Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des techniques contemporaines et de leurs rapports au corps

Michel Tibon-Cornillot
p. 467-470

Texte intégral

Michel Tibon-Cornillot, maître de conférences

Changement d’échelle et mutation des risques en biologie

1Les premières séances ont été consacrées au rappel de l’hypothèse centrale développée au cours de l’année précédente, l’anticipation des savoir-faire techniques sur l’état des conceptualisations scientifiques disponibles. À partir de cette hypothèse, il est possible de rendre compte des sortes de « court-circuits » liant immédiatement des savoir-faire techniques hautement efficaces et des intérêts industriels et financiers. On a repris tout particulièrement les effets de cette créativité technique autonome dans deux disciplines-phares de la biologie, la génétique et l’embryologie, à propos des organismes génétiquement modifiés, et du clonage des mammifères.

2On a montré aux étudiants que l’entrée des organismes vivants dans des logiques économiques propres à des institutions publiques ou privées est à l’origine de questions spécifiques dont l’une d’elles présente un caractère d’urgence : celle qui concerne les risques et les contaminations. Des modifications profondes des risques en biologie apparaissent à l’intersection des phénomènes suivants : des produits ou des modifications des organismes sont fabriquées en laboratoire à partir de savoir-faire techniques ; ces performances sont introduites sur le marché mondial et fabriqués industriellement à grande échelle ; la méconnaissance des composants du produit ou des interactions liées aux modifications des organismes vivants peut laisser la place à des agents infectieux non encore connus au moment de la fabrication de la substance ou à des interférences imprévues dans le cas des organismes modifiés.

3Afin d’illustrer concrètement la mise en place d’approches spécifiques capables de rendre compte des nouvelles formes du risque en biologie, on a présenté trois études de cas : à propos de l’apparition des résistances aux antibiotiques ; à propos de l’éventuelle apparition de nouveaux contaminants liée à des pressions sélectives artificielles ; à propos de la dérégulation des écosystèmes liée à la production industrielle des organismes génétiquement modifiés.

4Ces recherches nous ont amené à proposer en un deuxième temps une série de développements organisés autour des concepts de régulation et de déferlement. En effet, les phénomènes techniques sont évalués depuis longtemps en fonction de leurs liens avec la rationalité des sciences modernes : les techniques sont devenues des « technologies ». L’extension du « logos » à des pratiques si diverses et si anciennes n’a pas facilité l’apparition d’analyses capables de rendre compte de la spécificité des savoir-faire techniques. Les techniques-technologies ont été réduites au statut subalterne de servantes des sciences ; pire encore, elles sont devenues des sciences appliquées et ont disparu en tant qu’activité autonome. Passées dans le langage commun, ces approches dominent encore l’ensemble des recherches sur les techniques.

5Les nombreux dérèglements urbains, sociaux et environnementaux liés à la mise en œuvre des dispositifs de laboratoires et à leurs applications industrielles n’ont pas remis en question la rationalité constitutive de l’ensemble sciences, techniques et industries au sein des États modernes. Mais ils ont rendu nécessaire le développement d’un versant régulateur de la raison capable de stabiliser le caractère impétueux de la rationalité instrumentale à l’œuvre dans les sociétés industrielles. Dans ce contexte, s’enracinent les approches régulatrices (kantismes et néo-kantismes, idéologies anglo-saxonnes diverses...) et administratives des risques.

6L’ensemble des analyses contemporaines des risques et des solutions éventuelles s’enracine dans ce travail de lissage, de rationalisation normative qui inspire la meilleure part de l’action des institutions administratives et politiques.

7Mais depuis plusieurs décennies, le surgissement de performances techniques originales a marqué un certain nombre d’événements. Leur puissance démesurée ne peut plus être abordée en termes de régulation-intégration car c’est bien plutôt l’affleurement d’une puissance croissante qui est devenue la question décisive. En un mot, l’interrogation centrale à propos des techniques contemporaines ne concerne pas d’abord leur régulation mais leur déferlement sans mesure. Il faut sans doute remonter jusqu’à la Première Guerre mondiale pour repérer ce « grand passage » qui permit à certains artistes, philosophes et écrivains d’aborder les sciences, les techniques et l’industrie en d’autres termes que ceux des approches classiques et d’en pointer l’« inquiétante étrangeté ».

8Il faut modifier le regard sur les techniques contemporaines et déplacer les questions : de nombreux phénomènes ne relèvent pas des approches en termes de régulation mais doivent être analysés en fonction de leur déferlement, c’est-à-dire de leurs effets incontrôlables dans des domaines aussi différents que ceux du nucléaire civil, de la reproduction humaine, des modifications génétiques, de l’épuisement des écosystèmes ou de la puissance des armements. Ces déferlements peuvent être conçus comme autant de manifestations d’une source de puissance encore inconnue dont on suit pourtant la trace dans des domaines spécifiques où ils deviennent observables, à la manière du ressac déferlant sur des rochers qui manifeste la puissance invisible de la houle. Ces manifestations d’une puissance démesurée ne peuvent plus être lues comme les conséquences de dérégulations qui en auraient permis l’apparition mais comme autant de symptômes exprimant la pression croissante exercée par le déchaînement de forces démesurées.

Publications

  • « Démesure des techniques contemporaines : du réductionnisme technologique aux sources involontaires des techniques », dans Gilbert Simondon, une pensée opérative, sous la dir. de J. Roux, Saint-Étienne, Presses de l’Université de Saint-Étienne, 2002, p. 214-247.
  • « Destin de l’embryon occidental : à propos du déferlement des techniques biomédicales », dans Cellules souches : évaluation éthique de la recherche, Bioethica Forum, Société suisse d’éthique biomédicale, 37, 2002, p. 30-38.
  • « Les champs de l’expérimentation : remarques sur la frontière séparant les laboratoires et les espaces sociaux », Alliage, « Pour une nouvelle culture du risque », 48-49, 2002, p. 159-170.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques contemporaines et de leurs rapports au corps », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 467-470.

Référence électronique

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques contemporaines et de leurs rapports au corps », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15779

Haut de page

Auteur

Michel Tibon-Cornillot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals