Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique de la santé

Didier Fassin
p. 454-458

Texte intégral

Didier Fassin, directeur d’études

Gouverner des populations, produire des sujets

1Ce nouveau cycle, qui doit durer deux années, prolonge en l’élargissant le précédent qui portait sur les politiques de la souffrance. Si la topique compassionnelle apparaît comme un fondement de l’économie morale des sociétés contemporaines, on ne saurait limiter les questions de gouvernement et de subjectivité à cette dimension. D’une part, en effet, elle n’est évidemment pas la seule et entre en concurrence avec d’autres topiques, de la justice, de la dignité, de la sécurité, de la mémoire. D’autre part, l’ordre moral n’est pas non plus exclusif d’autres logiques qui se déploient de façon divergente et parfois contradictoire, qu’elles soient sanitaire, technique, économique. Partant de deux études de cas portant l’une sur les aides financières d’urgence aux chômeurs, l’autre sur les régularisations des étrangers au titre de la raison dite humanitaire, on s’est interrogé sur les formes de « gouvernementalité » et les processus de « subjectivation » qu’elles mettaient en œuvre. À cet égard, la discussion des travaux de la dernière période de Michel Foucault a permis de proposer une articulation entre deux questions souvent abordées séparément : le pouvoir et le sujet. Mais elle a aussi montré les apories, d’un côté, d’une approche du « biopouvoir » qui ignorait pour l’essentiel les transformations de la subjectivité, de l’autre, d’une conception du « sujet éthique » qui paraissait renoncer à son inscription politique.

2Afin donc de ressaisir le lien entre le pouvoir et le sujet et de lui redonner une pertinence pour des sciences sociales qui se sont précisément construites contre ce dernier, une approche généalogique a été proposée. Trois figures du sujet ont ainsi été identifiées et suivies, à la fois dans leur cheminement au sein de la philosophie et dans les appropriations qu’en ont faites les sciences sociales. La première, la plus classique, est celle du sujet de la conscience, dessinée par Descartes : la subjectivité est ici l’expérience que l’individu a de son intériorité. Voie suivie par toute une tradition de la philosophie du sujet jusque dans les prolongements phénoménologiques d’un Merleau-Ponty. Nombre de travaux, notamment en anthropologie, de Thomas Csordas à Byron Good, se réclament de cette approche de la subjectivation en termes d’expérience du monde ou, de façon plus limitée, d’expérience de la maladie. La deuxième figure, issue de la première, est celle du sujet de droit. Résultant d’un approfondissement de l’intériorité cartésienne dans le sens de la construction d’une personne morale à la fois responsable de ses actes chez Locke et porteuse de droits chez Leibniz, elle débouche sur une conception jus naturaliste discutée jusque dans les analyses de l’impérialisme par Hannah Arendt. Une certaine anthropologie médicale critique, de Nancy Scheper-Hughes à Paul Farmer, est héritière de cette lecture. Une troisième figure, qu’il faudrait plutôt considérer comme une anti-figure, est celle d’une contestation radicale du sujet cartésien. Si Pierce a été le premier à lui donner forme, c’est chez Wittgenstein qu’elle prend toute son ampleur anthropologique, ce qui explique l’influence qu’elle commence à avoir, par l’intermédiaire de Stanley Cavell, chez des auteurs comme Veena Das. Reprenant les deux études de cas sur les chômeurs et les étrangers, on a alors pu montrer comment chacune de ces figures du sujet renvoyait à des problématiques différentes que l’on pourrait formuler en termes d’expérience vécue, de droit revendiqué et d’impénétrabilité radicale.

3Quatre recherches ont été présentées de façon à discuter de façon plus concrète et plus fine les logiques du gouvernement et les processus de subjectivation. La première porte sur l’« invention » de la discrimination raciale à la fin des années 1990 dans la société française. Si les réalités sociales qu’elle recouvre ne sont évidemment pas nouvelles et si les questions de racisme ou d’inégalité ont depuis longtemps été débattues dans l’espace public, la discrimination, entendue comme traitement défavorable fondé sur un critère illégitime, met en question le modèle de l’intégration républicaine à la française. À partir d’une enquête conduite sur les dispositifs récemment mis en place par les pouvoirs publics, on a pu montrer, d’une part, comment la reconnaissance d’un sujet souffrant de discrimination raciale dans un contexte administratif peu favorable à la reconnaissance d’un sujet de droit susceptible d’obtenir réparation, produisait un espace de subjectivation victimaire inachevé, d’autre part, comment, dans le domaine de la santé où la discrimination était posée comme illégitime et illégale, les agents opéraient dans la pratique des choix défavorisant certaines populations socialement considérées à l’inverse comme illégitimes et parfois même illégales. La seconde recherche concerne les politiques du sida en Afrique du Sud et, plus particulièrement, le développement d’une série de polémiques sur la causalité de la maladie, l’efficacité des traitements, la découverte de médicaments locaux. La contextualisation des controverses, présentée en collaboration avec Helen Schneider, directrice du Center for health policy de l’Université de Witwatersrand, permet de montrer que la question du gouvernement des populations est indissociable à la fois d’une interrogation sur les fondements de la souveraineté, dont se réclament les dirigeants de la « nouvelle Afrique du Sud », et d’une analyse des formes de subjectivation produites par un siècle de ségrégation raciale, puis d’apartheid légal. La troisième recherche, présentée avec une doctorante, Anne-Jeanne Naudé, s’intéresse à la construction de la politique de lutte contre le saturnisme infantile en France, à partir du milieu des années 1980. Cette pathologie de l’habitat insalubre, qui est, pour des raisons historiques, étroitement liée aux dernières vagues de l’immigration de peuplement, a pu être mise sur l’agenda politique à partir du moment où une question sociale a pu être reformulée en termes de santé publique. Il importe alors de s’interroger sur ce qui fonde, pour une société donnée, la légitimité d’un problème. La quatrième recherche, enfin, réalisée avec un autre doctorant, Hervé Hudebine, s’attache aux transformations des politiques de prise en charge de la toxicomanie en France. Une enquête conduite en région parisienne montre la manière dont les divers acteurs s’efforcent de construire des figures du toxicomane susceptibles d’émouvoir, de faire agir les municipalités ou de susciter l’abstention de la police. Les programmes nationaux, par une double stratégie de réduction des risques, autorisant de fait l’usage de produits illicites, et d’équivalence des dépendances, mettant l’alcool et le tabac au même plan que la drogue, participent de la banalisation de la toxicomanie et à une déstigmatisation des toxicomanes.

4Quatre exposés ont conclu l’année. Dominique Memmi, chercheur en science politique au CNRS, a présenté ses travaux sur les dispositifs mis en place pour encadrer les décisions concernant la reproduction et la mort. Autour de l’interruption volontaire de grossesse, de la procréation médicalement assistée, de l’accompagnement en fin de vie et de l’euthanasie, elle dévoile un nouveau type de régulation des conduites s’appuyant sur un recueil de la parole et développant un autocontrôle des usages du corps. Richard Rechtman, psychiatre directeur du Centre hospitalier de La Verrière, s’est intéressé à la conceptualisation du sujet par la psychanalyse. Après avoir discuté les deux topiques freudiennes qui font émerger un sujet du côté de l’inconscient, autrement dit une subjectivité qui existerait à l’insu du sujet de la conscience, il montre que l’innovation lacanienne majeure réside dans la théorisation d’un sujet de l’inconscient qui ne fonde pas l’identité, mais constitue au contraire le lieu de l’altérité. Robert Castel, directeur d’études, a critiqué les usages faits aujourd’hui de la subjectivité dans un contexte de célébration libérale, en rappelant que l’individu est, pas moins qu’il ne l’était jadis, pris dans un réseau de supports objectifs qui détermine ses possibilités effectives de se constituer positivement comme individu. Il montre la manière dont le droit à la sécurité, acquis au terme de luttes séculaires, se trouve menacé aujourd’hui par les politiques économiques et sociales. Enfin, Paul Rabinow, professeur à l’Université de Berkeley, a remis en cause les lectures réduisant le biopouvoir au contrôle social et la biopolitique à l’imposition d’un ordre naturel. Il reprend le concept de biosocialité, moins idéologiquement situé, qu’il avait proposé dans des travaux antérieurs sur la génétique.

Publications

  • « Quand le corps fait loi. La raison humanitaire dans les procédures de régularisation des étrangers », Sciences sociales et Santé, 19, 4, 2001, p. 5-34.
  • « Le sida en Afrique du Sud : entre étiologie virale et causalité sociale », Journal du Sida et de la Démocratie sanitaire, 140-141, 2001, p. 19-21.
  • « L’altérité de l’épidémie. Les politiques du sida à l’épreuve de l’immigration », Revue européenne des Migrations internationales, 17, 2, 2002, p. 139-151.
  • « Embodied history. Uniqueness and exemplarity of South African AIDS », African Journal of AIDS Research, 1, 1, 2002, p. 63-68.
  • « L’invention française de la discrimination », Revue française de Science politique, 52, 4, 2002, p. 395-415.
  • « Le sida comme cause politique », dans Afriques du monde, sous la dir. de J.-L. Amselle, n° sp. de Les Temps modernes, 2002, p. 312-331.
  • Dir., Un traitement inégal. Les discriminations dans l’accès aux soins, Rapport d’étude, n° 5, Bobigny, CRESR 2002, 172 p. et annexes.
  • Avec M. Bozon et al., dir., Sida, immigration et inégalité. Nouvelles réalités, nouveaux enjeux, Paris, ANRS, 2002.
  • Avec R. Rechtman, dir., Traumatisme, victimologie et psychiatrie humanitaire. Nouvelles figures et nouvelles pratiques en santé mentale, Bobigny, CRESR 2002, 192 p. et annexes.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Fassin, « Anthropologie politique de la santé », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 454-458.

Référence électronique

Didier Fassin, « Anthropologie politique de la santé », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15774

Haut de page

Auteur

Didier Fassin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals