Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Philosophie et épistémologie

Philosophie de l’action

Vincent Descombes
p. 611-612

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Vincent Descombes, directeur d’études

L’intention pratique

1Le séminaire a pris appui sur un ouvrage d’Elizabeth Anscombe (L’intention pratique, 1957) – dont une traduction française vient d’être publiée (Gallimard, 2002) par Mathieu Maurice et Cyrille Michon, tous deux participants assidus de ce séminaire – pour poser la question centrale de la philosophie de l’action, au sens contemporain de cette appellation : « Qu’est-ce qui distingue les actions qui sont intentionnelles de celles qui ne le sont pas ? ». On peut juger que la différence entre les deux sortes d’action tient à la présence d’une donnée mentale qui précède ou accompagne dans l’esprit les gestes physiques de l’action. C’est la réponse mentaliste. Ou bien on peut chercher la différence dans le fait qu’une action intentionnelle relève d’une explication téléologique par des raisons d’agir que l’agent peut fournir. La différence entre les deux conceptions est au fond celle-ci : supposons que nous devions enquêter sur les intentions de quelqu’un ; devons-nous faire porter l’enquête sur ce qui s’est passé en lui, sur le contenu de son esprit ? ou faut-il considérer sa conduite, ses faits et gestes dans leur contexte ?

2Dans le séminaire, nous avons d’abord posé un problème de méthode : s’agit-il d’étudier l’action ou seulement le langage de l’action ? Il est apparu que L’intention, ouvrage dont l’inspiration wittgensteinienne est incontestée, ne se laisse pas ranger dans la classification usuelle qui oppose la « philosophie linguistique » et la « philosophie de l’esprit ». En fait, l’idée qu’un « changement de paradigme » (en psychologie) a mis fin au « tournant linguistique » (en philosophie analytique) apparaît superficielle dès qu’on se demande comment appliquer cette division des périodes à la « philosophie de la psychologie » du dernier Wittgenstein.

3Nous avons ensuite posé le problème de la relation intentionnelle entre l’état d’un agent doté d’une intention pratique et l’action qu’il a l’intention de faire. Cette relation peut-elle être combinée avec une relation causale ? À cette occasion, nous avons discuté la théorie de John Searle (L’intentionnalité, Minuit, 1985) : son analyse pourrait bien opérer un retour déguisé à la théorie (à juste titre discréditée) des volitions. Nous avons également abordé le problème général de l’intentionnalité des pensées et des représentations en comparant les analyses de W. James et celles de L. Wittgenstein.

4Enfin, nous avons posé le problème du statut (épistémique ou pas) et celui de la forme logique (Réflexive ou pas) de la conscience de soi d’un agent. C’est ici que le livre d’Anscombe se montre le plus novateur, avec l’idée que cette conscience de soi procure à l’agent, non seulement une « connaissance sans observation » de ce qu’il fait, mais une « connaissance pratique », c’est-à-dire une connaissance qui peut être mise en échec par des erreurs pratiques (ne pas faire cela qu’on avait projeté de faire et qu’on savait devoir faire pour arriver au but), non par des erreurs théoriques (comme les erreurs de jugement ou de diagnostic).

Publications

  • The mind’s provisions. A critique of cognitivism, trad. par S. A. Schwarz, Princeton, Princeton University Press, 2001, 284 p.
  • « Les individus collectifs », Recherches. Revue du MAUSS, 18, 2001, p. 305-337.
  • « La plus haute institution », Conférence, 12, 2001, p. 149-155.
  • « La prose européenne de Nietzsche », Préface à : F. Nietzsche, Humain trop humain, Paris, Hachette (« Pluriel »), 2001. p. ix-xxxix.
  • « Wittgenstein face au paradoxe de Moore », dans Wittgenstein, dernières pensées, sous la dir. de J. Bouveresse, S. Laugier et J.-J. Rosat, Marseille, Agone, 2002, p. 207-235.
  • « Préface » à : G. E. M. Anscombe, L’intention, Paris, Gallimard, 2002, p. 7-20.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Descombes, « Philosophie de l’action », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 611-612.

Référence électronique

Vincent Descombes, « Philosophie de l’action », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15869

Haut de page

Auteur

Vincent Descombes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals