Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie des formes de discrédit

Rose Marie Lagrave
p. 598-600

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Rose Marie Lagrave, directrice d’études

Le communisme agraire (avec Agnès Roche, maître de conférences à l’Université d’Auvergne)

1Après avoir examiné, l’an dernier, une série de cas empiriques concernant les versions locales du communisme dans les campagnes françaises, le séminaire de cette année s’est attaché à réfléchir sur les raisons tout à la fois politiques et scientifiques qui conduisent à considérer la diversité régionale du communisme comme un des effets de la force du localisme. Sans sous estimer l’impact régional, on a tenté de mettre au jour les traits récurrents de l’adhésion des paysans au communisme. Il faut alors procéder à une analyse comparée des ressorts de l’adhésion, non réductibles aux seules caractéristiques sociales et économiques régionales, mais fonction également de la nouvelle offre politique communiste. Ce déplacement a permis de réorienter la réflexion pour penser une série de paradoxes apparents que l’on s’est employé à déconstruire. On a ainsi montré que les conquêtes et adhésions des paysans au communisme se sont faites en dépit du discrédit doctrinal dont ils sont l’objet. La faiblesse de la diffusion de la doctrine marxiste-léniniste et le déficit organisationnel du Parti communiste dans les campagnes françaises ont été paradoxalement des éléments qui ont joué en faveur de son implantation paysanne, en raison de l’autonomie laissée aux responsables paysans qui ont su adapter théorie et pratique aux différents terrains. En effet, sans le renfort paysan, le PC ne pouvait acquérir une surface nationale, et c’est cette stratégie électoraliste qui a été privilégiée au détriment d’un travail idéologique sur la question paysanne. Toutefois, à la faveur de luttes ponctuelles ou sectorielles, il s’est employé à reconvertir une culture de la soumission en une culture de l’affrontement politique. Celle-ci ne parvient cependant à créer de véritables rapports de force que dans des moments ou conjonctures dans lesquels l’« ennemi principal » est clairement désigné, telle, par exemple, la période de la Résistance ou lorsque se font sentir les effets locaux de l’intensification du capitalisme en agriculture. Quand l’« offre » syndicale et politique se diversifie (Union de la Gauche, Paysans-Travailleurs, par exemple), on constate néanmoins un déclin du communisme dans les campagnes, même s’il résiste mieux que dans ses bastions urbains.

2Par ailleurs, et dans un tout autre domaine, on a assuré des séminaires et le tutorat individuel de doctorants dans le cadre des Ateliers de formation à la recherche dans les pays de l’Europe centrale, participé à des jurys de DEA et de thèses, tout en assumant la direction de l’École doctorale en sciences sociales de Bucarest.

Pouvoirs, construction sociale des sexes et des sexualités

3LE séminaire a été consacré cette année aux modalités de construction du genre masculin, de la masculinité et de la virilité, notions parentes qu’on s’est employé à distinguer et à clarifier tout au long de l’année à partir de discussions sur des études de cas concernant notamment le procès de construction de la virilité dans les situations de travail.

4Pour introduire ces questions, on s’est tout d’abord interrogé sur le sens d’un déplacement des recherches sur le genre féminin au genre masculin, comme s’il y avait épuisement des recherches sur le genre féminin, succession dans l’analyse, rééquilibrage ou même effet de mode incontrôlé. On a montré tout au contraire que le concept de genre, tel qu’il est défini par J. Scott, est un concept relationnel qui suppose l’examen des deux termes de la relation, qu’il ne s’agit donc pas d’un rééquilibrage, mais d’une équation dissymétrique de positions. Il fallait, en outre, expliciter l’approche de la masculinité, en mettant en évidence ce que cette approche doit aux luttes cognitives antérieures dans le champ des recherches sur les femmes. Il s’ensuit qu’on ne peut mettre en équivalence le genre masculin et le genre féminin, mais qu’il faut les penser à partir de leurs relations tensionnelles, c’est-à-dire, les saisir à partir du principe structurant de la domination masculine. Cette perspective d’analyse a permis de proposer une lecture critique des recherches sur le genre masculin qui privilégient trois thématiques : la crise de l’identité masculine, les modes de fabrication de la virilité, et ses procédures de validation par d’autres hommes.

5Les interventions de L. Thiers-Vidal (doctorant), S. Pochic, C. Dejours (CNAM) et d’A. M. Devreux (CNRS) ont ensuite recentré et approfondi certaines questions. L. Thiers-Vidal a présenté tout le travail qu’il fallait accomplir pour rompre avec les schèmes androcentriques quand on est un chercheur, et A. M. Devreux a mis en évidence les modalités pratiques de l’apprentissage de la domination masculine chez les volontaires recrutés par l’armée de terre. En montrant chacun à sa manière la centralité du travail dans la construction des genres, S. Pochic et C. Dejours se sont attachés à repérer à la fois le déni de souffrance des hommes dans diverses situations de travail ou au contraire de chômage, et le conformisme viril comme passage obligé pour construire le masculin. Tous les exemples présentés ont mis au jour les effets réciproques entre les configurations familiales et les situations de travail, et les migrations de la souffrance d’une sphère à l’autre, tout comme le travail de virilisation dans la profession opère par transferts dans l’univers domestique.

Publications

  • Dir. et introd., Dissemblances. Jeux et enjeux du genre, Paris, L’Harmattan, 2002, 238 p.
  • « Choses non dites. Pierre Bourdieu in memoriam », Divinatio. Studia culturologica series, 15, 2002, p. 247-253.
  • « Polska w Europie. Spojrzenie z oddali », Bez Dogmatu, 52, 2002, p. 19-21.
  • « Francofonia, creuzet al stiintelor », Revista de Grupul Dialog social, 22, 2002, p. 7.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rose Marie Lagrave, « Sociologie des formes de discrédit », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 598-600.

Référence électronique

Rose Marie Lagrave, « Sociologie des formes de discrédit », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15859

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals