Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des savoirs occidentaux

Wiktor Stoczkowski
p. 477-480

Texte intégral

Wiktor Stoczkowski, maître de conférences

« Savoirs », « représentations collectives », « visions du monde », « cosmologies » : la diversité des constructions conceptuelles et les méthodes de leur analyse

1Le séminaire s’est très vite éloigné de l’intitulé provisoire qu’il portait cette année et qui était un reflet de mes préoccupations antérieures. La recherche construite et exposée durant cette année m’a conduit à m’interroger sur les soubassements cosmologiques (au sens que les ethnologues donnent à la notion de cosmologie) que l’on discerne dans certaines théories des sciences sociales. Les premières études pilotes, destinées à vérifier les potentialités de cette approche, ont été consacrées à des phénomènes situés dans le passé (la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle). C’est volontairement que j’ai décidé de commencer par l’étude de cas historiques, avant d’examiner des cas contemporains, car les premiers offrent des corpus clos, restreints, et relativement faciles à manier. Les résultats encourageants de ces premières explorations (ils seront publiés dès que le travail d’archives, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, aura été achevé) m’ont déterminé à engager, parallèlement, une autre étude pilote, cette fois-ci prenant pour objet une théorie récente. Afin de rendre la nouvelle recherche comparable à celles qui ont été jusqu’à présent accumulées, il fallait choisir l’une des « grandes théories » des sciences sociales, à la fois considérée comme novatrice et déjà socialement reconnue. L’observation ethnographique devait compléter l’analyse des textes et des archives, seules sources disponibles pour l’étude des dossiers historiques préalablement traités. De surcroît, le créateur de la théorie choisie devrait pouvoir être invité à commenter les résultats de mes analyses, lesquels seraient également soumis aux « adversaires » et aux « adeptes » de la théorie.

2Compte tenu de ces contraintes, mon choix s’est porté sur la théorie sociologique de Pierre Bourdieu. Le décès inopiné de celui-ci, survenu au mois de janvier 2002, alors que le travail du séminaire sur les textes était déjà très avancé, m’a forcé de clore certaines pistes de recherche que j’avais espéré explorer et qui ne pourront désormais conduire qu’à des conclusions épistémologiquement indécidables, donc dépourvues d’intérêt ; d’autre part, il est dorénavant impossible de procéder au recueil de certains types de données ethnographiques, et je dois me contenter des carnets d’observations que j’avais constitués en assistant au séminaire de P. Bourdieu au Collège de France en 2000 et 2001.

3Le travail du séminaire a été focalisé cette année sur les textes publiés dans les années 1970, période durant laquelle les parties fondamentales de la théorie bourdieusienne ont été établies et organisées en une construction conceptuelle pourvue d’une forte cohérence. Nous avons commencé par l’analyse de la conception du champ religieux, où la matrice wébérienne reste encore très visible, avant de nous pencher sur les extensions progressives de ce schème de base à d’autres domaines de la vie sociale. La partie de la théorie de Bourdieu qui nous a retenu le plus longuement est celle qui porte sur la science en général, et sur la sociologie en particulier. Loin d’y voir une tentative d’énoncer les lois générales du travail scientifique, comme la partie déclarative de l’article « Le champ scientifique » (1976) pourrait inviter à le faire, nous avons pris au pied de la lettre les déclarations récurrentes de Bourdieu qui avait coutume de souligner le caractère réflexif de sa sociologie, cependant que les analyses sociologiques explicites de sa propre activité académique demeuraient relativement rares et peu systématiques. Nous avons envisagé l’hypothèse selon laquelle la sociologie des sciences de Pierre Bourdieu – un des fils conducteurs de son œuvre – était avant tout une sociologie de la sociologie de Pierre Bourdieu. Sous couvert d’une explication théorique du fonctionnement général de la science, notre auteur semble avoir donné une description empirique, en même temps implicite et très précise, du fonctionnement de sa propre sociologie, selon la rhétorique d’équivoque dont il a maintes fois énoncé les principes en feignant de les dénoncer. À cette occasion, nous avons essayé de dresser un répertoire des techniques d’occultation et d’équivoque dont Bourdieu faisait un usage tout aussi délibéré qu’adroit (les références sont chez lui constantes à la tradition ésotérique : par rapport aux « pratiques modernes des sciences sociales », affirme Bourdieu, « l’ésotérisme savamment entretenu des vieilles traditions lettrées ne représente qu’une pauvre anticipation »).

4Toutefois, notre effort essentiel allait à la reconstitution d’un schème cosmologique dont la logique semble avoir présidé à l’élaboration de la théorie sociologique de Bourdieu. Ce schème participe à son tour d’une vision du monde qui a tous les suffrages, accordés a priori, de ceux qui adhèrent à cette théorie, alors qu’elle paraît inacceptable à ceux qui rejettent, parfois tout aussi a priori, cette même théorie. Nous nous sommes ainsi interrogé sur la masse manquante (car en grande partie implicite ou occultée), située en amont de la production de la sociologie bourdieusienne et dont on peut supposer qu’elle conditionne la réception de cette sociologie, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du monde académique. Notre hypothèse plus générale était que l’adhésion à des axiomes ontologiques et à des principes structurants, dont l’élaboration échappe aux règles de l’activité « scientifique » ou « savante », peut exercer une influence déterminante sur les grands choix théoriques, les options épistémologiques, les sympathies et antipathies pour des modes de pensée, les types de sources utilisées, les formes rhétoriques, les procédures de validation, etc. Il serait prématuré de livrer ici de plus amples détails des conclusions auxquelles le travail du séminaire a abouti et qui seront sans aucun doute appelées à être révisées, voire infirmées, au fur et à mesure qu’elles auront été confrontées à une base de données textuelles et ethnographiques constamment enrichie. Ce travail se poursuivra désormais en dehors du séminaire, avant qu’il ne puisse y être présenté sous une forme quasi définitive.

5J’ai été invité cette année à donner plusieurs conférences dans des séminaires de l’EHESS : « La rencontre de la théologie et de la science dans la théorie anthropologique d’Edward B. Tylor », en novembre, dans le séminaire « Histoire des sciences de l’homme et de la société », animé par C. Blanckaert, J. Carroy et N. Richard ; « Les racines occultistes d’une théorie ethnolinguistique : le cas de Benjamin L. Whorf », en décembre, au séminaire interne du Laboratoire d’anthropologie sociale ; « Existe-t-il des savoirs secrets en sciences sociales ? », en février, au séminaire « Illégitimité et légitimation du secret », animé par J.-R Cavaillé, C. Lemieux et I. Rivoal. En février, à l’invitation du Forum des sciences du Centre de la promotion de la culture scientifique, de Lille, j’ai participé au débat sur les représentations de la vie extraterrestre. En mai, j’ai présenté la communication « Les formes conceptuelles » au colloque La signification et les enjeux de la morphologie, organisé par le Centre Pharos, à San Leo (Italie). Le 17 mai s’est tenu, à l’EHESS, une journée de débat que j’ai organisée, avec Claude Rosental (CNRS), autour du numéro 141-142 des Actes de la Recherche en Sciences sociales : le débat fut précédé par plusieurs communications (Éric Brian, Catherine Goldstein, Michel Grossetti, Claude Rosental, Terry Shinn, Wiktor Stoczkowski).

6Tout au long de cette année j’ai animé le séminaire du Groupe de recherches sur les savoirs, coordonné l’enseignement collectif « Ateliers d’anthropologie » destiné aux étudiants inscrits en formation doctorale « Anthropologie sociale et ethnologie » et participé aux travaux du séminaire collectif « Morphologies ».

Publications

  • Explaining human origins. Myth, imagination and conjecture, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, 224 p. (trad. anglaise de la version revue, mise à jour et augmentée d’Anthropologie naïve, anthropologie savante, 1994).
  • Para entender a los extraterrestres. Estudio etnológico de una creencia contemporánea, Madrid, Acento, 2001, 383 p. (trad. castillane Des hommes, des dieux et des extraterrestres. Ethnologie d’une croyance moderne, 1999).
  • « Les fondements de la pensée de l’exclusion », La Recherche, 349, 2002, p. 42-48 (trad. espagnole dans Mundo cientifico, 232, 2002, p. 30-37 et trad. suédoise dans Dagens Forskning, 8, 2002, p. 16-17).
  • Recension de : C. Blanckaert, dir., Les Politiques de l’anthropologie. Discours et pratiques en France (1860-1940), Gradhiva. Revue d’histoire et d’archives de l’anthropologie, 30-31, 2002, p. 218-219.
  • Recension de : J. Clottes et D. Lewis-Williams, Les Chamans de la préhistoire, La Recherche, 348, 2001, p. 82-83.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wiktor Stoczkowski, « Anthropologie des savoirs occidentaux », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 477-480.

Référence électronique

Wiktor Stoczkowski, « Anthropologie des savoirs occidentaux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15783

Haut de page

Auteur

Wiktor Stoczkowski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals