Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Parenté et logiques identitaires

Enric Porqueres i Gené
p. 448-451

Texte intégral

Enric Porqueres i Gené, maître de conférences

La tension entre filiation et alliance : corps et parenté

1Le séminaire a porté sur un thème particulièrement développé en anthropologie de la parenté ces dernières années, celui des rapports existant entre corporéité et parenté. Une problématique sur laquelle nous avons travaillé, ainsi que la boursière Nathalie Manrique, et les chercheurs Jérôme Wilgaux et Anne Cadoret, dans le cadre du projet européen « Public understanding of genetics ». Ce en partenariat, notamment, avec les Universités de Manchester, Vilnius et Barcelone. C’est précisément dans ce contexte que j’ai réalisé une présentation, dans un meeting tenu à Vilnius en juin dernier, autour des rapports entre les cultures occidentales de la parenté et l’appropriation publique des savoirs génétiques. De même, dans le cadre des journées interdisciplinaires organisées conjointement avec Frédéric Joulian et Suzanne de Cheveigné, j’ai présenté une communication sur la discontinuité ontologique de l’embryon humain et ses rapports avec la parenté.

2On est parti du constat du manque d’attention portée par les auteurs contemporains à tout un ensemble de textes, théoriques et ethnographiques, qui avaient nourri de fertiles discussions pendant les années 1960 et 1970. Nous avons commencé par les polémiques suscitées par des textes d’Ernest Gellner sur la nature de la parenté, pour lui nécessairement liée à un substrat biologique quel que soit le contexte culturel ; nous avons ensuite analysé des positions théoriques qui, en apportant une série de nuances conceptuelles fort utiles par la suite, se révèlent parfois trop rigides. Nous avons ainsi considéré les réponses apportées aux propositions provocatrices de Gellner par Rodney Needham, qui croit en la nature strictement sociale de la parenté et qui en arrivera à mettre en cause, comme l’avait fait auparavant Edmund Leach, l’existence même d’une quelconque entité que l’on puisse appeler « parenté ». Nous avons également étudié la position radicale de David Schneider qui, d’une certaine manière paradoxalement, prolonge les arguments de son adversaire théorique Needham et voit dans la nature de l’objet parenté une projection de nos propres préjugés culturels. De même la position intermédiaire d’Arundel Barnes a été prise en considération. Accompagnant la discussion de ces textes théoriques nous avons travaillé sur des dossiers ethnographiques particulièrement polémiques et directement en rapport avec notre problématique. Les matériaux disponibles sur les théories embryologiques trobriandaises et de certains peuples australiens, qui posent le problème de l’absence de reconnaissance de la paternité physiologique, nous ont amené à réfléchir sur un point qui, à mon avis, doit se trouver au centre de toute discussion sur ce qu’est la parenté : le poids de la notion de personne, des représentations sur sa fabrication in utero et en dehors du corps maternel, dans l’agencement de ce que traditionnellement nous appelons systèmes de parenté et d’alliance.

3En ce qui concerne les théories indigènes sur la fabrication des enfants et leur répercussion sur différentes sphères sociales telles les dynamiques de l’alliance matrimoniale, nous avons écouté trois exposés. Saskia Walentowicz, qui travaille sur le monde touareg, nous a présenté ses riches matériaux sur les conceptions et les rituels qui entourent la grossesse et la transmission identitaire dans ce milieu. Ces éléments ont été par la suite mis en rapport avec la définition locale de la « bonne alliance ». Dans ce milieu fortement cognatique malgré certaines apparences, sont pris en considération l’ensemble des apports qui, via le sang et via le lait, constituent la personne au fil des générations. Corinne Fortier a présenté ses données sur la société maure de Mauritanie, son principal terrain de recherche. En l’occurrence, elle s’est surtout intéressée, à partir de la restitution des théories ayant cours qui jouent fortement sur l’opposition du masculin et du féminin, à la problématisation des relations entre droit et coutume dans la construction culturelle de la notion de personne. Nous avons écouté également Nathalie Manrique, qui mène des études sur les représentations autour de la parenté et la personne en milieu gitan andalou, et qui a repris le thème important des différences entre discours féminins et masculins sur la parenté. Plus précisément, il s’est agi cette fois de scruter les rapports entretenus entre définition de l’inceste et représentations sur la fabrication des enfants. Finalement, Monique Jeudy-Ballini nous a présenté ses réflexions sur l’importance de la nourriture dans la constitution de liens de parenté en Mélanésie.

4Pour clore le séminaire, nous avons entamé un travail de lecture critique de certains textes contemporains s’inscrivant dans cette même problématique. Ainsi, deux séances ont été consacrées aux travaux récents de Maurice Godelier, l’un des chercheurs qui a le plus stimulé le développement de ce type d’études. En particulier nous nous sommes attardé sur sa problématisation de l’émergence du fait parenté, qui sépare l’homme de l’animal par la reconnaissance des relations dans ce domaine, et également sur ses matériaux d’ethnographie baruya, qui permettent de repenser les rapports entretenus entre notion de personne et pratiques de l’alliance.

Thèmes de parenté européenne : les prohibitions matrimoniales (avec Jérôme Wilgaux, professeur agrégé)

5Après avoir traité, au cours des deux années précédentes, les questions de la définition de l’inceste et de l’évolution des prohibitions matrimoniales dans les mondes grec, hébreu et juif durant l’Antiquité et le haut Moyen Âge, nous avons abordé cette année le cas du monde romain.

6Les premières séances ont été consacrées à la présentation des textes juridiques (extraits des Institutes de Gaius, du Digeste) permettant de définir précisément les prohibitions matrimoniales dans les premiers siècles de notre ère et de revenir sur les notions fondamentales de la parenté romaine (en particulier les relations d’adgnatio, de cognatio et d’adfinitas, mais aussi les notions de familia, patria potestas, justum matrimonium, etc.). Nous avons poursuivi ces préliminaires par une analyse des termes incestus,-um, stuprum et adulterium.

7L’anthropologie historique de la parenté romaine s’est particulièrement développée depuis une trentaine d’années et il n’a pas été possible au cours de nos séminaires mensuels de présenter en détail l’ensemble des travaux qui s’approchent le plus de notre propre problématique. C’est pourquoi il a été décidé de poursuivre au cours de l’année 2002-2003 l’étude du monde romain, tout en insistant davantage sur l’évolution des prohibitions matrimoniales à partir du premier siècle avant J.-C. et sur la mise en place progressive des normes chrétiennes en ce domaine. Nous nous sommes cependant particulièrement appuyés sur les travaux d’A. Rousselle, S. Treggiari, G. Pomata, M. Corbier, Y. Thomas et P. Moreau afin d’étudier les relations entre représentations de la parenté, du corps et de la personne, et définition des prohibitions matrimoniales pour cause de parenté.

8Deux intervenants nous ont permis par ailleurs de discuter et d’approfondir notre approche. V. Laurand, doctorant et ATER en philosophie à l’Université de Bordeaux-III, a présenté un exposé sur « La fonction du mariage dans l’oikeiôsis stoïcienne ». À partir d’une étude de deux importants concepts stoïciens (kathêkon et oikeiôsis), et au terme d’une analyse très précise des textes d’inspiration stoïcienne relatifs aux relations de parenté, V. Laurand a pu démontrer toute l’importance du mariage dans la conception stoïcienne des relations sociales. Le mariage est le nom d’une relation naturelle, faite de fidélité et d’amour mutuel, cadre nécessaire à toute reproduction. Relevant d’un choix délibéré, il se concrétise par une krâsis, c’est-à-dire un mélange total, une sorte de fusion dans laquelle, néanmoins, les éléments mêlés gardent leurs propriétés et peuvent, du reste, être séparés. Au fondement de la famille, le mariage constitue alors une sorte de modèle, de matrice des autres relations sociales.

9M. Bettini, professeur à l’Université de Sienne, a pour sa part présenté une communication intitulée « “Et ils prennent pour épouse leur cousine”. Le mariage dans un degré rapproché entre la Rome ancienne et la réflexion de saint Augustin » et consacrée plus particulièrement aux mariages entre cousins et à leur interdiction dans le monde romain. Cette communication et la discussion qui l’a suivie nous a permis de revenir sur les débats historiographiques et les sources majeures concernant l’évolution des prohibitions matrimoniales romaines. L’étude précise d’un passage célèbre de saint Augustin, Cité de Dieu, XV, 16, a de plus fait le lien entre pratiques romaines et exigences chrétiennes.

10Le séminaire a cette année encore bénéficié de la participation et des réflexions critiques de A. Cadoret et M.-É. Handman.

Publication

  • « Nación, parentesco y religión : el nacionalismo vasco entre la sangre y la tierra de la patria », dans Relaciones, identitades y contextos, sous la dir. de J. Bestard, Barcelone, Ediciones de la Universidad de Barcelona, 2002, p. 51-73.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enric Porqueres i Gené, « Parenté et logiques identitaires », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 448-451.

Référence électronique

Enric Porqueres i Gené, « Parenté et logiques identitaires », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15770

Haut de page

Auteur

Enric Porqueres i Gené

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals