Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Formes de l’action et du jugement : chose publique, choses privées

Laurent Thévenot
p. 557-559

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Laurent Thévenot, directeur d’études

Régimes pragmatiques d’espace public et de proximité

1En distinguant une pluralité de régimes pragmatiques, plutôt que d’identités ou de groupes sociaux, on peut aborder sous un jour nouveau les thèmes classiques de la constitution de la société (ou autres figures de la collectivité), et de l’individu (ou autres figures de la personne). Chacun d’eux se présente alors sous l’angle d’une nécessaire intégration : 1) intégration dans une vie en société de biens et de réalités inégalement agrandis ; 2) intégration dans une personne d’engagement multiples.

2Agrandir le proche ou s’en détacher : vie en habitat collectif, voisinage de quartier, cercle savant, communauté de reconnaissance, droits fondamentaux. Nous avons étudié les tensions entre attaches personnelles et distance publique dans des sites qui les exacerbent : habitats obligeant à la vie ensemble tels que des appartements communautaires développés par le régime soviétique (Katia Guerassimova et Illia Outiekhine, Université européenne de Saint-Pétersbourg), ou la prison (Anton Oleynik, Université d’État de Moscou) éventuellement retournée par des prisonniers politiques de RFA en lieu de politisation pour le public de la vie incarcérée (Dominique Linhardt) ; habitats collectifs volontaires dans des squats incitant à la responsabilisation (Luca Pattaroni) ; quartiers faisant l’objet d’une « patrimonialisation » dans lesquels des « marginaux » sont mis en relief comme désagréments pour le bien d’un collectif virtuel de touristes (Joan Stavo-Debauge). Nous avons également considéré les dispositifs et procédures de composition destinées à rendre compatibles ces engagements d’inégales extensions : modalités d’une collaboration amarrée à des terrains urbains et ruraux, dans des activités localisées et non pas seulement dans la discussion, pour réaliser un « civisme ancré » (Éric Doidy) ; dispositifs locaux de concertation autour des usages conflictuels de la nature (Jean-Eudes Beuret, ENSA de Rennes) ; organisation de réunions de cercles scientifiques dans des formes et lieux « semi-privés » (Daniil Alexandrov, Université européenne de Saint-Pétersbourg). Enfin, nous avons envisagé des formes rituelles ou juridiques de composition des différences, destinées à faire communauté ou société : analyse du don cérémoniel comme modalité de reconnaissance et de lien avec l’étranger (Marcel Hénaff, UCLA) ; intégration strictement libérale, ou composition « fédérative » de droits fondamentaux plus favorable à des positions minoritaires (Sheldon Leader, Université d’Essex).

3Certains des thèmes abordés dans le séminaire ont été développés au cours de journées d’études organisées dans le cadre du nouveau Centre franco-russe en sciences sociales et humaines (Moscou).

4La consistance de la personne dans ses engagements multiples (avec Olivier Abel). Au lieu d’une identité sociale ou individuelle qui présuppose la permanence de la personne, la multiplicité des régimes d’engagement conduit à concevoir la consistance de la personne comme une intégration problématique. La notion de « style », d’ailleurs liée à l’habitat et explorée à plusieurs, donne à voir une personne qui existe par ses ressemblances et ne s’arrête pas à une singularité ineffable (Olivier Abel). La composition stylistique entre des engagements personnels et des formalités publiques prend une dimension politique dans le cas des figures de l’autorité et du pouvoir personnels (Yves Cohen). La tension entre des engagements personnels et amicaux et l’engagement dans une cause de large extension est extrême pour l’agent secret (Nina Kareva). Le secret empêche que la composition des engagements soit publique, et reporte sur un for intérieur privé du concours des autres tout le poids de cette assemblage, comme le montre bien la scène dans laquelle la personne « craque » (Jack Katz, UCLA).

Publications

  • « Pragmatic regimes governing the engagement with the world », dans The practice turn in contemporary theory, sous la dir. de K. Knorr-Cetina, T. Schatzki et V. Savigny Eike, Londres, Routledge, 2001, p. 56-73.
  • « Organized complexity : conventions of coordination and the composition of economic arrangements », European Journal of social Theory, 4, 4, 2001, p. 405-425.
  • « Justifying critical sifferences ; which concepts of value are sustainable in an expanded coordination ? », dans Culture and humanity in the new millennium : the future of human values, sous la dir. de K. Siu-Tong et C. Sin-wai, Hong-Kong, Hong-Kong University Press, 2001, p. 45-65.
  • « Constituer l’environnement en chose publique. Une comparaison franco-américaine », dans Cadre de vie, environnement et dynamiques associatives, sous la dir. de J.-R Biais, C. Gillio et J. Ion, Paris, Plan Urbain Construction Architecture, 2001, p. 203-219.
  • « Conventions of co-ordination and the framing of uncertainty », dans Intersubjectivity in economics, sous la dir. de E. Fullbrook, Londres, Routledge, 2002, p. 181-197.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Thévenot, « Formes de l’action et du jugement : chose publique, choses privées », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 557-559.

Référence électronique

Laurent Thévenot, « Formes de l’action et du jugement : chose publique, choses privées », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15834

Haut de page

Auteur

Laurent Thévenot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals