Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe

François Pouillon
p. 489-491

Texte intégral

François Pouillon, directeur d’études

Itinéraires d’Orient

1Le séminaire a repris avec une récapitulation du débat sur les « post-colonial studies » qui structure, qu’on le veuille ou non, la réflexion dans notre domaine – débat ouvert cependant puisque ce fut l’occasion d’un dialogue renoué avec Todd Porterfield (Rice University) à qui l’on doit le stimulant Allure of empire : art in the service of French imperialism (Princeton, 1999). C’était là une manière de venir à l’axe central de notre travail de cette année qui a porté essentiellement sur le regard des peintres. L’analyse de quelques artistes majeurs, classés en tout ou partie dans l’orientalisme, et qui furent traités, en leur temps, comme des informateurs, nous a permis en effet d’avancer dans le décryptage de la construction des images du social, tiraillée entre la contrainte de rendre compte d’observations récoltées dans le cadre du voyage exotique et l’ambition d’en faire œuvre de création.

2Le périple de Delacroix au Maroc a servi de point de départ naturel à notre travail, avec l’extraordinaire fonds documentaire dont nous disposons sur cet artiste majeur et qui permet de suivre au ras du terrain et quasiment au jour le jour, l’enquête et l’élaboration des thèmes. Cette enquête, reprise sur les lieux mêmes en collaboration avec Corinne Cauvin Verner, a été présentée dans des cadres divers, à Fès et à Rabat. Dans un genre majeur également, nous sommes revenu, et à Tanger même, sur le séjour de Matisse au Maroc, séjour fort bien documenté également, où la frilosité de l’enquête n’empêche pas les immenses conséquences plastiques que le peintre va en tirer. Entre ces deux titans, le « peintre-ethnographe » que fut Jean-Léon Gérôme nous a guidé vers une autre manière de voir la diffraction des thématique entre l’orientalisme et la peinture d’histoire, cela en confrontation avec François Lissarrague qui l’abordait du côté de l’archéologie. Grâce à Roger Benjamin (Australian National University, Canberra) qui prépare pour 2003 une exposition sur le voyage de Renoir à Alger, cette excursion mal connue a été enfin l’objet d’un inventaire exhaustif. Chassériau, qui avait eu cette année les honneurs d’une exposition rétrospective, a été encore l’objet d’exposés de Todd Porterfield et de Stéphane Guéguan (musée d’Orsay).

3Roger Benjamin nous a ramenés aux approches institutionnelles avec l’analyse de la constitution d’une « Société des peintres orientalistes » (à partir de 1893) et les prodromes de l’ouverture à Alger d’un musée des Beaux-Arts. Toujours dans les limites de l’art industriel, nous avons découvert, grâce à une exposition organisée par Daniel Fabre à Carcassonne, le peintre-graveur Gaston Vuillier à qui l’on doit nombre de scènes d’Orient publiées dans la revue de voyages Le Tour du Monde. L’ensemble des thèmes soulevés à l’occasion de ces exposés ont été repris dans le cadre d’un colloque Regards obliques sur l’orientalisme organisé à l’IISMM sur « La peinture des sociétés d’Islam au XIXe siècle et après ».

4Les voyageurs de l’époque héroïque ont été revisités grâce à de savantes recherches, tel Léon l’Africain grâce à Dietrich Rauchenberger qui, dans un ouvrage récent, a renouvelé l’approche sur ce personnage important, auteur d’une œuvre dont on avait un peu oublié de regarder le texte original... ou le Dr Shaw, chapelain protestant en Algérie au XVIIIe siècle, grâce à Zehor Zizi (Université de Caen) qui lui a consacré une thèse fondée aussi sur des sources inédites. Nous avons contribué à ce débat sur les voyageurs des origines par la reprise, pour un colloque sur la Rihla (relation de voyage) tenu à l’Université Mohammed-V, d’un dossier sur un voyage en Arabie au début du XIXe siècle dont l’authenticité avait été récusée. C’était l’occasion de reposer plus largement la question des titres de vérité dans le récit de voyage, sur laquelle Bernard Traimond (Université de Bordeaux-II) avec une présentation de son livre Vérités en quête d’auteur (William Blake, 2000), nous a apporté une réflexion d’ensemble.

5Retour sur le thème classique du désert pour finir grâce, notamment à l’intervention de Guy Barthélemy, proposant une relecture de l’admirable Passion dans le désert de Balzac. Ce thème central à notre domaine servit de fil conducteur à une journée de l’IISMM organisée autour de la publication de la traduction intégrale (par Jean-Claude Reverdy, Karthala, 2002) des Voyages dans l’Arabie déserte de Charles Doughty.

6Nous nous sommes accordé, à l’occasion, quelques excursions sur des présentations de travaux récents par des collègues chercheurs : Driss Mansouri (Université de Fès), sur l’historiographie nationale au Maroc ; Daniel Rivet (Université de Paris-I) à propos de son livre : Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation (Hachette, 2001) ; Corinne Cauvin Verner enfin, qui nous a offert, en conclusion de l’année, la présentation de son film, Les Noces de Nazha, traitant avec rigueur et sensibilité un mariage dans le Sud marocain.

Publications

  • Dir. en coll., Lucette Valensi à l’œuvre. Une histoire anthropologique de l’Islam méditerranéen, Paris, Bouchène, 2002, 308 p.
  • « Lucette Valensi à l’école : bio-bliographie », ibid., p. 21-35.
  • « Le grand tour du monde des illustrateurs : Gaston Vuillier, rive sud », dans Gaston Vuillier ou le trait du voyageur, sous la dir. de D. Fabre, Carcassonne, Garae Hésiode, 2002, p. 59-67.
  • « 150 years of Algerian painting : relevance for understanding on the post-colonial situation », dans Regards croisés : transatlantic perspectives on the colonial situation, n° sp. de French Politics, Culture and Society, 20, 2, 2002, p. 141-158.
  • « Camille Rogier, peintre orientaliste et viveur : pièces pour un puzzle », Archaeology & History in Lebanon, 16, 2002, p. 49-58.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Pouillon, « Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 489-491.

Référence électronique

François Pouillon, « Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15793

Haut de page

Auteur

François Pouillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals