Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sens du juste et sens de la réalité sociale

Alain Cottereau
p. 561-562

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Alain Cottereau, directeur d’études

Approches sociologique et historique

1Le séminaire met en relations, dans les domaines de la sociologie et de l’histoire contemporaine, deux traditions de réflexion qui ne s’étaient guère rencontrées : d’une part, la réflexion sur l’espace public, d’autre part, la réflexion sur le « problème de la réalité sociale ». Du côté de l’espace public, l’attention est portée plus précisément sur les façons dont les acteurs sociaux s’assignent eux-mêmes des tests effectifs, des « épreuves de publicité », pour honorer des exigences de recevabilité, pour confirmer ou mettre en jeu la possibilité de vivre ensemble, aux yeux d’une société. Parmi ces « tests » ou « épreuves », le sens du juste et de l’injuste occupe une place de choix, et s’exprime d’abord par des refus d’injustice. De son côté, la tradition de réflexion que représente la sociologie phénoménologique de Schütz peut être ré-interrogée par l’entrée suivante : comment la réalité sociale est-elle imaginée, éprouvée et testée ? Comment les contemporains répondent-ils à la question : dans quel monde vivons-nous ? Se rejoignent alors la question d’un espace public comme lieu d’épreuves de publicité, et la question de la réalité sociale comme interrogation sur la possibilité de vivre ensemble. Chaque société organise des manières de poser ces questions et de leur assigner des tests, que ce soit par voie institutionnelle ou par voie de mouvements sociaux. Les modalités pratiques de leurs connexions deviennent des caractéristiques d’organisation de la vie sociale.

2Au milieu de ces vastes questions, explorées sur plusieurs années, le séminaire a alterné des études de cas précis et des analyses théoriques. Durant cette année, un premier cycle de séances a étudié des « crises de la réalité sociale » et des modalités de leur sortie, dans des situations dramatiques de peur, de violence politique, ou de pertes des repères fondamentaux du vivre ensemble.

3Un second ensemble, à développer dans les années à venir, est intitulé : la mondialisation du sens du juste. Il s’agit de confronter in situ des significations de la justice ancrées dans des pratiques locales, et des significations en circulation mondiale. Au point de départ ont été reprises des analyses de C. Geertz sur « fait et droit en perspective comparée ». Trois séances ont été particulièrement marquantes. L’une, animée par Isabelle Thireau (CEMC), a porté sur l’invention d’un nouveau droit du travail en Chine contemporaine, à partir de ses études de terrain : comment sont mobilisés et arrangés des principes de justice au sein des nouvelles entreprises industrielles, en zones de nouvelle économie. Patricia Sampaïo, sous le titre « Justice et violence au Brésil », a développé un aspect anthropologique de ses recherches : quels étaient les critères de justice des populations locales d’après des procédures de justice élémentaire qu’elle a examinées dans la région du Sertão. Ce qui déplace considérablement la vision institutionnelle de la « violence », en y incluant le respect et l’irrespect de règles locales ; ce qui permet par surcroît de réévaluer la compréhension des institutions, d’après leur degré de pertinence pour s’occuper de la morale des populations. Une séance, animée par Smaïn Laacher (CEMS), a porté sur sa recherche au Centre d’hébergement de Sangate. Il nous a introduits dans une vision interne fascinante en raison de son étrangeté totale par rapport à la perception médiatique : univers des longs voyages, des mille et un naufrages dans des prisons pour indésirables sur la route de l’Occident, univers aussi d’une économie d’entreprises de passeurs cumulant l’inédit de la communication instantanée (par téléphone satellitaire), et la tradition des systèmes de crédit garanti sur grandes cargaisons internationales. Ici la mondialisation du sens du juste prend la dimension d’une mise en scène surréaliste, une réalité plus imaginative que la fiction.

4Une autre séance mémorable a été d’un type inédit : elle a porté sur l’expérience interne de délibération de jurys d’assise français. Deux collègues de l’EHESS, tirés au sort pour siéger dans deux cours en janvier et en mars 2001, Stéphane Baciocchi et Alain Mahé, ont coordonné une séance pour rendre compte de leur expérience de jurés d’assises, et proposé de l’analyser ensemble. Chacun a pu toucher l’extrême difficulté de juger en temps réel, non seulement parce que citoyen « ordinaire », conscient de n’être pas Dieu le Père, mais plus encore parce que procédant à un travail collectif d’assises, pour filtrer et qualifier dans des limites étroites les actes et les aperçus sommaires des drames énigmatiques où ont pris place les crimes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Cottereau, « Sens du juste et sens de la réalité sociale », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 561-562.

Référence électronique

Alain Cottereau, « Sens du juste et sens de la réalité sociale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15837

Haut de page

Auteur

Alain Cottereau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals