Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie du pouvoir et des élites

Monique de Saint Martin
p. 559-561

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Monique de Saint Martin, directrice d’études

Transformations et restructurations des pouvoirs et des élites

1Après une analyse de l’utilisation que font différents sociologues des termes « élite », « catégorie dirigeante », « groupe dirigeant », « classe dirigeante », « classe dominante », nous avons abordé la question de l’existence et de la constitution de groupes dirigeants dans des contextes très variés. Les analyses ont porté principalement sur la question de savoir ce qui peut fonder la plus ou moins grande cohésion de ces groupes sans perdre de vue la question de la construction et de la redéfinition des accords et des compromis qui lient ces groupes entre eux et avec les autres groupes. On s’est à cet effet efforcé de prendre en compte à la fois les expériences individuelles des acteurs, leurs capacités à transgresser, à contourner ou à faire respecter les règles instaurées, et les relations de pouvoir que ces groupes entretiennent entre eux et avec les autres groupes.

2Cherchant à comprendre les fondements d’une cohésion, plusieurs cas ont été analysés, notamment celui de l’existence d’une classe dirigeante et de la montée des experts économiques en Argentine à la fin du XXe siècle (Mariana Heredia), celui de la survie des descendants de la noblesse à Leningrad après la Révolution de 1917 dans un contexte de stigmatisation (Sofia Tchouikina), celui des intégralistes et du fascisme brésilien dans les années 1930 (Helgio Trindade) ou encore celui des intellectuels et de la construction de la modernité en Chine dans une situation de double transition (Zhang Lun).

3La cohésion plus ou moins grande des groupes dirigeants est souvent ébranlée. Face aux transformations économiques, politiques et sociales et à la mondialisation, les différents groupes d’élites et les différentes institutions élaborent différentes stratégies de défense et de reconversion. On a en particulier examiné le cas de grandes entreprises brésiliennes (Ana Maria Kirschner), celui des fonctionnaires au Sénégal face à la déliquescence de l’État (Boubacar Niane) ainsi que celui du développement intensif des MBA et autres diplômes de gestion (Harold Byrkjeflot).

4La cohésion des groupes dirigeants s’accompagne d’exclusions plus ou moins masquées et euphémisées ; le pouvoir est souvent d’autant mieux assuré que l’exclusion ne se dit pas et ne se manifeste pas. On a porté une attention particulièrement grande à l’étude des différentes relations d’exclusion, de concurrence et de coopération entre les groupes dirigeants et avec les autres groupes. L’étude de ces relations de pouvoir était au centre de l’exposé de Beatriz Heredia sur les disputes et les défis entre les différents dirigeants, militants et adhérents d’un même parti politique au Brésil. Une séance préparée par Anne Piriou et Ernesto Seidl a été consacrée à l’examen et à la discussion du concept de « champ du pouvoir » élaboré par Pierre Bourdieu, qui permet, en de nombreux cas, d’analyser les luttes pour le pouvoir entre détenteurs de pouvoirs différents. Ce concept a été à nouveau discuté à l’occasion de la présentation de recherches sur les transformations récentes du champ des institutions d’enseignement supérieur en Suède (Donald Broady et Mikael Börjesson).

5Les questions de méthode dans les différentes recherches ont été largement discutées dans le séminaire. C’est la question de l’observation, plus ou moins intégrée, qui cette année a retenu l’attention ; l’exposé de Judit Vari, à partir de ses recherches sur différents centres de vacances, leurs animateurs et leur public, a fourni une base à ces discussions.

Publications

  • « Reproducción ο recomposición de las élites ? Las élites administrativas, económicas y polìticas en Francia », Anuario del Instituto de Estudios histórico-sociales (Tandil), 16, 2001, p. 59-72.
  • « Modos de educação dos jovens aristocratas e suas transformaçaões », dans A escolarização das elites. Um panorama internacional da pesquisa, sous la dir. d’A.-M. F. Almeida et M.-A. Nogueira, Petropolis, Rio de Janeiro, Vozes, 2002, p. 29-48.
  • « Introduction. Le travail du genre », dans Dissemblances. Jeux et enjeux du genre, sous la dir. de R.-M. Lagrave, A. Gestin, E. Lépinard et G. Pruvost, Paris, L’Harmattan (« Bibliothèque du féminisme »), 2002, p. 81-86.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique de Saint Martin, « Sociologie du pouvoir et des élites », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 559-561.

Référence électronique

Monique de Saint Martin, « Sociologie du pouvoir et des élites », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15836

Haut de page

Auteur

Monique de Saint Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals