Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Philosophie et épistémologie

Histoire de la pensée allemande, XIXe-XXe siècles

Nicolas Tertulian
p. 622-624

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Nicolas Tertulian, directeur d’études

Spéculation et pratique dans la pensée de Heidegger

1Le séminaire a commencé avec un examen rapide de la littérature critique sur Heidegger parue ces dernières années aux États-Unis, en Allemagne et en Italie, en focalisant l’attention dans un premier temps sur les polémiques autour des positions de Hubert L. Dreyfus exprimées dans son livre Being-in-the-world. A commentary on Heidegger’s Being and Time (en particulier sur l’intervention fort critique de John Searle), sur les ouvrages de Hermann Philipse Heidegger’s philosophy of Being. A critical interpretation (1998), remarquable déconstruction de la pensée sur l’Être, et de Johannes Fritsche, Historical destiny and national socialism in Heidegger’s Being and Time (1999), première tentative convaincante de déceler dans l’œuvre majeure du penseur les prémisses philosophiques de son adhésion ultérieure au nazisme. Ont été évoqués aussi les débats autour de la possibilité de formuler une éthique heidéggerienne, après la fin de non-recevoir opposée par le philosophe lui-même à une telle entreprise. Un livre récent d’un professeur californien, Frederick A. Olafson, intitulé Heidegger and the ground of ethics. A study of Mitsein (1998) a retenu dans ce sens l’attention. Dans le champ italien, se sont surtout les travaux entrepris par un groupe de chercheurs autour de Franco Fistetti, professeur à l’Université de Bari, auteur de Heidegger et l’utopia della polis, paru en 1999, qui ont été mentionnés en soulignant la valeur des recherches réunies dans le volume La Germania segreta di Heidegger (Dedalo, 2001).

2Même si on peut avoir l’impression que le centre de gravité des recherches sur Heidegger s’est déplacé vers les États-Unis et le monde anglo-saxon, vu l’abondance des ouvrages et articles, l’Allemagne continue à s’intéresser à son philosophe majeur. Nous avons choisi pour en débattre deux ouvrages fort différents par leur caractère et leur orientation, appartenant à des philosophes que tout sépare, Peter Sloterdijk, auteur de Nicht gerettet. Versuch nach Heidegger (Suhrkamp, 2001) et Günther Anders, auteur de Die Antiquertheit des Menschen, et dont on vient de publier à titre posthume un recueil intitulé Über Heidegger (C. H. Beck, 2001).

3Le projet de Sloterdijk, philosophe très médiatisé aussi bien en Allemagne qu’en France, d’actualiser certains concepts heideggeriens (« l’ek-sistence » de l’être humain ; « la clairière », die Lichtung ; l’Événement, das Ereignis ; l’exigence du grand tournant, die Kehre, etc.) afin de prolonger la critique heideggérienne de l’humanisme, en la combinant avec certains acquis de la biologie et de l’anthropologie modernes (en particulier la théorie de Louis Bolk sur la « néotenie »), nous a semblé peu convaincant, car il repose sur un assujettissement non-critique aux aspects les plus contestables de la pensée heideggérienne (au premier chef à son « anti-humanisme » programatique) ; sans parler du grand gâchis d’invention verbale dans le texte de Sloterdijk, qui aime avancer des concepts bizarres et au fond fumeux (« nomadologie », « ontocinétique », « “anthropomonstrische” Anthropologie », etc.).

4Avec Günther Anders les choses se présentent différemment, car on se trouve devant un ancien étudiant de Husserl et de Heidegger (dans les années 1921-1924), qui a poursuivi pendant des années une réflexion fort critique sur la pensée de son ancien professeur, en produisant des textes du plus grand intérêt. Un exposé de Philippe Ivernel (Université de Paris-VIII), traducteur en français des écrits d’Anders, a introduit le débat sur Anders, critique de Heidegger. Même si les écrits d’Anders sur Heidegger sont pour la plupart composés de références un peu disparates, sans caractère systématique, on a pu dégager les lignes directrices de sa critique, focalisée sur plusieurs concepts fondamentaux (« être-dans-le-monde » ; « être-jeté... », Geworfenheit ; « historicité », etc.). Les grandes failles de la pensée heideggérienne sont ainsi apparues dans une nouvelle lumière.

5Une fois terminé l’examen des publications significatives sur Heidegger, on a consacré deux exposés à la question des origines théologiques de sa pensée et à la critique de l’aliénation chez Heidegger et Lukacs. Jacques Texier, codirecteur de la collection « Actuel Marx », aux PUF, a présenté une intervention sur la question de « l’appropriation sociale » chez Marx.

Publications

  • « Le concept du peuple dans la révolution conservatrice », dans Penser la souveraineté à l’époque moderne et contemporaine, II, sous la dir. de G. M. Cazzaniga et Y. C. Zarka, Pise, Edizioni ETS/Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 2001, p. 479-489.
  • « Recherches allemandes récentes sur Carl Schmitt », CITES, 13, 2002.
  • « Nicolai Hartmann und Georg Lukacs, eine fruchtbare Verbindung », dans Lukacs Jahrbuch, Bielefeld, Aisthesis, 2001, p. 101-138.
  • « A Estetica de Lukacs trenta anos depois » et « Lukacs hoje », dans Lukacs et l’atualidade do marxismo, São Paolo, Boitempo, 2002, p. 13-26 et 27-48.
  • Compte rendu de : G. Oldrini, Hegel e l’hegelianismo nella Francia dell Ottocento, Milan, Guerini, 2001, La Pensée, 329, 2002, p. 149-151.
  • Compte rendu de : D. Losurdo, L’ipocondria dell’impolitico. La critica di Hegel ieri e oggi, Lecce, Milela, 2001, La Pensée, 330, 2002, p. 161-163.
  • Compte rendu de : F. Li Vigni, Jacques D’Hondt e il percorso della ragione hegeliana, Naples, La Citta del Sole, 2001, Actuel Marx, 32, 2, 2002, p. 110-111.
  • Compte rendu de : C. Morilhat, Philosophie ou libertinage. R. Rorty et le discours postmoderne, Paris, Kimé, 2001, Actuel Marx, 32, 2, 2002, p. 110-111.
  • Compte rendu de : A. Kerne et R. Sonderegger, dir., Falsche Gegensätze Zeitgenössische Positionen zur philosophischen Ästhetik, Suhrkamp, 2002, Revue d’Esthétique, 2, 2002, p. 165-168.
  • Compte rendu : Bruno Bauer. Ûber die Prinzipien des Schönen. Eine Prusschrift, 1997, Berlin, Akademic, Revue d’Esthétique, 2, 2002, p. 168.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Tertulian, « Histoire de la pensée allemande, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 622-624.

Référence électronique

Nicolas Tertulian, « Histoire de la pensée allemande, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15877

Haut de page

Auteur

Nicolas Tertulian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals