Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Anthropologie du visuel

Georges Didi-Huberman
p. 638-640

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Georges Didi-Huberman, maître de conférences

Questions warburgiennes

1Nous avons, au terme de quatre années consécutives, conclu notre commentaire du concept de « survivance » (Nachleben) selon Aby Warburg, commentaire dont l’enjeu était de clarifier les nouveaux modèles de temporalité et d’historicité introduits par l’entreprise warburgienne au début du XXe siècle. Nous avons d’abord interrogé le concept de « fossile directeur » (Leitfossil) adapté par Warburg au domaine des images afin de rendre compte de ces « mouvements fossiles » que sont les « formules de pathos » (Pathosformeln), tel le fameux « pas dansé » de la Ménade dans l’iconographie dionysiaque revisitée à la Renaissance. Puis, nous avons tiré parti de l’analogie entre la Ninfa de Warburg et la Gradiva de Freud pour renforcer notre interprétation de la « survivance » et des « formules de pathos » en termes de symptôme. Nous avons alors décrit les rapports thérapeutiques et intellectuels qui ont lié, entre 1919 et 1924, Aby Warburg avec Ludwig Binswanger, et nous en avons tiré quelques réflexions sur les rapports entre style et symptôme. Après une étude minutieuse de l’usage, par Warburg, du concept d’« empathie » (Einfühlung) emprunté à Robert Vischer, nous nous sommes trouvé en mesure d’éclaircir la notion warburgienne de symbole par différence avec celle qu’élaborait parallèlement Ernst Cassirer. Nous avons terminé, comme il se doit, avec une analyse du dernier chantier de Warburg, l’Atlas Mnemosyne où nous avons tenté de montrer l’intérêt épistémologique crucial, pour une histoire des images, de ce que Warburg partageait à cette époque avec Walter Benjamin, Eisenstein ou bien Georges Bataille : ce qu’on pourrait appeler une connaissance par le montage. Façon d’éclaircir ce que Warburg nommait, à la fin de sa vie, une « iconologie des intervalles ».

Publications

  • L’Image survivante. Histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warburg, Paris, Minuit (« Paradoxe »), 2002, 592 p., 93 ill.
  • Ninfa moderna. Essai sur le drapé tombé, Paris, Gallimard (« Art et artistes »), 2002, 181 p., 61 ill.
  • Ce que nous voyons, ce qui nous regarde (trad. russe).
  • Ouvrir Vénus. Nudité, rêve, cruauté (trad. japonaise).
  • « Immagini malgrado tutto », trad. par C. Bigliosi, dans Trame, 2. Il male. Scritture sul male e sul dolore, sous la dir. de F. Relia, Bologne, Pendragon, 2001, p. 11-62.
  • « La tragédie de la culture : Warburg avec Nietzsche », Visio, V, 4, 2001, p. 9-19.
  • « Nachleben, ou l’inconscient du temps : les images aussi souffrent de réminiscences », L’Animal. Littératures, arts et philosophies, 10, 2001, p. 40-48.
  • « Das nachlebende Bild. Aby Warburg und Tylors Anthropologie » (« Colloquium Rauricum, VII »), dans Homo Pictor, sous la dir. de G. Boehm, Munich-Leipzig, K. G. Saur, 2001, p. 205-224.
  • « La femme clichée. Dermographisme et stigmatisation expérimentale au XIXe siècle », L’Herne, 75, 2001, p. 167-176.
  • « Montage des ruines » (entretien avec G. Astic et C. Tailing), Simulacres, 5, 2001, p. 8-17.
  • « L’air et l’empreinte », dans À fleur de peau. Le moulage sur nature au XIXe siècle, sous la dir. d’É. Papet, Paris, Musée d’Orsay-RMN, 2001, p. 45-59.
  • « Ce que nous voyons, ce qui nous regarde » [en japonais], Delta. Revue internationale pour la Poésie expérimentale, 15, 2001, p. 38-46.
  • « “Im Angesicht der Zeit”. Kaleidoscop und “Kopfzerbrecher” : “Die Zeit schwingt sich wie eine Brezel...” », trad. par U. Kunzmann, dans Konstruktionen von Natur. Von Blossfeldt zur Virtualität, sous la dir. d’A. Lammert, Berlin, Akademie der Künste-Verlag der Kunst, 2001, p. 67-80.
  • « Aby Warburg et l’archive des intensités », Études photographiques, 10, 2001, p. 144-163.
  • « Het beeld als matrijs. Kunstgeschiedenis en genealogie va de gelijkenis », trad. par H. Saelman, De Witte Raaf, 94, 2001, p. 1-5.
  • « Die Farbe des Nicht-Ortes », trad. par R. Werner, dans Chroma Drama. Widerstand der Farbe, sous la dir. d’É. Alliez et E. von Samsonow, Vienne, Turia + Kant, 2001, p. 123-140.
  • « La imaginen-materia. Polvo, basura, suciedad, escultura del siglo XVI », trad. par C. Battaglia, Pasajes. Revista de Teoría y Crítica del Arte y la Arquitectura, 2, 2001, p. 5-24.
  • « La chute des nymphes », L’Erasmo. Bimestriale della civiltà europea, 7, 2002, p. 22-33.
  • « Aby Warburg, l’histoire de l’art a l’âge des fantômes » (entretien avec É. During), Art Press, 277, 2002, p. 18-24.
  • « Superstition », trad. par C. Hollender, dans Ordnungen der Sichbarkeit. Fotografie in Wissenschaft, Kunst und Technologie, sous la dir. de P. Geimer, Francfort, Suhrkamp, 2002, p. 434-440.
  • « La Ninfa e la sua caduta », trad. par F. Relia, Trame, 3, 2002, p. 13-26.
  • « Heuristik der Ähnlichkeit. Der Fall der Votivbilder », trad. par C. Hollender, dans Ebenbilder. Kopien von Körpern-Modelle des Menschen, sous la dir. de J. Gerchow, Essen, Ruhrlandmuseum-Hatje Cantz, 2002, p. 65-72.
  • « La draperie de l’informe » [en japonais], trad. par J. Lévy, Language and Culture, XIX, 3, 2002, p. 171-201.
  • « Nachleben oder das Unbewusste der Zeit. Auch die Bilder leiden an Reminiszenzen », trad. par M. Sedlaczek, dans Singularitäten – Allianzen. Interventionen, 11, sous la dir. de J. Huber, Zürich-Vienne-New York, Institut fur Theorie der Gestaltung und Kunst-Voldemeer-Springer, 2002, p. 177-187.
  • « Ce que nous voyons, ce qui nous regarde, 2 » [en japonais], Delta. Revue internationale pour la Poésie expérimentale, 16, 2002, p. 38-43.
  • « O homem que caminhava na cor », trad. par J. Caspurro, In Si(s)tu. Revista de Cultura Urbana – Paisagem, 3-4, 2002, p. 136-150.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 638-640.

Référence électronique

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15883

Haut de page

Auteur

Georges Didi-Huberman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals