Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Littérature et société en Grèce ancienne

Claude Calame
p. 426-430

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Claude Calame, directeur d’études

Poétiques de la Grèce antique : conceptions pratiques du temps (d’Hésiode aux lamelles « orphiques »)

1Les différentes manifestations de la culture grecque antique sont riches en conceptions du temps. Jusqu’ici l’attention s’était essentiellement portée sur les formes les plus explicites de la temporalité. Cette focalisation sur les spéculations de philosophes a eu pour conséquence la fréquente attribution aux « Grecs » d’une image cyclique du temps. Or, à une relecture à la fois dans une perspective anthropologique et avec un sensibilité aux phénomènes énonciatifs, les textes poétiques s’avèrent offrir des configurations temporelles qui non seulement sont orientées de manière pratique vers le présent, mais qui sont indissociables d’une construction de l’espace.

2En guise d’introduction, la confrontation avec ces conceptions à la fois poétiques et pratiques de la temporalité en concomitance avec des images spatiales nous a invité à revenir longuement sur les propositions élaborées par Paul Ricœur quant à la préfiguration, la configuration et la refiguration du temps tout en suivant le tracé proposé par les trois types de mimésis qu’il envisage dans sa recherche sur temps et récit : appréhension, mise en intrigue et lecture interprétative. Cette réflexion a porté d’une part sur une relecture de la notion de « temps calendaire » développée naguère par Émile Benveniste. Si on entend faire correspondre cette notion au « tiers-temps » qui serait susceptible d’assumer, par l’intermédiaire du temps historique, la relation entre le temps vécu et le temps cosmique, il faut reconnaître que le temps du calendrier est non seulement d’ordre chronologique, mais qu’il intègre aussi la dimension répétitive et pratique qui est celle de la ritualité sociale. D’autre part, à la fois linéaire et circulaire, la scansion du temps calendaire joue un rôle essentiel dans la mise en intrigue des manifestations à portée historique. Dans cette mesure, la notion de mise en intrigue doit être élargie à celle de mise en discours et elle doit être repensée en termes d’énonciation et de pratique énonciative. Finalement les différentes formes de l’historiographie apparaissent comme des configurations temporelles, impliquant en plus des structures narratives et des tournures rhétoriques propres au genre des procédures de sélection et de schématisation, de description et de modélisation, de mise en séquence argumentative et de concaténation logique.

3Autant dans leur dimension pragmatique, qui (par modalités énonciatives interposées) les oriente en général vers le hic et nunc à partir d’un point axial d’origine, que par les procédures de mise en discours évoquées, ces configurations discursives du temps et de l’espace apparaissent comme des poieseis, comme des fabrications poétiques au sens grec du terme. Cette définition élargie du poétique nous a amené à envisager les problèmes historiographiques classiques de la trace, du témoignage, de l’aspect visuel du passé, de la mémoire singulière et collective avec ses lieux, à partir des exemples fournis par les « historiopoiètes » que se sont révélés être en particulier Hérodote et Thucydide. Un passage par la Poétique d’Aristote a enfin conduit l’enquête vers des réflexions autour du concept de « régime d’historicité ». Portés par des configurations discursives à dimension pragmatique en général forte, ces régimes d’ordre spatio-temporel se stabilisent pour un temps en « régimes de vérité » acceptés par une communauté de croyance au profil malléable ; mais ils constituent aussi des « régimes d’identité » construisant, par une représentation du passé dans une géographie donnée, une identité communautaire oscillant constamment entre l’ipse et l’idem, et requérant de ce fait de nouvelles configurations spatio-temporelles.

4C’est ainsi que, comme premier cas de figure, on a proposé une relecture du « mythe des races » d’Hésiode qui s’est montré constituer en fait un récit des cinq familles d’humains. En raison des distorsions interprétatives qu’il provoque, le modèle structural doit être abandonné au profit d’une lecture qui conduit l’interprète du point chronologique d’origine qu’offre l’âge d’or, avec son universalité géographique, jusqu’au temps et à l’espace de l’âge de fer qui coïncide avec le hic et nunc de l’énonciation du poème. Temps raconté, temps de la narration et temps de l’énonciation énoncée viennent ainsi converger en un point focal, en tension avec le point axial d’origine, pour déboucher sur un futur prophétique assumé par le locuteur-aède lui-même. Du point de vue de la logique narrative, la phase de « sanction » fait défaut dans le récit des cinq espèces humaines comme elle manque aussi dans la version du récit de la création de Pandôra qui le précède et dans la fable du rossignol et de l’épervier qui lui fait suite. Les trois récits, dans leur enchaînement, convergent vers le lieu et le présent de l’enonciation, et c’est en définitive le poème lui-même qui, dans les conseils adressés en alternance à Persès et aux rois, donne la leçon à en tirer. Le poème fonctionne à la fois comme sentence dans le conflit qui oppose le poète à son frère et comme parole didactique ; il vise à rétablir l’équilibre de la justice au sein de la cité tout en provoquant une prospérité matérielle qui est proche de l’âge d’or et qui est celle connue par les héros privilégiés dans les îles des Bienheureux. De là, dans une historicisation progressive du régime spatio-temporel qui sous-tend le récit des cinq familles, l’insertion de la génération des héros épiques dans la série des âges métalliques. Isotopie de l’administration de la justice, isotopie de la prospérité agricole et isotopie de la parole poétique efficace s’entrelacent pour donner à cette configuration temporelle sa valeur argumentative.

5Avec le « Serment des Fondateurs » de Cyrène, on retrouve dans le texte en prose d’un décret civique rédigé et gravé quatre siècles plus tard dans la ville coloniale de Libye une même tension spatio-temporelle entre un point axial d’origine et un point focal qui correspond en gros au hic et nunc de l’énonciation : oracle originaire d’Apollon à Delphes invitant les gens de Théra à fonder une colonie sur la côte de Libye, moment de l’inscription du décret destiné au temple d’Apollon Pythien à Cyrène. Mais la configuration spatio-temporelle ainsi construite se dédouble dans la mesure où la décision par l’assemblée de Cyrène d’accorder la citoyenneté aux gens de Théra au nom de l’acte de fondation promu par Apollon s’appuie sur la décision prise naguère par l’ecclésia de Théra d’envoyer vers la Libye une expédition coloniale. À partir d’un point d’origine unique, les deux récits aboutissant à un décret en assemblée (isopolitie d’un côté, fondation coloniale de l’autre) conduisent à la réalisation rituelle des actions narratives évoquées : consécration de l’inscription dans le sanctuaire d’Apollon à Cyrène et façonnement des figurines de cire représentant les éventuels parjures au serment prêté au moment de l’envoi de l’expédition coloniale depuis Théra ; ceci, dans les deux cas, pour assurer la prospérité de la cité. Grâce à la double évocation spatio-temporelle de la voix prophétique d’Apollon l’archégète, le décret d’isopolitie apparaît comme une réitération de l’acte de fondation originaire. Dans cette transformation d’un double régime d’historicité en un régime de vérité et en un régime d’identité actifs dans le présent et dans le futur immédiat, ce n’est pas le temps « profane » de l’histoire qui se trouverait fondé dans la permanence intemporelle du mythe et du « sacré », mais Apollon et l’acte héroïque du fondateur théréen interviennent directement dans le présent et dans un lieu singulier, par un régime de temporalité combinant linéarité et circularité, pour garantir la validité et la pérennité d’un nouvel acte (civique) de fondation.

6L’année prochaine, à partir d’une réflexion sur la catégorie du rite de passage et plus particulièrement du rite de l’initiation tribale dans la perspective d’une critique des instruments de la comparaison en anthropologie culturelle et sociale, on poursuivra la réflexion sur les configurations spatio-temporelles et les régimes d’identité individuelle et collective à l’exemple d’un poème rituel de Bacchylide, des textes portés par les lamelles funéraires d’or (dites « orphiques ») et d’une autre composition appartenant au genre de la poésie d’action qu’est la poésie mélique.

7Le séminaire a été complété par quelques ateliers présentant des questions pratiques quant à l’établissement des textes grecs et au bon usage des éditions savantes, notamment pour les œuvres connues par fragments. Il s’est également enrichi de la participation au séminaire mensuel « L’Antiquité au présent », organisé par Florence Dupont à l’Université de Paris-VII, et du colloque pluridisciplinaire « La littérature à l’épreuve de l’énonciation et l’énonciation à l’épreuve de la littérature » qui s’est déroulé dans le même cadre. Enfin le séminaire a débouché sur une journée d’étude organisée à l’École en collaboration avec Roger Chartier et Christian Jouhaud ; elle a réuni plus de soixante-dix participants autour du thème « Identités autoriales dans l’Antiquité et la tradition européenne ».

8Par ailleurs, le séminaire a accueilli les exposés de Francisco Murari Pires (Université de São Paulo) sur les poèmes épiques et les prologues historiographiques, et de Riccardo di Donato (Université de Pise) sur la fonction guerrière dans la poésie homérique ; tous deux étaient directeurs d’études invités à l’École. De plus, Pénélope Skarsouli, Peter Burk (Université de Princeton), Mathieu-Toussaint Graziani (ENS) et Maria Piera Nappi (Université de Parix-X) ont présenté des aspects de leurs travaux de recherche respectifs sur la diction formulaire d’Empédocle, sur discours et contexte social dans les Idylles de Théocrite, sur temps et espace chez Strabon et sur la figure d’Hélène dans l’Illiade.

Publications

  • Choruses of young women in ancient Greece. Their morphology, religious role, and social functions, Lanham-Boulder-New York-Oxford, Rowman & Littlefield, 2001, 282 p. (nouv. éd. révisée).
  • L’Éros dans la Grèce antique, Paris, Belin, 2002, 256 p. + 7 p. (2e éd. revue, corrigée et augmentée).
  • « Quelques formes chorales chez Aristophane : adresses aux dieux, mimésis dramatique et “performance” musicale », dans Chanter les dieux. Musique et religion dans l’Antiquité grecque et romaine, sous la dir. de P. Brulé et C. Vendriès, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 115-140.
  • « Le scienze dell’Antichità tra neoliberalismo e cultura da supermercato : inflazione bibliografica e smarrimento metodologico », I Quaderni del Ramo d’Oro, 4, 2001, p. 181-203.
  • « De la poésie chorale au stasimon tragique : pragmatique de voix féminines », Mètis, 12, 1997 [2001], p. 181-203.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Calame, « Littérature et société en Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 426-430.

Référence électronique

Claude Calame, « Littérature et société en Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15760

Haut de page

Auteur

Claude Calame

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals