Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

La sociologie de l’Iran contemporain

Farhad Khosrokhavar
p. 571-573

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études

Le nouveau sujet islamique

1Tout au long de l’année trois thèmes ont traversé le cours : le mouvement des femmes, celui des étudiants et enfin, celui des intellectuels. À chacun de ces thèmes ont été consacrées plusieurs séances. L’ensemble de ces mouvements a pour arrière-plan un système politique éclaté où le président, le Parlement et les acteurs de terrain se trouvent mis dans une situation d’impuissance par les conservateurs religieux à la tête desquels figurent le Guide de la révolution, le Conseil des gardiens, le Conseil de discernement des intérêts supérieurs de la République islamique et l’appareil judiciaire. La lutte entre ces deux branches du régime a engendré un état stationnaire, un blocage institutionnel qui ont rendu impossible une réforme en profondeur des relations politiques et économiques. Le mouvement des étudiants a été en partie bâillonné par un régime dont les réformateurs se sont vu dénier la capacité d’agir par les conservateurs et l’appareil judiciaire a muselé toute tentative d’expression du mécontentement populaire, que ce soit par voie de presse, par les manifestations ou par la contestation des décisions des instances non électives dans l’État. Le mouvement des intellectuels a été en partie placés sous tutelle par les mises en accusation et les emprisonnements, nombre d’intellectuels se trouvant soit en prison, soit inculpés et susceptibles d’être mis sous mandat de dépôt. Le mouvement réformiste initié et pris en charge par Khatami se trouve ainsi dans un état d’essoufflement.

2La dynamique sociale agit ailleurs, sous une autre forme, surtout culturelle. Il y a comme une prise de conscience des jeunes filles de la nécessité d’études poussées pour assurer leur autonomie financière dans l’avenir ; il y a aussi, dans la logique des aspirations, comme un refus de famille nombreuse : nombre de jeunes interviewés récusent une famille de plus de deux enfants. Enfin, il y a un désenchantement général dû à l’imbrication du politique et du religieux, et l’aspiration à une politique où le religieux aurait une place mineure.

3Le réformisme politique, tel qu’il a été incarné par le président Khatami, a échoué sur le plan strictement politique ou institutionnel, mais a contribué à l’ouverture du champ culturel et à la remise en cause, par les intellectuels se réclamant de l’islam, des prémisses de l’islam politique : refus d’une théocratie islamique au nom même de l’islam, rejet d’un champ politique soustrait à la vox populi qui se légitimerait en relation à une compétence supposée de la hiérarchie supérieure du clergé, affirmation de l’autonomie du politique à partir même d’un islam revisité et, enfin, volonté d’affirmation de soi des femmes qui refusent une complémentarité qui équivaudrait à leur intériorisation dans le champ juridique.

4L’ensemble de ces dimensions a été discuté dans les séminaires et quelques doctorants ont présenté leurs travaux portant sur les mutations dans la subjectivité des nouvelles générations en Iran.

L’islam en France

5C’est sur l’analyse des nouvelles formes de subjectivation dans la jeunesse se réclamant de l’islam que s’est focalisé l’enseignement.

6En particulier, ce sont le rapport homme/femme, les modalités de la structuration du champ religieux (ouverture à la société, clôture et refus de la mixité sociale dans les formations néo-communautaires, enfin constitution d’une religiosité individualiste) et la prise en charge de l’islam en termes éthiques ou politiques qui ont été discutés.

7Le thèmes des musulmans en prison a fait l’objet d’un large débat dans le cours. À partir d’un échantillon de plus de cent individus interrogés durant deux années consécutives dans trois prisons, on a tenté de mesurer le rôle de l’islam en milieu carcéral et sa signification, que ce soit en relation à l’environnement de la prison, au monde extérieur et à un projet de vie personnel. Les différences homme/femme dans le milieu carcéral et les modalités d’islamisation ou de ré-islamisation ont été débattues. Les formes de subjectivité islamique, selon la classe d’âge des détenus, leur situation socio-économique, leur rapport à la société globale (racisme, stigmatisation etc.) et leur identité (« arabe », « musulmane », « grise », etc.) ont été analysées.

8L’année prochaine, à partir du corpus complet des entretiens, on tentera de présenter une vue plus exhaustive des formes d’islamisation en prison.

Publications

  • Les nouveaux martyrs d’Allah, Paris, Flammarion, 2002, 356 p.
  • « La duplicité du paraître. Sur la double lecture de Michel Henry », Revue philosophique, 3, 2001, p. 321-338.
  • « L’Iran, la démocratie et la nouvelle citoyenneté », Cahiers internationaux de Sociologie, CXI, 2001, p. 291-317.
  • « Islam e mondo cristiano attraverso l’emigrazione contemporanea », dans La dignitá del migrante, Libri Liberal, Florence, Costa San Giorgio, p. 159-172.
  • « Monoculturalismen ter discussie », Eutopia, Amsterdam, jan. 2002, p. 19-47.
  • « Le Hezbollah, de la société révolutionnaire à la société postislamiste », dans Passions et sciences humaines, sous la dir. de C. Gautier et O. Le Cour Grandmaison, Paris, PUF/CURAPP, 2002, p. 129-144.
  • « Neo-conservative Intellectuals in Iran », Critique, 19, 2001, p. 5-30.
  • « Postrevolutionary Iran and new social movements », dans Islamic Revolution, political and social transition in Iran since 1979, Syracuse University Press, 2002, p. 3-18.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farhad Khosrokhavar, « La sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 571-573.

Référence électronique

Farhad Khosrokhavar, « La sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15846

Haut de page

Auteur

Farhad Khosrokhavar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals