Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Ethnologie et sociologie de l’Asie du Sud-Est et du monde insulindien

Georges Condominas
p. 511-514

Texte intégral

Georges Condominas, directeur d’études

Développement des espaces sociaux et rapports interethniques en Asie du Sud-Est continentale et insulaire (y compris Madagascar)

1Le thème principal qui s’est imposé cette année a porté sur l’oralité. En effet ce thème ayant été abordé à plusieurs reprises les années précédentes, il a paru nécessaire d’en faire une mise au point temporaire. Par ailleurs j’ai participé au mouvement qui a poussé l’UNESCO à une action concertée en faveur de la sauvegarde de la culture immatérielle et orale, parallèlement à celle de la culture monumentale et écrite qui avait jusqu’alors été son action principale où elle avait réussi de façon éclatante. Enfin le renouvellement partiel de l’auditoire du séminaire a exigé de ma part de rappeler au cours d’une série de séances, les principes directeurs et l’histoire de ce domaine. La priorité donnée aux exposés présentés selon leur propre choix par les autres membres du séminaire m’a fait repousser à la fin de l’année l’examen de l’analyse que j’avais faite du contenu de l’oralité, allant de l’oralité proprement dite à son association avec la gestuelle (techniques du corps) d’une part et d’autre part le savoir-faire transmis pour la réalisation des œuvres de l’artisanat, développant le tableau que j’avais eu l’occasion de présenter à Tokyo en 1995.

2Jacques Ivanoff (CNRS) dans son exposé rétrospectif sur les Moken, nomades marins de l’archipel Mergui (Thaïlande et Birmanie), a montré que ses longues enquêtes ont porté au moins autant sur leur littérature orale que sur son observation participante. Son deuxième exposé rendant compte de l’extension en Birmanie, ces deux dernières années, de ses recherches sur les Moken a été étayé d’une abondante projection photographique.

3De même Émilie Barbet (doctorante), en présentant les premiers résultats de ses enquêtes au Nord-Laos, sur les Lan Ten (des Yao), a étoffé ses observations de projections audiovisuelles.

4Les circonstances ont fait que le séminaire de cette année a été clos sur la littérature orale d’une population sans écriture : les chants alternés des Lissous par Maneerat Dessaint (doctorante) qui appartient à ce groupe (son vrai nom est Avòunado Ngwâma). Par des exemples analysés, elle a souligné la richesse tant prosodique que poétique comparable à celle des cultures écrites.

5L’audiovisuel a presque constamment, sous la forme de photographies et de vidéo, joué le rôle de complément d’informations, comme on vient d’en avoir des exemples, puis dans tous les exposés que nous mentionnerons, consacrés aux croyances et pratiques religieuses. Mais ici nous réservons sous la rubrique audiovisuelle à des conférences centrées sur trois films de structures et sujets très variés. Dans le premier, Mémoire d’or, mémoire de soie, réalisé par Catherine Choron-Baix (CNRS), l’auteur retrace le sauvetage par un prince lao en exil, d’une broderie spécifique tissée par les princesses de Louang Phrabang, vouée à la disparition à la suite de la prise de pouvoir du royaume lao par les révolutionnaires du Pathet lao. Une très belle technologie féminine ressuscitée par un homme particulièrement bon observateur depuis sa plus tendre enfance et grandement doué. Le deuxième, Hôtel Bambou, un témoignage sur Saigon en 1969-1970, est un regroupement de courts-métrages réalisés par l’écrivain et historien Philippe Franchini (l’auteur de Continental Saïgon). Le tout fournit une information surprenante sur la capitale du Sud pendant la période américaine de la guerre du Vietnam. Le troisième, également étonnant, un DVD réalisé par Jean-Marc de Grave (docteur en ethnologie), sur les arts martiaux javanais où s’entremêlent mystique et méditation d’une part et techniques du corps d’autre part, aboutissant à des performances surprenantes. Cette projection avait été précédée d’une séance sur le kanuragan, l’enseignement et les principes de l’une des trois pratiques du pencak silat.

6Une partie importante des conférences a été marquée par leur dominante religieuse, d’ailleurs aussi variée dans leur objet que dans leur approche. Élise Darblay (doctorante) a, au cours de trois séances de séminaire, exposé les résultats de son enquête à Palawan portant sur la sexualité confrontée à l’acculturation religieuse, c’est-à-dire à l’impact sur les mœurs locales de l’Église catholique qui s’est imposée sur la presque totalité des îles Philippines au cours de plusieurs siècles. Malgré cela la conférencière a relevé une certaine liberté de parole et de comportement notamment dans l’existence de groupes homosexuels parfaitement admis : les bakla (hommes travestis et vivant en femmes) et les tombay (filles choisissant de s’habiller et de vivre en hommes). Avec Guillaume Rozenberg (docteur en ethnologie) on a assisté à une thèse portant sur les aspects à la fois mystiques et économiques du bouddhisme Theravâdin : « Réciprocité et redistribution dans le bouddhisme de Theravâda : l’anniversaire du moine de Thamanya en Birmanie ». Alexandra de Marsan (doctorante) nous a fait quitter l’est pour l’ouest de la Birmanie et le bouddhisme proprement dit pour le culte des nat : « Le monde des esprits chez les Arakanais : le culte du seigneur du village ». Deux conférences nous ont éloignés un temps du cercle géographique et culturel du CeDRASEMI : Anne Delaballe nous a entraînés dans l’Ouest himalayen, où cohabitent, rarement en harmonie, bouddhistes et musulmans, dont les systèmes religieux se répercutent sur leur régime alimentaire : « Ladakh, identité et alimentation ». Avec Sandrine Ruhlmann (doctorante EPHE-Ve Section) nous sommes partis encore plus loin au nord, mais en restant dans le domaine religieux et celui de l’alimentation : « Un rituel funéraire sous l’angle des pratiques alimentaires (Mongolie) ».

7Missions du directeur d’études : à El Eche (Espagne) du 20 au 24 septembre 2001, en tant que membre du jury international délibérant pour la première proclamation des chefs-d’œuvre du Patrimoine oral et immatériel de l’Humanité ; à Berlin du 16 au 18 novembre 2001 : colloque : « The global dimension of cultural policy » organisé par la Haus der Kulturen des Welt (communication sur la nouvelle orientation du programme de l’UNESCO) ; à Marseille du 15 au 19 avril 2002 pour des journées entières d’interviews organisées par deux chercheurs de l’IRSEA, Jean Baffie et Bruno Fourgeau, avec interventions de Bernard Sellato et Isabelle Merle sur ma biographie scientifique. Il a été nécessaire de poursuivre cet enregistrement à Paris du 24 au 27 septembre 2001, d’autres séances sont prévues pour clore cet ensemble ; à Phnom Penh du 13 au 21 mai 2002 pour présider le colloque « Patrimoine et Francophonie » organisé par le directeur du Bureau Asie-Pacifique de l’Agence universitaire de la francophonie (AUP), célébrant le 40e anniversaire de la création de cette institution ; à Siem Reap (hors mission) où nous étions les hôtes de l’École française d’Extrême-Orient, nous avons donné deux conférences, ma femme et moi, le 16 et le 19 juillet, l’une sur la muséologie l’autre sur l’œuvre de George Groslier ; à Corte du 18 au 22 septembre 2002 au colloque « Corse-Colonies » organisé par le Museu di a Corsica en ouverture de son exposition sur ce thème.

Publications

  • Plusieurs notices dans Des photographes en Indochine (Tonkin, Annam, Cochinchine, Cambodge et Laos au XIXe siècle), sous la dir. de P. Franchini et J. Ghesquière, Paris, Marval/Réunions des musées nationaux, 2001, 263 p., ill. (Annam, p. 88-89 et d’autres notices).
  • Entretien avec G. Condominas, un stagiaire au Musée de l’Homme (par C. Coiffier), Le Voyage de La Korrigane dans les mers du sud, Paris, Hazan, Muséum national d’histoire naturelle, Musée de l’Homme, 2001, p. 66.
  • Esquisse d’une étude sur la navigation et la pêche aux Nouvelles-Hébrides (1947), Nouméa, Institut de recherche pour le développement (« Documents scientifiques et techniques, III, 4 »), 2001, 47 p., 26 pl., ill., couv. ill.
  • « Introduction » à Diversité culturelle au Viet Nam : enjeux multiples, approches plurielles. Actes du Colloque sur la sauvegarde et la promotion du patrimoine immatériel des ethnies minoritaires du Viet Nam, Hanoï, 12-14 mars 1994, sous la dir. d’O. Salemink, Paris, UNESCO (« Mémoire des peuples »), 2001, p. 13-27 et p. 15-29 pour l’éd. en anglais.
  • « Yot Sede chak mummong khong nak chatthiphanwitthaya (George Coedès vu par un ethnologue) », dans Yot Coedès Wanni (George Coedès aujourd’hui), sous la dir. de P. Charoempote et K. Chansang, Bangkok, Université Silpakorn, 2001, 6 p.
  • Mori wo taberu hitobito : betonamu chûôkôchi no senjû minzokushi (Le peuple qui mange la forêt : ethnographie d’un peuple indigène de(s) plateaux) du Vietnam central), trad. en japonais de Nous avons mangé la forêt par K. Hashimoto et H. Aoki, Tokyo, Kinokuniya Shoten, 2001, 670 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Condominas, « Ethnologie et sociologie de l’Asie du Sud-Est et du monde insulindien », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 511-514.

Référence électronique

Georges Condominas, « Ethnologie et sociologie de l’Asie du Sud-Est et du monde insulindien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15804

Haut de page

Auteur

Georges Condominas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals