Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie sociale, culturelle et religieuse de la Corée

Alexandre Guillemoz
p. 514-515

Texte intégral

Alexandre Guillemoz, directeur d’études

Femmes, chamanes et société. Changements ?

1Le séminaire a été principalement consacré à l’étude de deux récits de vie et de pratique divinatoire contenus dans des livres publiés en 1995 à Paris et à Séoul, l’un par une voyante française et l’autre par une mudang (chamane) coréenne. Outre de nombreux points communs – en particulier le succès médiatique de leurs auteurs (l’une ayant fait une prédiction juste concernant la direction du journal Le Monde, l’autre ayant prédit la mort de Kim II-song dans l’année 1994) –, ces deux textes ont été utilisés pour faire le point sur l’évolution des pratiques dans chacune de ces sociétés urbaines. Le changement est marqué pour la voyante française par une vision dynamique de l’avenir du consultant, par un travail personnel sur soi et par un rejet des positions simplistes et inéluctables de la voyance traditionnelle. Chez la mudang coréenne, on remarque une situation d’affrontements violents avec un entourage de chrétiens protestants et la pratique d’une divination « sauvage » (prédiction de mort), hors des normes et de la prudence des milieux de tradition chamanique. Ces matériaux ont été analysés en utilisant les grilles de lecture de la psychologie nucléaire (cycles comportementaux, spirale de vie). Les conclusions provisoires que l’on dégage de l’examen de ces textes concernent les différentes phases du changement de la vision de l’être humain dans deux sociétés urbaines. Tout se passe comme si la justesse médiatisée des prédictions de la mudang lui avait fait sauter les étapes de l’apprentissage du milieu chamanique traditionnel et fait incarner le personnage de la mudang immature « qui tue les êtres humains », dénoncé par les proverbes coréens. Au contraire, la prise de conscience par la voyante française de sa projection faite sur le monde, grâce à un travail de type psychanalytique et spirituel, lui permet de situer ses clients dans un projet de vie où ils ont une liberté de choix face à leur avenir. Ces deux cas ne sont pas représentatifs de l’ensemble des pratiques des milieux respectifs, mais on peut y voir les prémices d’une évolution ou d’une régression facilitée par le milieu urbain.

2Kwon Hee-young, professeur d’anthropologie à l’Académie des études coréennes (Corée du Sud) a présenté ses recherches sur « l’évolution de l’idéal du moi de la femme coréenne ces deux derniers siècles ». Partant de la peur des hommes envers les femmes dans la société sud-coréenne contemporaine, il a distingué plusieurs étapes allant de la « soumission » des femmes dans la société traditionnelle, à la reconnaissance de leurs désirs et de leurs droits dans la société actuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Guillemoz, « Anthropologie sociale, culturelle et religieuse de la Corée », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 514-515.

Référence électronique

Alexandre Guillemoz, « Anthropologie sociale, culturelle et religieuse de la Corée », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15806

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals