes évoqués ci-dessus, comme d’autres hérités des travaux du séminaire ces dix dernières années, ont fait l’objet de communications du directeur du séminaire à des conférences, colloques ou séminaires extérieurs : « Le geste médical » (journées sur « Le geste », Université de Nanterre) ; « De la douleur subie à l’anesthésie opératoire : chemins d’esquive. Naissance de la spécialité d’anesthésiste-réanimateur » (SHADYC-Marseille, séminaire de socio-anthropologie de la santé) ; « Science et action médicale en France dans le souci de la santé publique : le rôle des institutions – XVIIe-XXe siècle » (IRMC, Tunis, Journées « État-nation et construction de la science »).

Publication

  • « Histoires de corps, de vie, de mort : pour une histoire de la médecine » (en japonais), Kan : History, Environment, Civilization, 8, 2002, p. 412-427.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Peter, « Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 399-402.

Référence électronique

Jean-Pierre Peter, « Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15746

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals