Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie et linguistique

Francis Zimmermann
p. 474-476

Texte intégral

Francis Zimmermann, directeur d’études

La question des langues minoritaires

1Nous nous sommes efforcé de faire démarrer cette année dans le cadre de ce séminaire un projet de recherche théorique et transversale qui, en répondant à une forte demande sociale aujourd’hui en Europe, fédérerait plusieurs disciplines (anthropologie, sociologie, linguistique, philosophie) et reposerait sur la comparaison de dossiers concrets déjà travaillés à l’École dans différents centres relevant des aires culturelles proches (comme l’Allemagne) ou lointaines (comme l’Inde). Le réseau « Eurolangues » créé en partenariat avec Jürgen Trabant à Berlin, José Antonio Pascual à Madrid et Edward M. Thomas à Aberystwyth (pays de Galles) donne une dimension européenne à ce projet et fait le lien avec le réseau « Mercator » de documentation et de recherche sur les langues minoritaires en Europe.

2Une langue locale est l’instrument d’une identité collective. Une langue locale devient le lieu d’un combat, dans le cadre des entités politiques de type occidental – États-nations, fédérations, institutions internationales –, dès que l’appartenance de ses locuteurs à un groupe social particulier fait l’objet d’une contestation ou d’une revendication.

3Les langues « minoritaires » sont définies comme telles dans l’esprit des gens qui appartiennent à une unité politique englobante. L’adjectif minoritaire relève de ce qu’on appelle l’« idéologie linguistique » (concept forgé par Silverstein en 1979), c’est-à-dire les idées que se font les locuteurs sur la langue qu’ils parlent et qui façonnent la structure et l’emploi de cette langue. L’idéologie linguistique lie la langue à la subjectivité, au pouvoir politique, aux jugements de valeur sur les énoncés qui, dans une culture donnée, constituent une parole vraie, belle ou vertueuse.

4Les « langues minoritaires », c’est d’abord une rubrique administrative. Par exemple à Bruxelles, pour la Commission de l’Union européenne. À ce niveau, le mot langue dans l’expression « langues minoritaires » fait l’objet d’une double restriction de sens. D’une part la langue est en quelque sorte essentialisée au point de constituer le fondement d’une identité culturelle, le breton pour les Bretons, le basque pour les Basques, etc. D’autre part la langue est implicitement réduite à sa fonction référentielle. Les administrateurs, les planificateurs de nos politiques linguistiques traitant des langues minoritaires s’intéressent exclusivement aux problèmes de la communication, de l’expression verbale et de la traduction d’une langue à l’autre des vérités objectives ; ils définissent la langue comme code purement dénotatif, référentiel ou sémantique.

5La question des langues minoritaires se complique, cependant, et interpelle l’ensemble des sciences sociales dès que l’on prend en considération les fonctions connotatives, indexicales ou pragmatiques d’une langue, autrement dit l’investissement de la subjectivité dans la langue. À ce niveau, la question des langues minoritaires (qui relève au sens strict de la sociologie politique) croise la question de la langue maternelle – définie comme valeur, instrument d’une pratique, institution sociale et finalité politique et esthétique – dans tous les cas où la langue maternelle est menacée ou revendiquée, oubliée ou au contraire revivifiée par la traduction et la littérature. Mais nous avons réservé pour l’année suivante l’examen des conditions de possibilité d’une ethnographie de la langue maternelle, en nous limitant cette année aux aspects politiques et institutionnels.

6Dans l’abondance des questions traitées – la patrimonialisation des langues régionales, les nouvelles textualités (informatique, audiovisuel), le changement d’allégeance linguistique (modèle de Fishman), etc. –, il faut mettre à part un début d’analyse anthropologique des institutions et des procédures de la traduction littéraire. Un débat philosophique est jusqu’ici absent de l’espace public européen, qu’il serait urgent d’ouvrir, sur la concurrence entre langues de communication et langues de culture. Les pouvoirs administratifs optent spontanément pour une politique de la traduction qui favorise les « petites » langues, et l’administration européenne à Bruxelles, par exemple, se trouve confortée dans ce choix par le double présupposé idéologique que je mentionnais : la langue est l’essence d’une identité culturelle, la langue est essentiellement faite pour décrire le monde objectif ; la traduction est donc considérée sans états d’âme comme possible et facile si l’on se donne les moyens financiers nécessaires. La tâche nous revient, au contraire, en tant qu’observateurs situés dans le champ des sciences sociales, de mettre en question cette idéologie de la traductibilité des langues.

7Une autre politique de la traduction est possible, en effet, qui prendrait en considération les fonctions indexicales et pragmatiques de la langue. Par rapport aux ressources disponibles et surtout aux questions de méthode en matière de traduction, nous devons faire une distinction entre les langues « minoritaires » (fait politique) et les langues « minorées » (jugement de valeur). Certes le plus souvent ces deux formes d’infériorité coïncident à tel point que le fait politique masque le jugement de valeur. Mais il faut porter attention au cas des langues littéraires, comme l’italien et même le français, qui sont aujourd’hui minorées dans le champ de la communication alors même qu’elles restent majoritaires au sein de l’État-nation qu’elles ont historiquement constitué. La traduction en italien ou en français est, dit-on, dispendieuse, difficile et nécessairement imparfaite, parce que l’indexicalité exorbitante de ces langues littéraires les rend intraduisibles. Elles sont donc minorées (au profit de l’anglais), et les ressources disponibles pour une politique de la traduction vont de préférence aux langues minoritaires. Cette distinction entre fait politique et jugement de valeur, qui relève de la sociologie politique et d’une approche externaliste des faits de langue, repose sur une distinction proprement linguistique entre fonctions référentielles et fonctions indexicales d’une langue. C’est l’articulation entre ces deux approches qui fait tout l’intérêt pour nous de cette question de la traduction. Répondre sur le plan théorique à la question politique des langues minoritaires, c’est développer une problématique des rapports entre langue vernaculaire (locale, régionale, colloquial language), langue nationale (officielle, normalisée, standard language) et langue natale (maternelle, affectivement investie) dans le cadre d’une aire culturelle donnée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Zimmermann, « Anthropologie et linguistique », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 474-476.

Référence électronique

Francis Zimmermann, « Anthropologie et linguistique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15782

Haut de page

Auteur

Francis Zimmermann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals