Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Productions culturelles et agents de production dans les sociétés berbères

Tassadit Yacine
p. 527-532

Texte intégral

Tassadit Yacine, maître de conférences

1Dans un exposé général de plusieurs séances sur les modes de domination, nous sommes partie de textes fondateurs pouvant rendre explicites l’exercice des rapports de force dans un univers déterminé. Des terrains comme le Haut-Atlas et la Kabylie (régions à la fois montagneuses et berbérophones) lui ont permis de centrer son exposé sur les relations entre espace et productions culturelles. Les créations culturelles intégrées dans ce que Bourdieu appelle les biens symboliques ont fait l’objet de nombreux séminaires et montré les différences entre les textes produits dans un cadre historique et social (avant le XIXe siècle) et les productions actuelles sans rapport avec le contexte anthropologique.

2Terhi Lehtinen, a exploré, à travers le Mouvement Culture Amazigh (MCA), au Maroc les différents rapports de force et de sens. Elle a commencé par décrire l’ensemble des activités, des discours et des stratégies qui visent la validation sociale de ce qu’on appelle la « question amazigh », c’est-à-dire l’idée d’une présence culturelle et politique spécifique des Berbères en tant que tels dans l’ensemble national marocain et dans l’ensemble régional nord-africain. La revendication identitaire amazigh bascule entre le champ culturel et politique et renvoie à la participation politique, économique et sociale des populations berbérophones traditionnellement tenues à l’écart du pouvoir. Elle reflète l’éclatement progressif de cet espace politique néo-patrimonial clos face à la pression démographique et sociale, et aussi à la crise identitaire liée à l’échec des politiques d’arabisation en Afrique du Nord.

3Ali Amahan (Université de Rabah et directeur d’études associé) à partir de l’exemple des Ghoujdama (dans le Haut-Atlas), a mis l’accent sur la complexité des structures politiques traditionnelles elles-mêmes fondamentalement liées aux structures sociales. Après avoir décrit les modes de fonctionnement dans le passé (avant le protectorat), Ali Amahan a mis en évidence comment cette structure ancienne s’est transformée sans renoncer aux principes de l’assemblée (lejmaât) telle qu’elle fonctionnait autrefois. En réalité les changements opérés au sein de la « tribu » (taqbilt) sont ceux-là mêmes que l’on retrouve en ville. Car la fonction, par exemple, de l’amghar (terminologie maintenue en ville) est la même que celle utilisée dans la tribu. Par la terminologie (caïd, amghar, pacha, etc.), l’intervenant a pu établir des analogies entre villes et campagnes. Dans une deuxième séance, il a montré comment cette même tribu en se fondant sur les structures traditionnelles a pu accéder au développement grâce aux ONG. Cette expérience est garante de réussite dès lors que le groupe est lui-même impliqué dans le développement en mobilisant les structures traditionnelles. L’autre point capital, à notre point de vue, consiste à montrer comment la connaissance anthropologique est nécessaire au développement. Cette expérience n’a pu s’effectuer que grâce à l’intervention de l’anthropologue qui a joué le rôle de médiateur (et de conseiller) entre les décideurs (financiers, politiques) et la population. Toutes les décisions budgétaires, par exemple, sont prises par l’assemblée. Cette stratégie qui consiste à revenir aux structures politiques traditionnelles est un formidable rempart contre la corruption et les pesanteurs de l’administration.

4El Khatir Aboulkacem (doctorant) a mis l’accent sur les stratégies de captation de la culture au Maroc après la pénétration française en 1912. Par l’étude des clercs ruraux à travers la trajectoire de Mohammed Mokhtar es-Soussi (1900-1963), il a pu ainsi en déduire que l’intériorisation d’une culture orale et hors des sphères du pouvoir participait à une forme de marginalisation de soi. Ayant participé aux premières cellules qui ont donné naissance à la mobilisation nationaliste dans les années 1930, Mokhtar Essouci, formé dans les principales universités rurales, a décidé, au moment même où ses collègues citadins pensaient la construction du Maroc et œuvraient pour l’édification du nationalisme marocain, de se retirer du champ politique pour se consacrer à la recherche. De ce fait, l’intervenant a mis l’accent sur les particularités anthropologiques du champ clérical rural (exterritorialité sociale, marginalité, technocratie du savoir) dont sont porteurs les citadins formés dans la culture savante (cette dernière étant porteuse d’un langage légitime et légitimant), par opposition aux ruraux qui, eux, se sont mis hors jeux. Ainsi le champ politique s’est retrouvé investi par ceux qui étaient prédisposés au pouvoir politique et à son corollaire la culture légitime.

5Hédia Khadar (Université de Tunis) est partie d’exemples pris dans la littérature pour analyser la relation entre identité et altérité. Elle a d’abord mis en relief comment les voyageurs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle se représentaient le Maghrébin. Elle a ensuite abordé les œuvres littéraires proprement dite où la perception de l’autre s’effectue à partir de soi. Comment le romancier, l’écrivain, le journaliste considère sa propre culture comme universelle et secondasse pour ainsi dire les cultures allogènes. Elle n’a pas manqué de décrire ce qu’est le phénomène orientaliste et ses effets sur les cultures du Maghreb.

6Mohand Akli Salhi (Université de Tizi-Ouzou) s’est attaché à l’aspect formel de la poésie kabyle en se fondant sur les transcriptions effectuées par les chercheurs francophones qui, dans leur tentative de normalisation, en arrivent à altérer la rythmique.

7Pour finir, Fanny Soum Pouyalet, quant à elle s’est attachée à l’observation des mécanismes de la marginalité, les cheikhat-s entre ambiguïté de genre et ambiguïté de pouvoir. L’objectif de l’intervenante a été mettre en évidence la construction logique de l’analyse lui ayant permis de définir les cheikhat-s comme des individus en marge de la société marocaine et d’étudier les tenants et aboutissants de cette marginalité. Les cheikhat-s sont des productrices cultuelles par excellence mais du fait qu’elles sont marginalisées, leur propre statut, a du coup, a été à l’origine du rejet de leur création. Il s’est agi, en premier lieu, de replacer la cheikha actuelle dans son contexte social et historique. En second lieu, de mettre l’accent sur l’ambiguïté qui fonde le statut et le personnage même de la cheikha. Pour conclure, elle a établi un lien entre la marginalité et le système politique en ce que cette forme d’ambiguïté est en elle-même et par elle-même le reflet de la société globale.

Rapports de genres au Maghreb et au Machrek

8Les deux séances assurées par Sonia Dayan-Herzbrun (Université ce Paris-VII) s’inscrivent dans la perspective privilégiée, celle de mettre en évidence les ambivalences, les ruses, les masques, les transgressions dans les rapports de genre. L’approche a été celle d’une théorie anthropologique générale des régions du pourtour méditerranéen. La première étape a été celle de la lecture et de l’analyse des textes transgressifs, telle qu’elle est proposée par Nicole Loraux en particulier dans son livre Façons tragiques de tuer une femme. Dans la seconde, il a été question de la peur que les hommes ont des femmes, qui apparaît dans les pratiques, les mythes, etc. et par quoi ils ont très longtemps justifié leur exclusion de la citoyenneté. Dans le prolongement de cet axe, nous nous sommes penchés sur les rapports entre affectivité et domination. À partir d’enquêtes effectuées en Algérie sur une population de jeunes (à Alger) et de personnes plus âgées (en Kabylie) nous avons mis en évidence la relativité des rapports de force dans la sphère de l’affectivité et des relations sexuelles, et montré comment les rapports de force en faveur des hommes peuvent être renversés en cas de « défaillance » physique, d’où sans doute le sentiment de peur. Pourquoi la peur ? Comment se manifeste-t-elle ? Autant de questions qui ont été débattues lors de nos différents séminaires.

9Toujours en Algérie, Fatma Oussedik (Université d’Alger), a étudié, grâce au support de la photographie, les relations entre corps/espace et temporalité. Dans les rues d’Alger, les femmes sont présentes à des moments déterminés de la journée et dans des quartiers où elles ont des rôles à jouer. On les trouve le matin et dans certaines rues où elles sont susceptibles de faire leurs courses alimentaires, par exemple. On peut également les retrouver ailleurs l’après-midi, mais cette fois pour se divertir ou pour rendre visite à des parents ou des amis – quand ce n’est pas au hammam. La photographie a permis au sociologue de fixer les agents sociaux dans leurs différentes actions dans la société selon l’âge, le genre et la classe sociale. Car Fatma Oussedik a mis en évidence par le port du voile, par exemple, comment on peut distinguer les catégories sociales.

10Dans son intervention Aline Tauzin (CNRS) a présenté certains des points développés dans un ouvrage récemment paru Figures du féminin dans la société maure (Mauritanie), Karthala, 2001. L’ethnie maure offre une configuration des rapports de genre tout à fait originale, car si elle est en conformité avec le dogme musulman et l’organisation patriarcale de la société, dans un second temps, elle se structure selon une autre logique, celle de l’amour courtois. En effet, le principe d’organisation étant le masculin, la femme occupe la place de l’autre, de l’étranger, voire de l’étrange, à la fois séducteur et dangereux. Mais la réponse à la menace qu’elle incarne n’est pas, comme on pourrait s’y attendre, de l’ordre du contrôle et du rabaissement. Une inversion s’opère, qui aboutit à la mise à distance de la femme et à la structuration d’un désir masculin qui ne se soutient que de demeurer inassouvi.

11Meriem Rodary, quant à elle, s’est attachée à décrire les femmes recrutées dans les cérémonies qui accompagnent les rites de passage (mariage, circoncision, naissance, etc.) dans un quartier de Marrakech. Cette recherche pose la question du travail féminin au Maroc, phénomène encore peu étudié, et les raisons de son occultation par les groupes dominants. Elle est amenée également à s’interroger sur la stigmatisation de ces rôles féminins, stigmatisation dont les causes présentent des aspects tangibles (la rémunération et ses conséquences sur les relations de pouvoir) mais aussi symboliques (rapport au pur et à l’impur).

12Est-il possible de rendre intelligibles les rapports de domination dans une société sans avoir recourir au droit ? Ramdane Babadji (Université de Paris-VII) en centrant son exposé sur le problème de l’adoption et de la transmission du nom, a tenté d’éclairer les rapports de forces et les ruses du système. Si l’on se fonde sur l’application du droit musulman, la filiation adoptive est interdite en Algérie. Ce qui en tient lieu s’appelle la kafala. Une personne (kafil) peut prendre en charge l’entretien, l’éducation et la protection d’un enfant (le makfoul) comme s’il s’agissait de son enfant. Ses effets sont néanmoins limités et ne touchent ni la filiation ni la succession. Un décret du 13 octobre 1992 permet de faire concorder le nom du makfoul avec celui du kafil. Pris dans le domaine de l’état civil, institution inconnue du droit musulman mais touchant de près au droit de la famille qui, lui, y est soumis, ce décret permet de mettre en évidence les « ruses » que permet le caractère « composite » d’un droit. Mais à quelle prix : la volonté de rompre avec le droit musulman n’est pas avouée et bien des libertés sont prises avec la conception moderne de l’État de droit.

13Mêmes ruses et mêmes ambiguïtés relatées par Ahsene Zehraoui (CNRS), mais cette fois en immigration. Une étude de terrain menée au sein des familles lui ont permis de voir comment les familles originaires du Maghreb s’inscrivent à la fois dans la norme (ce qu’on dénomme tradition) et en dehors d’elle. La famille est en effet un lieu où se perpétuent des savoirs, des modes d’action et de réaction. Mais, par-delà, il faut y voir aussi un lieu où s’exerce un pouvoir lui-même en rapport avec l’économique, le social et le sexuel. Si les femmes se présentent comme des dominées dans la structure familiale (et dans la société globale) elles vont, par l’intériorisation des rapports de force de la société d’accueil, se donner les moyens de contourner ces relations. S’il y a changement, c’est aussi parce que les agents sociaux y ont intérêt. Ahsene Zehraoui réinterroge donc ces rapports en soumettant à la critique les concepts de tradition et de modernité dans le contexte précis de l’immigration.

14Louise Bruit Zaidman (Université de Paris-VII), dans sa réflexion sur les femmes en Grèce, a mis en relief le rôle du sacrifice et sa dimension symbolique. Elle souligne que le rapport au sang et à la commen-salité civique sont étroitement liés par le biais du sacrifice qui règle le rapport à la citoyenneté. En même temps, c’est une question qui a retenu l’attention des historiens de l’Antiquité et des anthropologues qui se sont intéressés à définir la place des femmes dans la cité grecque. Or, l’approche de cette question a évolué et les réponses qu’on lui a apportées se sont modifiées à mesure que l’histoire du genre évoluait vers une analyse mettant l’accent sur l’histoire sociale de la différence entre les sexes.

15Cette question renvoie ainsi d’une part à la question de la définition du « politique » dans la cité comme « ensemble de pratiques sociales qui contribuent au fonctionnement de la cité ». Elle renvoie d’autre part à la recherche de la façon dont les femmes gèrent socialement leur infériorité juridique et économique et leur statut de mineures, indispensables en même temps au processus de reconduction de la cité par leur fonction culturelle autant que par leur rôle dans la reproduction.

Publications

  • « Women, their space and creativity in Berber society », Race, Gender & Class, 8, 3, 2001, p. 102-113.
  • « Hommage à Pierre Bourdieu : l’Algérie fondatrice de l’œuvre », Awal, 25, 2002, p. 3-5.
  • « Symptôme kabyle, mal algérien », Awal, 25, 2002, p. 9-10.
  • « Conflictos lingüsticos e identitarios : la Berberidad », Cuadernos del Mediterraneo, 2-3, 2002, p. 42-51.
  • « Langues et domination. Statut social et/ou mélange des genres », Études littéraires, 33, 2002, p. 65-74.
  • « Mujeres y literatura oral entre los beréberes : el ejemplo de la Kabilia », El Pajar, 13, 2002, p. 79-87.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tassadit Yacine, « Productions culturelles et agents de production dans les sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 527-532.

Référence électronique

Tassadit Yacine, « Productions culturelles et agents de production dans les sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15815

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals